Le e-commerce a stimulé les ventes de produits de luxe en Chine.

Dans l’ère post-COVID, les entreprises de luxe sont plus innovantes et plus déterminées

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez la suite.

  • Les marques de luxe rebondissent en Chine après COVID-19.
  • La digitalisation des marques de luxe

 

Pour la première édition du Shopping Festival de la plateforme vidéo Kuaishou, la plateforme chinoise d’e-commerce de luxe Secoo a lancé une chaîne en streaming live 24 heures sur son nouveau compte.

voir le site http://www.secoo.com/

La chaîne a vendu pour plus de 14,8 millions de dollars de produits de luxe au cours des cinq premières heures. source

Secoo a ouvert des salles de diffusion en direct sous différents thèmes comme le vintage, la mode, les sacs à main, les chaussures et les sessions hébergées par KOL, qui ont toutes été diffusées en alternance, selon les médias.

I. Les ventes de marques de luxe rebondissent en Chine fin  2020

La pandémie COVID-19 a frappé de plein fouet l’industrie du luxe et de la mode.

Selon une étude menée par le Boston Consulting Group, les ventes mondiales dans ces deux secteurs pourraient chuter de 25 à 30 % cette année par rapport à 2019.

Bulgari, par exemple, lorsque la pandémie était à son apogée en Chine, a fermé 50 % de ses magasins à l’échelle nationale, qui ont maintenant rouvert.

Et aujourd’hui, le secteur des produits de luxe a connu un rebondissement en Chine et joue un rôle actif dans la relance de l’économie régionale dans un contexte de défis post-COVID-19.

« A long terme, nous espérons voir la définition du luxe évoluer et devenir un état d’esprit, plutôt que la propriété des choses.

En général, nous prévoyons une « consommation consciente », par opposition à l’achat sans grande réflexion ou pour le plaisir », a déclaré Laurel Gu, directrice de catégorie du cabinet de conseil Mintel China.

Les dépenses chinoises en matière de luxe devraient doubler pour atteindre 169,7 milliards de dollars d’ici 2025, ce qui représente 65 % de la croissance du marché mondial, selon un rapport de McKinsey.

Alors que la pandémie COVID-19 a rendu l’année 2020 difficile, le secteur des produits de luxe peut réussir à surmonter la crise et en sortir encore plus fort.

II. La digitalisation des marques de luxe est elle enfin opérationelle en Chine? 

 

Récemment, nous avons vu de plus en plus de marques haut de gamme accélérer leur poussée de digitalisation et étendre leur présence en ligne, ont déclaré les initiés du secteur.

Selon le géant chinois du e-commerce JD, depuis début janvier, une vingtaine de marques de luxe ont ouvert des magasins sur son marché en ligne, comme la plus ancienne maison de maroquinerie du monde, Delvaux, la marque de bijoux Goossens et la marque britannique de cuir de luxe Smythson.

« La pandémie a touché de nombreuses industries, et le luxe ne fait pas exception. Elle a encouragé de nombreuses marques de luxe à accorder une plus grande importance au commerce en ligne », a déclaré au China Daily Kevin Jiang, président du commerce international chez JD Fashion and Lifestyle.

D’autres marques de luxe se remettent de la pandémie COVID-19.

Le groupe de luxe français LVMH a déclaré que ses grandes marques, dont Louis Vuitton, ont vu leurs ventes en Chine continentale augmenter de plus de 50 % par rapport à l’année précédente au début du mois d’avril.

Le 11 avril, Hermes a rouvert son magasin phare de Guangzhou et aurait réalisé un chiffre d’affaires de 2,7 millions de dollars en une seule journée, tandis que Prada et Bulgari ont tous deux enregistré +50 % des ventes.

 

En conclusion

Le e-commerce a stimulé les ventes de produits de luxe, même avec de nouvelles initiatives.

Fin avril, Tmall a dévoilé son canal « Luxury Soho », marquant l’entrée du plus grand géant chinois du e-commerce dans le secteur des points de vente de luxe.

Des marques telles que Coach, MCM, LEANCCE LAMAVO et Versace ont déjà rejoint le réseau de ventes 020.

Les marques de luxe sont déjà présentes sur Tmall par le biais d’un canal similaire appelé « Pavillon de luxe » qui a été lancé en 2017.

 

Lire aussi