L’Irlande présente une nouvelle mesure concernant le lait maternel

L’Irlande prévoit d’établir une mesure concernant le lait maternisé et vise 50% de croissance sur la production de lait d’ici 2020, c’est la plus ambitieuse des mesures parmi celles existantes au sein de l’Union Européenne. Elle se base sur l’hypothèse apparemment inébranlable que la demande chinoise de lait maternisé est appuyée par les changements fondamentaux dans la société chinoise. L’assouplissement de la politique de l’enfant unique, le scandale de l’empoisonnement à la mélamine de 2008 et l’augmentation de la classe moyenne aisée ont favorisés la montée de la demande du lait en poudre, qui a décuplé en moins d’une décennie.

Le lait en poudre, un marché juteux

Actuellement, Pékin comptabilise ses imports de lait en poudre à 17 milliards de dollars chaque année, ce qui équivaut à presque deux tiers du marché global. Elle importe notamment d’Allemagne où le prix du lait est nettement supérieur sur le marché chinois que sur le marché européen source China.org)

Mypsd_13828_201101171735370008B

De plus, Euromonitor a prédit que le marché doublera encore dans les trois prochaines années. Même au niveau de la vente aux détails, les prix semblent vulgairement gonflés. Le groupe Kerry a récemment lancé une formule sous la marque Green Love Plus auprès des détaillants pour un prix fort de 43 euros par kilo, ce qui représente quatre fois plus que le prix irlandais. Cependant, la course en parallèle avec ces statistiques imposantes est une préoccupation croissante concernant les taux bas de l’allaitement.  En effet, moins d’un tiers des bébés sont allaités en Chine et le nombre est en diminution malgré le fait que des organismes de santé mondiaux recommandent cette pratique pour les bébés âgés de moins de six mois.

Pékin envisage d’interdire les publicités pour le lait maternel

Dans le but de s’attaquer à ce problème, les autorités chinoises ont maintenant pris en compte l’interdiction des publicités pour le lait maternel. La mesure proposée prévoit l’interdiction de la publicité dans les médias de masse ou sur les places publiques pour les produits laitiers, les boissons ou d’autres produits alimentaires qui «se revendiquent en partie ou complètement comme substitut du lait maternel ». Derrière l’appétit croissant de la Chine pour la formule se trouve quelques vérités dérangeantes. Des experts disent que les ventes  de la préparation de lait en poudre s’expliquent par un manque d’accès au congé de maternité et parce que certaines personnes prétendent que la commercialisation de la préparation du lait maternel pour enfant est « contraire à l’éthique » à travers le système de soin maternel.

0_0_0_9_ad_price_0

Le gouvernement chinois est maintenant engagé pour augmenter l’exclusivité du taux de lait maternel à 50% pour 2020. Néanmoins, les experts disent que même un minuscule morceau de lait en poudre sur le marché chinois sera assez pour justifier la mesure proposée par l’Irlande.

Plus de place pour les média de masse, le digital règnera en maître sur le marché du lait maternel en Chine

Si les chinois ne peuvent tout simplement plus être atteint par une campagne de média traditionnel, le phénoméne pré-existant de l’hyper digitalisation des consomateur chinois va ici se renforcer. En effet, le digital offre toute une panoplie d’outil et d’endroit ou les consommatrices peuvent se renseigner … et être targeter lors d’une campagne de marketing digital.

  • Forums spécialisés dans le domaine de la santé et de soins pour jeunes maman,
  • Key Opinion leader sur les réseaux sociaux tels que Weibo et Wechat

Ces deux moyens ne sont que quelques uns des outils qui augmenteront encore davantage en efficacité avec cette mesure de Pékin.

En savoir plus sur le digital en Chine :