Les nouveaux chiffres de l’agence gouvernementale China Internet Network Information Center (CNNIC) viennent d’être publiés. Quelles sont les nouvelles tendances de l’année 2014?

Un nombre d’internautes en constante hausse

La Chine est le pays au monde qui compte le plus d’internautes. Le nombre d’internautes chinois (et plus précisément de personnes s’étant connectées au moins une fois au cours du semestre précédent) a atteint les 632 millions en juin 2014 (alors qu’ils n’étaient que de  591 millions en juillet 2013), avec une augmentation de 14 millions depuis janvier 2014 et de 2,3% par rapport au semestre précédent.

Les appareils mobiles sont plus utilisés que les ordinateurs

u=1410825472,3849356203&fm=23&gp=0

 

Parmi les 632 millions d’internautes chinois, 527 millions d’entre eux (soit 87%) se sont connectés sur Internet via leur mobile.

Le nombre d’utilisateurs de smartphones et de tablettes a augmenté de 5,4% (ils étaient 500 millions à la fin de l’année 2013). Les appareils mobiles sont plus utilisés que les ordinateurs : 81% des internautes les utilisent pour se connecter sur Internet.

Les réseaux sociaux en baisse

Les réseaux sociaux sont moins fréquentés : l’utilisation des réseaux sociaux en Chine recule de 7,4%. Au cours du semestre dernier, 257 millions de personnes ont utilisé les réseaux sociaux, contre 278 millions lors des six mois précédents.

Cette baisse de fréquentation est due à un renforcement des mesures répressives à l’encontre de Sina Weibo (l’un des réseaux sociaux les plus influents en Chine, équivalent à Twitter ) et à l’encontre de WeChat (le système de messagerie instantanée du groupe Tencent qui fait fureur en Chine).

En revanche, le commerce, les jeux et les services bancaires gagnent du terrain sur Internet.

Google désormais totalement inaccessible en Chine

La censure à l’encontre de Google a récemment été renforcée par le gouvernement chinois : il est désormais impossible de se connecter sur Google sans utiliser un VPN en Chine. Cette année, Google va donc continuer à perdre des parts de marché qui vont être récupérées par Baidu et les autres moteurs de recherche chinois.


À lire également
: