En 2016, le secteur de la santé en Chine  représentait 6% du PIB du pays et devrait absorber une part de 10% dans les prochaines années.

 

LA REFORME DU SYSTEME DE SANTE EN CHINE

Même si la santé de la population s’est globalement améliorée en Chine depuis les années 1980, les écarts d’accès aux soins et à la santé publique ne cessent de se creuser.

Le système de santé chinois doit donc se réformer, mais les considérables efforts accomplis ne peuvent masquer les difficultés persistantes.

Les réformes économiques lancées en Chine au début des années 80 ont engendré une hausse du niveau de vie et, sur le plan sanitaire, de grands progrès qualitatifs pour les soins, les équipements des hôpitaux et le niveau de formation du personnel de santé. De même, l’état sanitaire de la population s’est globalement amélioré.

 

La Chine traverse une période de transition cruciale pour le développement de son système de santé et pour mener à bien ses réformes.

la santé en Chine…

Le système de santé actuel est à l’image des mutations structurelles en cours, avec un accès de plus en plus inégal à des soins de qualité, compte tenu d’une couverture assurance maladie encore insuffisante et d’une organisation hétérogène du système de santé.

Du fait de la disparition du système de prise en charge par les unités de travail et les communes populaires et d’une prévention moins développée, une partie des paysans et des urbains n’a encore qu’un accès limité aux soins, surtout lorsqu’il s’agit d’assumer des traitements longs, chers et/ou chroniques.

On considère désormais que la maladie est une des premières causes de pauvreté pour la population chinoise. Dans cette période cruciale de réforme du système de santé et de protection sociale, les progrès en cours restent encore incertains.

 

Les enjeux de santé publique sont considérables.

Même si l’espérance de vie a fortement augmenté (74 ans en 2009) avec une mortalité infantile qui a beaucoup baissé, cette dernière reste élevée par rapport aux pays développés : 17,2‰ en 2009 (versus 3,6 ‰ en France).

Sur le plan des structures de soins pour les enfants, le nombre de pédiatres reste insuffisant et les hôpitaux pédiatriques sont aussi en nombre insuffisant (68 hôpitaux sur les 13.000) et les équipements encore obsolètes dans les régions de l’Ouest de la Chine (les moins développées).

Des études récentes montrent que l’incidence des maladies cardiovasculaires et de la mortalité associée va connaître une augmentation importante en Chine d’ici 2030, prévue en croissance de plus de 73 %.

 

santé en Chine change

 

LE SYSTEME DE SANTE EN CHINE EST EN COURS DE REFORME

Le constat de ces difficultés et évolutions en cours a amené les autorités chinoises à vouloir engager des réformes.

La crise du SRAS en 2003 (Syndrome respiratoire aigu sévère) et les divers scandales récurrents de sécurité sanitaire et alimentaire (par exemple lait à la mélamine en 2008), ont amené les autorités sanitaires à lancer à plusieurs reprises des tentatives de refonte du système et de relance de l’assurance-maladie, sans grand succès.

Mais, depuis 2006, après la réorganisation complète du système de surveillance et de veille sanitaire dans les suites du SRAS, la réforme du système de santé est en marche pour établir un système de soins médicaux de base et d’assurance médicale accessibles à tous. Il s’agit d’une tâche complexe car tous les secteurs de la santé sont engagés dans ces changements.

La réforme de la santé en Chine vise  à : 

  • améliorer l’accès à la couverture assurance maladie (objectif ambitieux de couverture assurance maladie pour 100 % de la population d’ici 2020 – fin septembre 2011, 95 % des Chinois soit 1,295 millions de personnes sont couverts par une assurance-maladie). Cela implique des efforts considérables, puisque la couverture assurance maladie, qui n’existait pratiquement plus depuis les réformes économiques, a été rétablie progressivement depuis les années 2000 (couverture estimée à 15,7 % en 2004) ;
  • améliorer l’offre de soins de qualité, tant en ambulatoire qu’en établissements de santé, en ville qu’en zones rurales défavorisées ou éloignées (comme dans l’Ouest de la Chine). Le ministère s’attache ainsi à la qualité des soins en élaborant des recommandations de bonnes pratiques (pour 112 maladies les plus fréquentes) ;
  • développer des soins de proximité avec la construction ou rénovation de centres de santé communautaires et la formation des médecins généralistes (près de 20.000 formés en 2011)
  • encadrer la sécurité et l’accès à des médicaments de base, avec détermination d’une liste de médicaments dits essentiels (un minimum de 307 médicaments déterminés au niveau national), entièrement ou en grande partie remboursés, aux tarifs négociés avec les entreprises.
    Moderniser les hôpitaux publics avec, début 2010, le lancement de projet pilotes dans 16 villes pour améliorer le statut, la gestion, le fonctionnement, le financement et la qualité dans des établissements de santé volontaires et sélectionnés.Cette réforme a été élargie aux hôpitaux de 37 provinces fin 2010, et la ville de Pékin a engagé 22 de ses hôpitaux publics dans cette démarche en 2011.

Depuis 2009, un plan d’investissements de 850 milliards de yuans (plus de 92 milliards d’euros) est consacré à cette réforme.

En 3 ans, les dépenses ont été plus élevées que prévues, exigeant l’affectation d’un montant supplémentaire de 280 milliards de yuans (366 millions d’euros).

Malgré des progrès indéniables dans l’organisation des soins, le plus grand défi du Ministre de la santé chinois reste celui d’améliorer les services de base, en particulier dans les hôpitaux des districts (qui assurent près de 70 % des soins hospitaliers des ruraux) et les centres de santé communautaire.

Cela doit passer selon lui par un programme ambitieux de formation de médecins généralistes et d’organisation des soins de premier recours.

Les hopitaux publics la bête noir de l’empire du milieu

Par ailleurs, la partie la plus complexe et difficile reste, toujours selon le ministre, la mise en place de la réforme des hôpitaux publics, qui reçoivent toujours la grande majorité des malades quel que soit le niveau de gravité des pathologies.

La Chine traverse une période de transition cruciale pour le développement de son système de santé et pour mener à bien ses réformes.

Ses décideurs, au travers de choix pragmatiques pour améliorer l’organisation de leur système de santé et réduire les disparités et inégalités d’accès aux soins, opèrent de véritables choix de société, impactant sur le niveau et la qualité de vie de leur population et dont l’ampleur est sans commune mesure avec ce qui a été fait au cours des décennies précédentes.

Certaines Cliniques privées ont commencé à lancer leur activité en Chine, comme la clinique Euroeyes spécilisée dans les opérations laser des yeux.

Voir leur description et leur site officiel. 

santé en Chine

 

Les opportunités pour les sociétés Françaises ?

Oui évidement, mais il est difficile de naviguer en eaux troubles.

Comment réussir sur le marché de la santé en Chine ?

Les sociétés doivent travailler leur réputation , travailler leur notoriété et puis collaborer intelligement avec les pouvoirs publiques chinois.

 

1- – Il est important de travailler votre « trust » le facteur confiance qui fera la différence.

2- un travail sur les réseaux sociaux est important pour réussir (wechat, les forums , autres réseaux sociaux … )

3- 30% des recherches de Baidu concerne la Santé. Quand on sait que les chinois font des recherches sur baidu quand ils ont un problème, on met en place une stratégie de référencement efficace.

4- un travail de contenu, de questions Reponses , de conseils que l’on donne qui vont vous donner de la crédibilité sur le marché

5- Un travail auprès des journalistes et influencers

6- de l’engagement . il faut crée de l’engagement via des videos , articles qualitatifs etc

7-La distribution : réussir à être distribuer dans les points de ventes spécifiques

8- E-Commerce, oui pourquoi pas. JD ou encore Tmall vendent pas mal de produits relatfis à la santé. (Compléments alimentaires, Vitamines et autres produits de soins…)

9-Autre canaux non digitaux, possible mais nous n’en connaissons pas de pertinents 😉

 

Besoin d’accompagnement ?

N’hésitez pas à nous contacter. Nous sommes une agence basée en Chine, au coeur du marché et aidons les entreprises ambitieuses sur le marché chinois.

Et si vous n’êtes pas ambitieux me direz vous, ce n’est pas la peine de venir attaquer le marché chinois de la santé qui est très compliqué, mais très lucratifs.