Avec presque 1 voyageur sur 10  provenant de la Chine, les destinations européennes doivent se tenir prêtes à adapter leurs produits et leurs services à cette nouvelle cible marketing.

herrLe directeur de l’Institut de Recherche du Tourisme Chinois, M. Wolfgang Georg Arlt, explique comment le touriste chinois à l’étranger a évolué et comment les sociétés de tourisme devraient utiliser les médias sociaux comme outils pour développer et s’emparer de ce marché croissant et lui apporter l’attention qu’il mérite.

Durant les deux dernières décennies, nous avons vu une augmentation graduelle de Chinois voyageant à l’étranger. Les chiffres donnés par le Gbtimes sont phénoménaux ! Les touristes chinois représentent la première masse démographique (presque 100 millions de touristes ) à traverser les frontières ainsi que la première source de dépenses (97 millions d’euros) à travers le monde par an. Il y a 20 ans, on en comptait « seulement » 7 millions qui avaient la chance de pouvoir sillonner le monde. Peut-on pour autant affirmer  que la nature du tourisme chinois à changer ?

 Les touristes chinois changent de visage

La population ayant assez de richesse pour voyager a considérablement augmenté, c’est indubitable. Il est fait allusion notamment au grand public voyageant en groupe dans les bus qui quadrillent les villes européennes par fuseaux horaires. Ces personnes voyagent le plus souvent pour la première fois de leur vie et viennent de villes plus petites telles que Chengdu, Xi’an ou encore Nanjing.

Néanmoins, la nature des voyages et des voyageurs a également évolué. On trouve de plus en plus de visiteurs indépendants et non-conformistes qui voyagent plus régulièrement, parlent anglais et sont à l’aise pour déambuler et trouver leurs chemins. Ces « touristes » ont déjà vu la majorité des attractions principales des villes où ils se trouvent. Ils souhaitent aller plus loin et découvrir la culture et l’authenticité. On peut les trouver dans des pays inattendus tels que les pays scandinaves ou les pays d’Europe de l’Est par exemple.

À quoi doit-on s’attendre dans ce cas ? À recevoir des touristes Chinois en quête des principales attractions de Paris ou de Londres, ou à d’autres, plus fervent de connaître les moindres recoins des pays Européens ?

touriste_chinois_0

A Copenhague , la presse locale révèle clairement que la majorité des visiteurs Chinois explorant la Scandinavie sont des personnes qui ont déjà eu un goût de l’Europe auparavant. Évidemment, les premières destinations chinoises en Europe restent la France, l’Italie, l’Allemagne ou encore la Suisse. Mais on peut clairement voir se dessiner un schéma qui consiste à visiter ces secondes destinations après avoir découvert l’Europe de l’Ouest.

L’Europe et le tourisme asiatique

Ces dernières années, les pays Européens ont compris que cette vague de touristes chinois n’était pas près de s’arrêter et ont donc pris les devants en simplifiant les demandes de visa pour ces citoyens venu de l’Orient. Ces mesures ont évidemment contribué à l’accroissement du nombre de touristes chinois en Europe.

L’accord de Schengen apportait déjà de nombreux avantages pour les pays européens en matière de tourisme puisqu’il permet aux chinois de n’avoir besoin que d’un visa pour pouvoir voyager dans la plupart des pays d’Europe. Pour ce qui est du Royaume Uni, ils n’ont décidé que l’année dernière de procéder à ce changement et d’accélérer les procédures de visa lorsqu’un voyageur Chinois postule pour une visa dans l’espace Schengen. Même les pays hors de cet espace tels que la Suisse, la Norvège ou encore l’Islande propose ce genre d’accord. Quand bien même, le processus est toujours en cours, les Chinois peuvent utiliser un seul et même visa ce qui facilite grandement leurs déplacements en Europe.

chinese_tourists

Après les flux humains, quand est-il des flux financiers ?

Pour ce qui est des investissements, les Chinois peuvent investir leurs argents plus ou moins facilement en fonction des pays Européens qui les reçoivent. Au Portugal, en Espagne, en Italie et à Chypre, ils doivent obtenir un permis de résidence permanent ou même un passeport. En Allemagne, il est seulement question d’acquérir un visa à entrées multiples et de visiter le pays au moins deux fois par an. Néanmoins, l’Union Européenne commence à réaliser que ce système inspire un climat de méfiance. Jusque-là, les voyageurs d’affaire Chinois qui venaient fréquemment en Europe devaient faire vérifier sans cesse leurs certificats de naissance traduis et certifiés. Or, c’est un ressenti qui n’est pas très apprécié par ces visiteurs qui se sentent mal accueillis.

Premiers vacanciers a dépenser le plus au monde, les Chinois pèsent plus de 95 milliard d’euros en 2013.

6824948-presque-100-millions-de-touristes-chinois-en-2013

Néanmoins, ces consommateurs n’ont pas les mêmes habitudes et intérêts que leurs analogues. Comment l’industrie du tourisme européen peut-elle réussir à s’accommoder afin de répondre plus promptement aux besoins de ces nouveaux clients ?

S’il y a bien quelque chose dont nous devons être conscient, c’est que les touristes Chinois lorsqu’ils visitent un pays attendent un minimum de respect de la part des habitants du pays concerné. Ils ont besoin de sentir et de savoir qu’ils seront traités de la même manière que n’importe quel autre touriste étranger.

Il faudra mieux accueillir les touristes chinois

Il existe un programme appelé « l’Accueil des Touristes Chinois » qui propose des entraînements ainsi que des labels pour répondre à ce type de question. Par exemple, si vous échangez quelques mots en Chinois avec eux ou que vous installez un drapeau Chinois à l’extérieur de l’hôtel, ce sont des gestes qui comptent énormément. N’oublions pas que la Chine est un pays touristique très (très !) important.

Par ailleurs, les Chinois que nous pouvons apercevoir sortir des bus devant la Tour Eiffel, prendre des rafales de photos pour remonter aussi sec direction les Galeries Lafayette n’ont pas de temps à perdre.

Ils accordent une grande importance au temps. Le temps c’est de l’argent ! La majorité d’entre eux ont travaillé dur pour pouvoir se permettre ce voyage. Ils veulent donc un maximum d’expériences et de visites pour ne pas gâcher le temps qui leur a été donné. S’ils souhaitent des vacances, ils peuvent très bien rester en Chine où ils peuvent aller skier dans le nord ou apprécier Hainan, au sud, avec sa chaleur. Visiter l’Europe reste un investissement, un prestige et un privilège d’apprendre une nouvelle culture.

chinois-paris

Avec un pays aussi grand et un marché aussi complexe et divers, quelles approches les compagnies touristiques Européennes se doivent-elle d’adopter ?

Il est impossible de parler de la Chine comme d’un seul et même marché. Quand bien même on ne ciblerait que les plus fortuné, c’est-à-dire 5%, c’est déjà 70 millions de personnes. Ce qui représente environ la même chose que de rassembler toutes les personnes fortunées de l’Union Européenne. Il est donc évident qu’on ne peut pas utiliser un marketing semblable pour l’intégralité de cette population. Adapter le service au marché est absolument primordial. Naturellement, un Chinois du Sud favorisera des pays qui changent de son quotidien et préfèrera les destinations avec de la neige alors qu’un Chinois du Nord choisira des endroits où la qualité de l’air est plus agréable.

L’influence du Web sur le modes de consommation

Pour connaître leurs préférences, les réseaux sociaux restent des lieux de prédilection en matière d’informations. C’est une mine d’or pour analyser les potentiels clients, pour savoir ce qu’ils pensent de certaines destinations et ainsi adapter son discours en fonction de ce qu’ils aiment. Pour cela, il est nécessaire d’avoir un structure déjà établi en Chine qui se focalise sur ces plateformes. Un représentant qui pourra vous aider à dialoguer avec la clientèle. Votre produit a besoin de s’ajuster aux consommateurs chinois afin d’être sûr de pouvoir garantir un rendu.

Par la suite, une image de confiance doit se construire pour s’assurer de gagner le marché ciblé.

Les Chinois sont les personnes les plus connectées au monde. Comment peut-on utiliser cet atout lorsqu’il est question de marketing ?

Dans ce climat de propagande et de censure, la seule source d’informations dans laquelle les Chinois peuvent avoir confiance, c’est leur propre média. Leurs réseaux et leurs amis sont des rôles décisifs dans leurs décisions d’achat.

Lorsqu’il est question de voyage, il existe un nombre incalculable de sites internet et de forums qui échangent et discuten sur les dernières destinations en vogues. Les gens y postent leurs récits d’excursion, leurs photos et leurs avis. Les Chinois sont donc très souvent au courant de ce qu’ils vont trouver en sortant de l’avion. Les compagnies de voyage devraient donc encourager fortement ses clients à poster et relater leurs vacances sur la toile. Mais aussi inviter des bloggers Chinois (certains comptent plus de 20 à 40 millions de followers !) ou des célébrités à voyager aux frais de l’agence afin de poster, commenter et faire partager à la communauté leurs aventures sur le Web. Offrir des prix et récompenses aux utilisateurs qui font la promotion eux-mêmes des bien faits d’une destination ou d’un produit en postant sur le Net leurs photos et vidéos.

Cette initiative peut changer et améliorer l’image d’une compagnie de voyage en Chine et lui permettre de se démarquer de ses concurrents. Alors qu’attendez-vous !

Sources: