La croissance explosive des médias sociaux en Chine a permis aux acheteurs de recommander facilement leurs magasins préférés aux autres en ligne.

Comment les grandes enseignes utilisent-elles les médias sociaux chinois pour attirer leurs clients ?

Si cela vous intéresse, rester attentif

  • L’économie Wang Hong exemple du magasin japonais Niko en Chine
  • Une proposition de services multiples
  • Problème de longévité des magasins en Chine

 

 

I. L’économie Wang Hong exemple du magasin japonais Niko en Chine

L’information pourrait se répandre très rapidement et créer les magasins dits « wang hong« , très populaires sur Internet.

L’économie de Wanghong est la nouvelle économie digitale chinoise basée sur le marketing d’influence dans les médias sociaux.

C’est de plus en plus courant, surtout dans le centre-ville de Shanghai : on voit des centaines de personnes faire la queue pour entrer dans un tout nouveau magasin.

Lorsque cette célèbre marque de mode japonaise a ouvert son premier magasin sur le continent chinois, les acheteurs ne pouvaient pas entrer assez vite.

Près d’un mois après l’inauguration de Niko and…, la boutique est toujours aussi populaire, même les jours ouvrables.

Les consommateurs qui attendent à l’extérieur du magasin disent qu’il y a toujours une queue ici, ce qui incite davantage de gens à explorer la mode japonaise.

Une proposition de services multiples

Le magasin, qui s’étend sur trois étages, propose tout : des snacks, du café et des vêtements pour femmes au premier étage, des vêtements et des meubles pour hommes au deuxième, et un troisième étage rempli de restaurants. Yoshiaki Kitamura, membre du conseil d’administration de Niko et…, explique que le succès du magasin tient au fait qu’il a apporté en Chine quelque chose que l’on ne trouve pas souvent ici – un magasin qui s’adresse à presque tous les aspects du mode de vie d’un client.

« Une grande partie de la Chine est dominée par le e-commerce. J’ai donc pensé qu’il nous fallait une raison pour que les consommateurs visitent notre magasin physique au lieu de se contenter de taper des mots-clés en ligne.

C’est pourquoi nous fournissons tout, des vêtements à la nourriture en passant par les meubles. L’expérience d’achat hors ligne est importante pour nous », explique Yoshiaki Kitamura.

Il n’est pas nouveau d’attendre quelques heures ou de réserver un numéro d’entrée à l’avance pour entrer dans l’un de ces magasins.

Problème de longévité des magasins en Chine

Mais ce qui est également courant, c’est que nous avons vu les magasins branchés aller et venir assez rapidement.

Leur plan habituel consiste à profiter du battage publicitaire et des promotions en ligne dès le début. Mais leur problème est de soutenir la croissance à long terme.

  • Yoshiaki a déclaré à la CGTN qu’il changerait le thème de son magasin tous les 45 jours. Quand il a ouvert le magasin, c’était sur le thème de Noël. Maintenant, le thème est le Festival du printemps chinois.

Un expert est d’accord avec l’approche commerciale de Yoshiaki, mais il s’attend à ce que le pays voit de plus en plus de nouveaux magasins fonder leur succès d’ouverture sur une flambée de publicité sur Internet.

Bien entendu, cela ne fera que rendre le marché encore plus difficile.

 

« L’industrie du Wanghong a connu une croissance rapide ces dernières années et représente aujourd’hui des centaines de milliards de RMB dans les secteurs du commerce de détail et des services. Ce qui fait leur succès en fin de compte, c’est qu’ils doivent maintenir la marque avec toute la fraîcheur et la maturité de leur approche commerciale, que ce soit dans la façon dont ils travaillent avec les fournisseurs ou dans la façon dont ils créent leurs propres lignes de produits », a déclaré Alex Shutter, un partenaire d’Oliver Wyman.

 

 

Pour conclure :

Le portail d’information commerciale 36Kr estime que si un magasin à la mode veut survivre, sa marge bénéficiaire brute doit être d’au moins 60 %.

C’est une norme très élevée pour ces nouveaux magasins, tant en termes de contrôle budgétaire que d’optimisation opérationnelle.

Cela signifie également que les hot stores doivent suivre de près l’évolution des habitudes de consommation en matière de vêtements, de nourriture et de boissons – en gardant toujours à l’esprit que le magasin de détail moyen met deux ou trois ans à réaliser des bénéfices.

 

Lire aussi :