Le monde du e-commerce en Chine explose vous le savez, et l’industrie commence à se structurer , le gouvernement est à l’origine de ces réformes. Mais quels sont les grands changements ?

 

En 2015, les plateformes de ecommerce transfrontalier vont être l’élément clé pour les vendeurs en ligne en Chine.

Le vendeur en ligne Jumei

Jumei est le numéro 1 en chine de la vente en ligne de produits de beauté avec une part de marché atteignant les 22.1% en 2013, selon le rapport de Frost & Sullivan. Tout d’abord, le vendeur en ligne a rapidement gagné en popularité après le lancement de son site web jumei.com en Mars 2010.

Jumei

Le site en ligne pense que sa plateforme internet est une plateforme de confiance pour les consommateurs chinois qui souhaitent découvrir et acheter des produits de beautés de marques, des vêtements à la mode et d’autres produits de la vie quotidienne. Tout en cherchant à comprendre les besoins et les préférences des consommateurs et grâce à ses fortes capacités marchande, Jumei a adopté des formats de ventes efficaces afin d’encourager les achats des produits sur son site.

0023ae606c3e14babd8a05

De plus, Jumei bénéficie de la possibilité d’offrir un large choix de produits cosmétiques importés à ses consommateurs. Cependant, récemment, les investisseurs sont inquiets concernant la récente réforme sur la baisse des droits de douane prise par le gouvernement chinois, ainsi que l’accord passé entre la Chine et la Corée du Sud pour le libre-échange de produits importés.

002564bc674515aaf44e1a

Pourtant, les revenus net de Jumei Global dans le premier quart de cette année ont augmenté de 51% principalement grâce à la nouvelle plateforme de e-commerce. En 2014, ces derniers représentés 10% de croissance.

VIPshop de JD.com & Tmall d’Alibaba

De leur côté, les deux leaders chinois dans le ecommerce, JD.com et Alibaba, de part leur propre plateforme de ventes en ligne, semblent vouloir développer leurs lignes de cosmétiques ainsi que leurs lignes de produits pour bébé dans l’année.

alibaba

JD.com est le plus gros concurrent de Jumei. En effet, celui-ci a ouvert des plateformes de e-commerce spécifiques à un pays. Ainsi, JD.com comprend une plateforme pour le Japon, une pour la Corée du Sud et une pour la France.

SXRB201303302319000506057887800

Néanmoins, de son côté, Jumei, avec le développement de sa plateforme, a signé des accords exclusifs avec des marques étrangères, principalement avec des petites marques qui souhaitent s’implanter en Chine. Jumei a de la chance. Selon la direction, 90% des produits importés proposés à la vente sur le site n’ont pas de rivaux dans le reste de la Chine dans le même secteur de la vente en ligne.

Accord de libre-échange Chine-Corée du Sud

Récemment, un accord entre la Chine et la Corée du Sud a été signé concernant le libre-échange sur une large gamme de produits. Néanmoins, dû aux prix élevés des produits cosmétiques coréens, la direction de Jumei ne pense pas que les produits de beauté feront partie de l’accord.

u=1257975439,870914700&fm=21&gp=0

Que les investisseurs ne s’inquiètent pas. En effet, il y a 2 choses à savoir concernant Jumei. Premièrement, Jumei possède une forte position dans la vente des produits cosmétiques coréens et puisque ces derniers ne semblent pas faire partie de l’accord de libre-échange Chine-Corée du Sud, les rivaux de Jumei, Alibaba et JD.com, sont dans la même situation que Jumei : aucun avantage particulier afin d’étendre sa présence sur le marché de l’importation des cosmétiques.

Capture d’écran 2015-06-15 à 15.07.52

Ensuite, il faut savoir que la plus grosse taxe que Jumei va devoir faire face est celle des 50% des passages de colis seront facturés selon la taxe de 2% à l’importation. Or celle concernant la Corée du Sud devrait désormais disparaître grâce à l’accord. Ainsi, les coûts de Jumei devrait s’amoindrir.

Quelques informations

Le marché noir de l’e-Commerce

En Chine, 70% des cosmétiques sont achetés à l’étranger lors des voyages des touristes chinois, puis ceux-ci sont ramenés sur le sol chinois. Ce genre d’achat s’appelle le « marché gris ». Il est très commun pour les touristes chinois, lors de leurs voyages au Japon, en Corée du Sud ou à Hong Kong, d’acheter des cosmétiques et d’en ramener pour leurs amis et familles ou même de les proposer à la vente entre particuliers. Cela est dû à la forte différence de prix entre la Chine et les pays dont son origines les produits.

7ec6c43e-6f07-42a0-b124-49805c366930

Une aide des autorités chinoises : pas de taxes d’import ni de TVA

Afin d’aider la croissance du marché du ecommerce transfrontalier en Chine, les autorités chinoises implantent des lois plus strictes concernant le marché gris. En effet, celui ci ne paye aucune taxe sur l’import, ni aucune TVA.

Ainsi, le nombre de produits qu’une personne peut ramener sera réduit de sorte que cela ne soit que des importations à visée personnelle. Cette diminution sera bénéfique pour Jumei. En effet, grâce à cette réforme, les consommateurs chinois qui ne pourront plus bénéficier du marché gris, se tourneront vers Jumei afin d’acheter des cosmétiques étrangers.

ep080526154

Les tarifs douaniers

En Chine, les tarifs douaniers sur les produits cosmétiques ont été réduits. En effet, ces derniers sont passés de 5% à 2%. Cette baisse de tarif n’aura pourtant aucun impact réel sur Jumei puisque ce tarif ne représentent qu’un petit pourcentage dans la pyramide de fixation du prix d’un produit.

Jumei détient une partie de It’s skin

It’s skin. Vous ne connaissez peut être pas cette marque, pourtant c’est l’une des plus populaires en Corée du Sud mais aussi dans toute l’Asie. Ainsi, Jumei a décidé d’user de la forte popularité de la marque en investissant un intérêt minoritaire dans l’industrie It’s skin, afin de booster la croissance des transactions des produits coréens par sa plateforme.

1168700122-1_w_1

Jumei n’est pas le leader dans le secteur de l’ecommerce en Chine mais il l’est dans celui de l’ecommerce des produits cosmétiques. Et aujourd’hui, les réformes des autorités chinoises vont lui permettent de s’implanter encore davantage dans ce secteur. En effet, le gouvernement chinois a prit la décision de réduire les frais de douane et il vient également de signer un accord avec la Corée du Sud concernant le libre-échange de produits entre les deux pays. Même si les cosmétiques ne semblent pas pouvoir faire partie de cet accord, celui-ci s’avère tout de même posséder des avantages encore inconnus.

Lire aussi :

Marketing Chine