Il a toujours été difficile pour les startups étrangères d’obtenir des fonds de capital-risque chinois, mais désormais les sociétés chinoises commencent à se tourner vers les startups nées à l’étranger.

Alors que la Chine marche vers le progrès technologique, le paradoxe dans sa quête d’innovation devient évident : la planification de l’innovation est une chose, mais sa création est un objectif insaisissable et souvent abstrait.

Il faut un écosystème propice à de telles activités, et des personnes ayant des compétences particulières : des ingénieurs et des scientifiques de données ayant de dures compétences technologiques en IA (intelligence artificielle) et en apprentissage automatique, par exemple, et des fondateurs de start-up avec des compétences de leadership.

 

Introduction :

La Chine est encore à court de ces ressources, et ce sont actuellement souvent les rapatriés chinois de la Silicon Valley qui ramènent dans le pays le talent nécessaire.

I) Un changement annoncé

Les secteurs public et privé de la Chine se sont pleinement mobilisés pour tenter d’atteindre les objectifs, avec des titans tels que Baidu, Alibaba, Tencent et bien d’autres qui versent des milliards dans le secteur de la technologie.

Selon un rapport de la société de recherche stratégique ABI Research, les startups d’IA en Chine ont levé près de 5 milliards de dollars en capital-risque en 2017, ce qui, selon PriceWaterhouseCoopers, représente 48 % du financement total des start-up de l’IA dans le monde, par rapport à L’Amérique avec ses 38%.

Les fondateurs étrangers, désireux de puiser dans le grand nombre de consommateurs chinois adoptent voracement de nouveaux produits et technologies. Certes, le risque est aggravé en Chine, avec une culture d’entreprise inconnue et un environnement réglementaire mal compris, mais il y a aussi des avantages convaincants pour les fondateurs de start-up tels que l’accélération du délai de mise sur le marché et des valorisations élevées.

I) Les chiffres l’illustrent

En Octobre 2018, l’investissement en capital de risque en Chine a atteint 93,8 milliards de dollars soit 2,2 milliards de dollars de plus que les 91,6 dollars affichés aux États-Unis, selon Crunchbase. Le temps qu’il faut à une start-up pour pénétrer le marché chinois est en moyenne de quatre ans, près de la moitié des sept années qu’il faut aux États-Unis, et par conséquent il y a maintenant 109 entreprises de ce genre évaluées à 535 milliards de dollars en Chine contre 127 aux États-Unis avec un cumulatif de 478 milliards de dollars.

III) Des efforts sont à prévoir

Malgré tout, la Chine reste nettement en retard par rapport aux États-Unis en ce qui concerne la qualité de ses ingénieurs et de ses brevets, la maturité de son écosystème technologique et sa capacité à attirer les meilleurs talents du monde. La valeur totale du marché technologique de la Chine ne représente encore que 32% de celle de l’Amérique.

Cependant, des forces politiques et économiques en Chine poussent les investisseurs à poursuivre les transactions dans le monde entier.

Traditionnellement, la Silicon Valley était la favorite mais avec le refoulement de l’administration Trump, les investisseurs chinois se tournent vers l’Israel pour son bassin de startups de qualité et vers l‘Europe pour ses prouesses manufacturières.

IV) Exemple de collaboration prometteuse

Plug and Play, une plate-forme d’innovation et un investisseur en démarrage de la Silicon Valley avec une présence bien établie à Beijing, Shanghai et Hangzhou, a invité une poignée de startups des États-Unis, d’Europe et d’Asie du Sud-Est à une collaboration transfrontalière de six mois dont l’objectif est un programme d’accélération dédié à les aider à accéder au marché chinois.

Conclusion :

Aujourd’hui le marché chinois représente une opportunité pour les startups étrangères.

Malgré tout une bonne stratégie marketing, une étude du marché approfondie et une connaissance des habitudes de consommation chinoises sont nécessaires.

Lire aussi

 

 

NOUS POUVONS (PEUT ETRE) VOUS AIDER :

GMA alias les Gentlemen du Marketing en Chine une agence « pur digital », composée d’une équipe de 70 personnes, basée à Shanghai, avec des microbranches dans le monde : UK, France ,Taiwan.

 

 

Contactez-vous… pour en savoir plus