Shenzhen continue de prospérer en tant que centre technologique de Chine et d’Asie.

Mais la « Silicon Valley of China » quittera-t-elle un jour l’ombre de Hong Kong ?

Le South China Morning Post a rapporté que Shenzhen est très enthousiaste à l’idée d’intégrer Hong Kong dans ses plans d’intégration financière, en préconisant un programme qui renforcera le commerce transfrontalier et les flux de capitaux entre les deux villes.

Cette politique permettrait à Shenzhen d’avoir un meilleur accès au marché de Hong Kong et de ses riches habitants.

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez la suite de l’article

  • La bataille des destinations de luxe chinoise
  • Shenzhen lutte pour se faire une réputation internationale
  • Un adversaire de taille
  • La maîtrise de l’anglais au niveau local est un atout

 

I. La bataille des destinations en Chine

L’accès à un large éventail de riches chinois pourrait faire de Shenzhen un futur haut lieu du luxe en Chine.

La ville chinoise est déjà considérée comme une destination de luxe sophistiquée pour les consommateurs du continent, mais la « Silicon Valley of China » était jusqu’à récemment éclipsée par les villes internationales de Hong Kong, Beijing et Shanghai.

Compte tenu des circonstances inhabituelles de COVID-19 et des défis et opportunités qui y sont liés, les analystes se demandent si Shenzhen est prête à remplacer Hong Kong, sa voisine, comme nouveau centre financier et du luxe asiatique.

 

II. Shenzhen lutte pour se faire une réputation internationale

Le plan du gouvernement central visant à faire de Shenzhen « une ville de référence mondiale » a été largement diffusé, mais certains défis restent à relever.

Tout d’abord, les investisseurs voient la ville comme un nouveau venu et, jusqu’à présent, la réputation et la reconnaissance internationale font défaut.

Shenzhen a bien réussi à se tailler une place en tant que pôle technologique adapté à l’Occident.

Mais malgré les efforts passés, Shenzhen n’a pas pu surmonter Hong Kong et devenir l’ultime liaison entre la Chine continentale et le monde extérieur.

 

III. Un adversaire de taille

L’indépendance judiciaire, la transparence et le capitalisme attirent les investissements étrangers

 

Les investisseurs étrangers dépendent de l’indépendance de la liberté « un pays, deux systèmes » qu’offre Hong Kong ainsi que d’une ouverture que l’on ne trouve pas dans d’autres villes sous le « patronage politique » de la Chine.

Le fait de disposer d’un pouvoir judiciaire indépendant et d’un système capitaliste a aidé la métropole à prospérer et à devenir un centre financier florissant.

Mais malgré la situation géographique avantageuse de Shenzhen, la ville ne peut offrir un scénario similaire.

Les investisseurs étrangers considèrent Hong Kong comme un paradis fiscal prospère et de renommée mondiale en raison de ses faibles taux d’imposition et du niveau élevé de confidentialité et de secret financier qu’on y trouve.

Mais Shenzhen a reçu l’autorisation d’offrir des taux d’imposition favorables et des allègements fiscaux aux employés hautement qualifiés.

Elle a également élaboré une série de politiques préférentielles visant à attirer les entreprises mondiales, comme l’octroi de subventions et d’exonérations fiscales pour les entreprises.

Néanmoins, Shenzhen est toujours à la traîne par rapport à son voisin de Hong Kong à cet égard.

 

IV. La maîtrise de l’anglais au niveau local est un atout

Nous ne pouvons pas sous-estimer l’importance de la maîtrise de l’anglais.

En tant que lingua franca, l’anglais a été largement utilisé pour faciliter les transactions commerciales interculturelles, et « de plus en plus de multinationales imposent l’anglais comme langue commune de l’entreprise », selon le Harvard Business Review.

La valeur de l’anglais comme langue de travail a été largement documentée, et le succès de Hong Kong ou de Singapour est inextricablement lié à la maîtrise de l’anglais par la population locale.

« L’anglais est un outil essentiel, dont les gens pensent à juste titre qu’il les aidera à tirer parti de nouvelles opportunités dans leur pays et à l’étranger », déclare Christopher McCormick dans un article du Harvard Business Review.

Inversement, le mandarin ou le dialecte cantonnais local sont des langues complexes qui exigent un engagement très sérieux de la part des Occidentaux qui veulent les apprendre.

On pourrait donc dire que Shenzhen est punie pour le manque de compétences en mandarin de l’Occident.

 

En conclusion

L’avenir de Hong Kong en tant que pont entre le continent et l’Occident est certainement menacé.

Mais cela ne signifie pas nécessairement que Shenzhen va remplacer Hong Kong.

Il est plus plausible de croire que Singapour, ou même Bangkok, avec son système fiscal unique, assumera le rôle de lien entre l’Est et l’Ouest.

D’autre part, la jeune et dynamique Shenzhen renforcera encore son rôle régional en tant que pôle technologique, financier et de luxe majeur.

Avec ses projets immobiliers impressionnants, ses pratiques favorables aux investissements et sa forte croissance économique, la ville est sur une voie unique qui est complètement différente du modèle de Hong Kong.

 

 

GMA en quelques mots :

  • Agence Marketing Française en Chine
  • Expert du branding, lead generation et e-commerce
  • Nous aidons les marques à se développer en Chine, en travaillant sur leur visibilité et leur E-reputation