Pinduoduo la plateforme e-Commerce innovante en Chine, est en train de changer l’agriculture, et la vie des agricultueurs qui peuvent vendre directement auprès des consommateurs en évitant les supermarchés et centrales d’achat.

 

beaucoup d’agricultueurs sont indiécis, comme Shen qui n’a pas encore décidé si l’intelligence artificielle est un ami ou un ennemi.

Shen, 47 ans, est l’un des meilleurs producteurs de fraises de Chine et vend des millions de plants par an aux exploitations agricoles.

Elle est à Kunming avec son équipe entièrement féminine pour participer à un concours où les cultivateurs traditionnels mettront au défi les spécialistes des données pour voir qui peut proposer les techniques les plus rentables pour améliorer le rendement agricole.

Si vous souhaitez en savoir plus, restez connecté.

  • La recherche d’une alimentation plus saine en Chine
  • Le concours d’agriculture de la société d’e-commerce Pinduoduo
  • La rivalité entre la tradition et l’IA dans l’agriculture
  • L’alliance de l’IA et des traditions

 

I. La recherche d’une alimentation plus saine en Chine

« Je me souviens encore de la première fois où j’ai vu des fraises pousser sur mes parcelles », a déclaré Shen, surnommée « Strawberry Queen » pour ses exploits.

« Je me suis sentie si heureuse que je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire. »

Les ventes de fraises par l’industrie ont augmenté au fil des ans, car la hausse des revenus a incité un plus grand nombre de familles à rechercher une alimentation plus saine.

Mais comme toute l’agriculture, c’est aussi un commerce capricieux, soumis aux caprices de la nature.

Shen a survécu à trois grandes catastrophes naturelles : la sécheresse en 2012, les inondations en 2013 et les tempêtes de neige en 2018.

Mais Shen se sent confiante et bien dans sa peau en cette récente journée d’été à Kunming.

Sa fille de 24 ans fait partie de son équipe qui participe au concours d’agriculture intelligente organisé par la société d’e-commerce Pinduoduo et l’université agricole de Chine.

 

II. Le concours d’agriculture de la société d’e-commerce Pinduoduo

Le concours se déroulera jusqu’en octobre, avec quatre équipes de jeunes scientifiques issus des meilleures universités qui se mesureront à quatre groupes de cultivateurs traditionnels.

Les juges tiendront compte de la valeur économique créée et de la fiabilité, de l’évolutivité et du mérite technique des solutions lors de la sélection des gagnants.

L’équipe gagnante recevra des fonds de recherche, un soutien universitaire et commercial, et verra sa technologie mise en œuvre dans des exploitations agricoles du Yunnan avec l’aide de Pinduoduo.

« L’amélioration de l’agriculture en Chine nécessite une approche globale, allant de l’amélioration de l’accès au marché à la rationalisation de la chaîne d’approvisionnement, en passant par l’augmentation de la productivité », a déclaré Xin Yi Lim, directeur exécutif de la durabilité et de l’impact agricole chez Pinduoduo.

« Notre objectif, en organisant ce concours, est d’obtenir les meilleurs cerveaux en matière de technologie et d’agriculture pour développer des solutions pratiques et commercialement viables pour l’industrie ».

Une session de formation pour les futurs commerçants sur la façon de mettre en place et de gérer une boutique en ligne sur Pinduoduo.

Pour remporter le concours, il faudra maintenir les coûts à un faible niveau tout en augmentant les rendements.

 

III. La rivalité entre la tradition et l’IA dans l’agriculture

À cet égard, M. Shen a déclaré que les producteurs traditionnels conservent encore un avantage en termes de coûts à ce stade.

Elle a ajouté que le fait d’être sur le terrain leur permet de détecter et de contrôler les infestations de parasites et les maladies bien plus rapidement que la surveillance à distance par les équipes d’IA.

Ses homologues scientifiques sont poliment en désaccord.

Lin Sen, chef de l’une des équipes d’IA, a déclaré que leur expérience dans la mise en place de serres entièrement automatisées leur est très utile.

Lin a déclaré que son équipe utiliserait des modèles de croissance des plantes et des algorithmes d’apprentissage des machines pour développer les solutions les plus adaptées à la culture des fraises.

« Je ne pense pas que nous ferons pire que les équipes d’agriculteurs », a-t-il déclaré.

Le plus grand gagnant, cependant, sera probablement l’agriculture.

L’IA est déjà de plus en plus utilisée dans le monde entier dans l’agriculture.

Elle permet par exemple d’améliorer la qualité des récoltes, de surveiller les conditions météorologiques et l’état des sols, de détecter et de contrôler les maladies et les parasites, et de créer des modèles de prévision pour accroître la productivité.

Les participants au concours de l’agriculture intelligente examinent des plants de fraises.

Cela pourrait aider à résoudre certains des problèmes bien ancrés qui affligent l’agriculture en Chine.

 

IV. L’alliance de l’IA et de la culture traditionnelle

La Chine doit subvenir aux besoins de plus de 20 % de la population mondiale, avec environ 7 à 9 % des terres arables du monde.

Mais près de 98 % des agriculteurs chinois cultivent des exploitations de moins de 2 hectares, ce qui rend difficile la normalisation des processus de culture et la réalisation d’économies d’échelle.

La main-d’œuvre rurale diminue et vieillit également, les jeunes se dirigeant vers les villes pour y trouver des emplois plus stables et mieux rémunérés.

Lors du concours d’agriculture intelligente de Kunming, l’interaction entre les scientifiques et les cultivateurs porte déjà ses fruits.

La fille de Shen, Sun Yuqing, doit poursuivre des études supérieures en économie à la Northeastern University et est déterminée à profiter de cette occasion pour apprendre des scientifiques de l’IA.

Elle espère combiner l’IA avec les techniques agricoles traditionnelles à l’avenir.

« J’espère que notre entreprise sera la première à appliquer l’IA à la culture des fraises », a déclaré Sun, qui est diplômée en protection des plantes de l’université agricole d’Anhui et a fait un échange à l’université d’État du Colorado.

« L’IA est une révolution dans tous les secteurs d’activité » explique Alberto

« Parfois, je passe devant leurs serres et je vois qu’elles permettent d’économiser beaucoup de travail humain grâce à l’utilisation de capteurs et de l’automatisation ».

Des capteurs dans la serre surveillent la température, l’humidité et l’éclairage.

Pour Shen, elle espère que l’IA sera assez puissante pour libérer les humains du travail agricole pénible d’ici à ce que sa fille reprenne l’entreprise familiale.

« Peut-être dans 30 ans, après que notre génération née dans les années 1960 et 1970 aura pris sa retraite », dit-elle.

« Nous nous appuyons sur l’expérience et notre méthode de collecte de données repose sur l’estimation, elle est donc imprécise », a déclaré Mme Shen.

« Leur approche basée sur les données pourrait nous donner des indications sur la manière dont nous pouvons nous améliorer ».

 

En conclusion

Malgré quelques résistances qui subsistent dans le monde agricole, l’avenir se profile vers l’intelligence artificielle.

La facilité de mise en œuvre pourrait résoudre bien des problèmes inhérents à l’agriculture.

 

Lire aussi