Les chantiers navals en Chine et l’interview de Nanotec.

.

Pour la première fois, en 2009 les chantiers navales chinois ont décroché plus de commandes de navires que leurs rivaux Coréens. Le Japon, quant à lui, est relégué à la troisième place. En Chine, une des villes spécialistes des chantiers navals c’est Dalian, au Nord Est de la Chine. Un grand nombre d’entreprises chinoises et françaises ont déjà choisi de s’implanter dans cette ville. Les plus grosses entreprises du secteur sont dans cette ville.

.

Aujourd’hui j’ai eu le plaisir d’interviewer une entreprise pionnière dans le secteur en Chine, qui est présente dans cette ville depuis 1998: Nanotec.

.

.

Bonjour, Mme Fromont pourriez-vous vous présenter et nous présenter votre entreprise?

.

Bonjour Monsieur Vérot, je suis très heureuse de pouvoir bénéficier d’une interview sur votre blog spécial Chine qui devient très populaire, et je vous en remercie.

.

Pour parler de nos activités sur Dalian, je vais vous présenter NANOTEC, et mes fonctions auprès de Mr René SILVESTRE, Président Directeur Général. Nous avons, depuis dix ans, développé plusieurs cordes à notre arc :

  • Etude, fabrication et vente de machines pour le polissage de haute précision pour des grandes marques prestigieuses de l’horlogerie suisse,
  • Production de sous-traitance de surfaçage de matériaux durs, notamment pour des pièces destinées à l’industrie automobile, de l’optique et de l’électronique.
  • Construction navale aluminium, pour l’instant pour le marché français.

Ma fonction est d’assurer la coordination entre les clients en France et le chantier en Chine via l’entreprise de distribution, ALUTECH Nautisme, crée en 1999. J’occupe le poste de Directrice/Associée sur le site français.

.

Photos illustrant nos activités côté machines : quelques-unes de nos machines.

A droite, la plus grosse machine à polir double-face du monde, livrée pour le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) pour une application de pointe dans le secteur du nucléaire (Poids de la machine : 38 Tonnes).

machine nanotecphoto machine Nantec2

.

.

Photos illustrant nos activités côté construction navale :

.

bateau Nanotec.Coches d'eau 3

Bateaux-passagers construits chez NANOTEC en 2006 pour Marseillan et pour Cap d’Agde.

.

.

Quelles sont les caractéristiques de vos bateaux ?

.

Nous nous adaptons à la demande du client en proposant plusieurs styles. Pour cela, nous travaillons avec deux excellents Cabinets d’Architecture Navale, reconnus depuis de longues années, MER & DESIGN de Philippe SUBRERO (www.meretdesign.fr), dont beaucoup de vedettes à passagers voguent dans les eaux méditerranéennes, et avec qui nous avons construits plusieurs bateaux pour la Corse, et CABINET PROFILS de JEAN-FRASCA (www.jean-et-frasca.com), car nous aimons bien son style avant-gardiste.

Avec ce dernier, nous nous lançons également dans le secteur du bateau écologique (moteurs hybrides, ou catamarans à voile, ou moteurs électriques). Nos bateaux sont principalement faits de matériaux français, l’accastillage provient de France, nous attachons beaucoup d’importance à la finition et au détail.

.

Nous sommes à l’écoute des besoins des Armateurs. Nous ne cherchons pas à offrir des bateaux au rabais du fait d’être placé en Chine mais à mettre les avantages au service du client afin qu’il réalise un bel investissement dans la durée.

Pour cela, nous répercutons les économies que l’on peut faire sur le taux horaire du personnel en doublant les effectifs afin de réduire le temps de fabrication, d’une part, et d’autre part, pour pouvoir proposer des « petits plus » style une timonerie en bois aussi jolie que sur un yacht plaisance, ou un pont en teck (certains Armateurs adorent marcher pieds nus et le teck est super agréable…)

.

En Chine nous avons beaucoup d’essences de bois d’excellente qualité.

..Bois nanotec.

.

Depuis quand êtes vous présent en Chine ?

.

Il y a plus de dix ans, en 1998, Mr René SILVESTRE, décide de délocaliser une partie de la production de son entreprise SOMOS International, installée à Poitiers, sur la Chine.(www.somos.fr)

.

NANOTEC s’installe dans une des zones franches (Export Processing Zone) où l’on bénéficie de tous les services administratifs nécessaires sur place (douanes, postes, banques etc…)

.

Parallèlement à cela, passionnée depuis toujours de nautisme et de tout ce qui touche à la mer, il développe une structure de construction navale au sein de NANOTEC, et en France, il crée l’entreprise ALUTECH Nautisme, destinée à commercialiser la production. NANOTEC peut donc se revendiquer pionnier dans la construction navale en aluminium sur Dalian.

.photo 1ere coque

Photo de la toute première coque, en 2001.

.


.

Pourquoi avez-vous choisi Dalian, comme lieu d’implantation ?

.

C’est une décision longuement réfléchie à l’époque. Jumelée depuis 1985 (date des premiers voyages de Mr Silvestre vers la Chine pour faire son étude d’implantation) avec une des plus grandes villes portuaires de France, Le Havre, il avait senti que Dalian serait une ville amenée à exploiter au maximum dans les années futures, un de ses atouts considérables : la mer.

.

dalianDe plus la Municipalité de Dalian fait de nombreux efforts pour rendre la ville agréable, moderne, vivante pour les entrepreneurs étrangers.

Par ailleurs, le climat continental offre une qualité de vie remarquable. Côté Chef d’Entreprise, la ville de Dalian dispose de nombreuses universités couvrant toutes les spécialités dont NANOTEC aurait besoin, autant pour la construction de bateaux, que pour la fabrication de machine-outils.

.

Sur Dalian, Mr Silvestre s’est donc dit qu’il sera très facile de recruter du personnel qualifié à tous les stades de la production, depuis l’ingénieur jusqu’à l’opérateur.

.

.

Vous avez assisté au développement de la Chine, pouvez vous nous parler des principaux changements ?

.

La Chine a une très forte croissance ces dix dernières années. On peut dire « qu’elle est entrée dans les mœurs » et ce qui était extraordinaire pour l’époque est devenu presque un phénomène de mode à l’heure actuelle mais par nécessité.

.

De ce fait, les entreprises européennes sont plus nombreuses et cela engendre des facilités. Les conditions de vie des ouvriers se sont bien sûres améliorées.

Pour notre part, nous constatons surtout plus d’embouteillages, la circulation sur Dalian est devenue plus dense.

.

.

Quelle est la différence selon vous entre les ouvriers chinois et français ?

.

Le coût de la main d’œuvre est intéressant, bien sûr, mais là n’est pas le seul intérêt. Les Chinois sont plus faciles à motiver et à fidéliser si nous prenons le temps de développer le relationnel avec nos Équipes. L’ouvrier français ira peut être plus au devant d’initiatives multitâches, l’ouvrier chinois exécute la consigne sans s’occuper ni de l’amont, ni de l’aval….

.

Il est indispensable de maintenir des Ingénieurs français qui encadrent l’ensemble et qui auront cette vision globale.

.

.

Est-ce que vous vendez des bateaux à des chinois ?

.

Non, pour l’instant, nous n’avons pas encore vendu de bateaux aux Chinois. Certainement ça viendra. Nous avons eu des incidents de parcours qui ont freiné notre ascension vers la notoriété. La Chine développe aussi des convoitises, on peut facilement se faire court-circuiter avec son savoir-faire ou son personnel. Les étapes sont longues, il faut d’abord mettre en place son système de production, puis développer le marché français, puis avec l’image de ce marché français et de ces acquis, se mettre en valeur sur le marché chinois… ça prend du temps.

.

Du côté de la machine-outils, il nous arrive de fournir des machines pour la Chine, par exemple, des petites machines de tampographie pour le domaine de la lunetterie sur Suzhou et Shanghai suite à un salon à Paris (le SILMO).

.

Il faut savoir cultiver son Guanxi, et notamment avec les différentes municipalités, nous avons eu des liens avec tous les Maires de Dalian depuis dix ans.

.

Maire Dalian reception . .Maire Dalian CCIP

On peut voir sur la photo, M. Sylvestre et le Maire de Dalian.

.

.


A votre avis, le marché de la plaisance en Chine a-t-il un avenir?

Vu toutes les Marinas qui se font, bien sûr. Les Chinois commencent à s’intéresser à la mer autrement que pour la pêche.

.

.

Conclusion:

.

En effet, je pense que le marché nautique, comme les bateaux de plaisance a un bel avenir en Chine. Pour l’instant avoir un bateau, un Yacht, n’est pas encore très répandu, mais les riches chinois s’y mettront… Ils aiment avoir la face, montrer leur importance vis à vis de leur communauté. Ils apprécient également ce qui a la côte à l’étranger et quoi de plus snob que de faire une croisière dans son Yacht.

Il suffirait qu’une star un peu influente ait son propre bateau et puisse raconter que c’est très bien vu à l’étranger pour que l’effet boule de neige s’enclenche…

Personne ne sait réellement combien il y a de millionnaires en Chine… mais une chose est sur, il en existe un grand nombre.

.

.

Olivier VEROT

Marketing Chine