Une lutte se prépare dans les services téléphoniques mondiaux en Chine. Assez innovante pour reléguer la bataille entre Google et Amazon au stade des bacs à sable. Deux des plus grands acteurs du Web Chinois, Tencent et Alibaba, sont au tête-à-tête dans le service du mobile et pourraient s’étendre très prochainement au-delà de leurs frontières.

Tencent VS Alibaba

Tencent a trouvé la possibilité de vendre des biens et des produits en ligne directement sur l’application de messagerie WeChat, qui a plus de 396 millions d’utilisateurs actifs par mois dont un quart se déroule hors de la Chine, mais aussi sur Weixin. Cette nouvelle fonctionnalité confronte directement le géant de la vente Alibaba qui, pour sa part, est en train de monter un nouveau smart phone et compte très bientôt s’introduire en bourse en Amérique.

Pour ce qui est d’Alibaba, c’est une entreprise qui a d’abord commencé par le e-commerce et qui a poursuivi dans les médias sociaux et les messageries instantanées. L’application de messagerie Tango par exemple, a mené à des investissements dépassant les 206 millions €.

alibaba

L’application qui fait tant parler

Tencent a crée une application fonctionnelle pour les détenteurs publics de compte Weixin. Permettant ainsi aux utilisateurs de publier des photos de leurs produits, gérer directement les commandes de leurs téléphones et pouvoir discuter avec leurs acheteurs. Les potentiels clients du « WeChat shop » peuvent utiliser le système de paiement de la compagnie Tencent, c’est-à-dire, directement par l’intermédiaire de Weixin.

Tencent-Holdings-logo

Comme pour n’importe quel fournisseur de système de messagerie ou de social média, savoir comment faire pour rentabiliser l’affaire est une question récurrente. Tencent espère pouvoir monétiser au mieux son immense base d’usagers afin de produire des revenues grâce aux publicités, jeux en ligne et service d’achat que l’on peut trouver sur le site. Cependant, comme sur toutes les autres plateformes de messagerie, les médias (comme le People’s Daily) et certains utilisateurs ont commencé à se plaindre des nombreuses publicités et promotions qui apparaissent sur WeChat lors de son utilisation et on commencer à critiquer ses fonctionnalités. C’est pourtant l’un des seuls moyens pour la compagnie de s’assurer des bénéfices rentables.

Cette année, Tencent s’attend à engendrer plus de 800 millions d’euros de profits grâce à l’application WeChat. Malgré le poids que la compagnie engendre dans la téléphonie mondiale, elle a décidé de concentrer ses efforts sur la Chine pour le moment. Le Vice-Président du groupe international qui régit la compagnie, Poshu Yeung, a pourtant laissé entendre qu’ils souhaitaient étendre le système de paiements aux pays étrangers tout en avouant que le marché international n’était, de toutes façons, pas prêt pour cette avancée. Pour l’instant, la priorité était se construire une image auprès  des utilisateurs actifs et accros, d’ une base de clients et d’investisseurs potentiels. Il a affirmé « Aucune compagnie n’essaye de faire de profits trop rapidement. La preuve, Google, Facebook etc. n’ont pas fait d’argent avant 6 à 8 ans d’activité. Ce n’est pas que nous ne voulons pas rentabiliser, c’est juste que ce n’est pas le bon moment ». Il a également ajouté « Qu’il n’y avait pas de raison de se développer hors de la Chine, mais que de l’autre côté, nous devons étudier la maturité du marché dans les autres pays ».

sZsi9XwLEo6iAnB4GYh4RZd4MoN4OWx09Zz__

Dans les pays émergents, la principale difficulté est l’absence d’infrastructure dans le cadre des paiements, tels que les cartes de crédit, alors qu’aux Etat-Unis, ce serait parce que c’est l’un des marchés les plus difficiles a pénétrer. Et pour cause, les entreprises sur place y règnent déjà en maître. Malgré ça, Tencent organise déjà des réunions d’information pour comprendre les consommateurs américains, leurs habitudes et leurs besoins plus clairement. Cependant, il faudra d’abord qu’il implante sa propre marque de téléphonie (comme c’est le cas en Chine) pour espérer faire concurrence dans ce marché où la messagerie instantanée est extrêmement fragmentée.

Plus d’informations :