Vous êtes une marque de luxe et vous souhaitez vous développer en Chine …

Les petites villes de Chine sont un gisement de riches, qui n’ont aucun magasins ou choix.

PS : les petites villes de Chine peuvent atteindre 1-2millions d’habitants

  • 1% de Super riches, 10 000-20000 clients potentiels
  • 10% de riches 100 000 potentiels acheteurs

 

 

Se développer dans la vrai Chine

Nous allons vous montrer l’intérêt de vous implanter dans les villes de niveau 2 et 3 et plus 4

  • La lutte contre les économies parallèles
  • Récupération des ventes des sites de commerce électronique et des plateformes d’achat en ligne
  • Des marchés vierges et une concurrence réduite

L’industrie du luxe a tendance à se concentrer sur des villes 1ère catégorie comme Guangzhou, Beijing, Shanghai et Hong Kong.

Le marché du luxe dans ces villes est déjà sursaturé. Les chiffres tendent à privilégier les expansions agressives dans des villes de niveau 2 et 3 luxe digital  » . 45 % des consommateurs de classe moyenne dans les villes chinoises de niveau 2 et 3 sont intéressés par l’achat de produits de luxe, contre 37 % dans les villes de niveau 1  » . Plus de 50 % des consommateurs de luxe en Chine vivent dans des villes de deuxième, troisième ou moins grande taille, selon un rapport du Boston Consulting Group et du géant chinois de l’Internet Tencent.

Les marques de luxes peinent à investir dans ces (petites) villes.

 

Vous souhaitez recevoir ce rapport du BCG, envoyez nous un gentil email et on vous l’enverra. (rubique contatc)

 

 

La décision qui semble guidée ses marques sont basés principalement sur la crainte de diluer et/ou de détruire l’identité de luxe de l’entreprise.

Paradoxalement, la rareté du luxe dans les villes de niveau 2 et 3 oblige les acheteurs à se tourner vers les produits contrefaits et les répliques.

 

Examinons les raisons pour lesquelles une stratégie d’expansion agressive dans les villes de niveau inférieur en Chine doit devenir un élément essentiel pour toute marque de luxe :

I. La lutte contre les économies parallèles en Chine

a)les contrefaçons en Chine

 

Comme dit précédemment, les consommateurs des villes de niveau 2 et 3 sont intéressés par les produits de luxe et la pénurie de ses produits, encourage la prolifération des contrefaçons. En effet quand il parait impossible de trouver un sac chanel, les consommateurs peuvent très rapidement trouver leur réplique dans la rue où sur des sites de commerces douteux.

La distribution sélective et limitée est généralement une bonne stratégie de luxe. Cependant dans une ère de contrefaçon, le consommateur est moins résistant à la tentation et cette stratégie peut s’avérer contre-productive. En effet, elle va stimuler la croissance d’une économie souterraine. Pour exemple, La marque Hermès ne vend ses produits que dans un réseau de 310 magasins exclusifs et obligent ses acheteurs à trouver d’autres moyens de se procurer leurs accessoires

 

b)les Daigous

Image associée

Si les consommateurs ne peuvent pas acheter leur produit de luxe dans les magasins, ils trouveront une solution annexe pour se les procurer.

Les Daigous intermédiaires qui revendent des produits achetés à l’étranger et qui, par le jeu des taxes, proposent des tarifs avantageux, trouvent d’autant plus leur place dans la difficulté d’avoir le dit objet. Même s’ils restent attractifs, ils perdront tout de même de leur intérêt, sur le réseau de distribution s’étend aux villes de niveau 2 et 3.

 

 

II. Récupération des ventes des sites de commerce électronique et des plateformes d’achat en ligne

Selon une étude réalisée par le Boston Consulting Group et Tencent, plus de 50 % des acheteurs de produits de luxe passent leur temps en ligne sur diverses applications, plateformes de commerce électronique de tiers et blogs.  » La montée en popularité des leaders d’opinion clés (KOL) de la mode sur les plateformes de médias sociaux y contribue « , ajoute Tech Wire Asia.

 

Le même rapport démontre que les consommateurs des villes de niveau inférieur  » sont deux fois plus susceptibles de faire des achats en ligne que ceux des villes de niveau supérieur « . Cependant, 58 pour cent des consommateurs privilégient l’achat en boutique après avoir préalablement fait des recherches sur internet sur les produits. Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que cela ne les dérangeait pas de faire des achats dans une grande ville voisine.

III. Des marchés vierges et une concurrence réduite

Imaginé des coûts de stratégie réduits, moins de concurrences et des villes plus dynamiques, c’est ce que propose l’opportunité de ses villes de 2ème et 3ème catégorie. Alors que les villes de niveau 1 sont saturées dans le commerce de détail de luxe, les marques internationales doivent se concentrer sur les marchés vierges ou dormants où la concurrence est moins forte. Cela est particulièrement vrai pour les marques américaines de luxe plus abordables (ex. : Michael Kors, Coach) qui ont été pénalisées par les consommateurs de niveau 1 en raison de la guerre commerciale actuelle du président Trump avec la Chine. Il est moins coûteux et plus efficace d’étendre leur offre à de petites villes dynamiques que de déplacer leurs activités à l’étranger ou de poursuivre de nouveaux marchés dans le monde entier.

 

 

conclusion

Le marché des villes de niveau inférieur suscitent une belle perspective d’opportunité pour des entreprises de marque de luxe. Un coût plus faible, une concurrence bien moindre sont dans les nombreux atouts que représente ce nouveau marché. Néanmoins, une réflexion réelle est à étudier pour ne pas ternir l’identité luxe de la marque. Les détaillants occidentaux doivent estimer les effets à long terme de leur stratégie d’expansion afin de prévoir quand et dans quelles villes s’implanter. De cette façon, les clients existants peuvent rester fidèles à la marque sans se sentir abandonnés tandis que de nouveaux publics sont encouragés à s’engager avec la marque.

Le slide de fin

 

PS : on est une Agence de Marketing basée en Chine