Nous avions interviewé le fondateur d’Atelier Fusari quelques temps après l’ouverture de sa première boutique de sur-mesure à Shanghai, un vrai défi dans le secteur niche de la mode masculine. Aujourd’hui nous revenons sur l’évolution de la marque Fusari, devenue une référence pour les hommes chinois en quête de style.

  1. POUVEZ VOUS NOUS RAPPELER VOTRE CONCEPT?

Atelier Fusari propose un concept de costumes sur mesure simple et moderne. Notre objectif est que le shopping pour homme devienne  un plaisir et non plus une contrainte. En prenant rendez-vous dans un de nos showroom, vous découvrez une nouvelle expérience d’achat. Chez Atelier Fusari, on a su associer : qualité, conseil et service. Nous ne recevons jamais deux clients en même temps afin de prendre le temps nécessaire pour chaque personne. Par ailleurs, cela crée une atmosphère plus cosy et personnelle pour la création. On commencera généralement le rendez-vous en discutant autour d’un verre afin de comprendre les besoins du client comme sa personnalité: mariage, business ou costume casual, notre métier est tout d’abord le conseil en style, vient ensuite la création des vêtements.

  1. COMMENT LA MARQUE A-T-ELLE EVOLUE ?

Nous avons aujourd’hui deux gammes, classique et premium, avec des prix fixes intégrant la personnalisation pour satisfaire le plus grand nombre. Notre priorité est d’établir une relation de confiance avec le client. Certaines personnes sont plus sensibles à la finesse des tissus, d’autres préfèrent un prix attractif et créer ainsi deux ou trois costumes à leur goût en un seul rendez-vous, sans regarder le portefeuille ! Nous avons aussi lancé cette année notre marque de costume luxe à Shanghai « Fusari Couture ».

  1. VOTRE MARQUE LUXE « Fusari Couture », POURQUOI CE TOURNANT?

C’est après avoir été sollicité par un célèbre designer de robe de mariées italien, que nous avons pensé luxe. C’était un réel défi, pour  ma sœur et moi-même, mais nous aimons viser haut. Boutique sur le bund, partenariat avec GMB Studio lors de la Couture week à Shanghai, une collection capsule avec le designer Giancarlo Mossi Borella et le lancement fin septembre de Fusari Couture.

A Shanghai, c’est presque un client sur deux qui nous demandaient une montée en gamme.  On s’est rendu compte que les nouveaux consommateurs chinois recherchent toujours le luxe, l’exclusivité et l’achat qui leur permettra de montrer leur statut social. Notre concept initial nous a permis de gagner la confiance des clients, ce qui est impératif en Chine, toutefois une seule gamme de costumes classiques ne suffisait pas pour satisfaire cette nouvelle classe sociale. La gamme premium était l’évolution naturelle de la marque ; Le résultat de deux ans d’expérience boutique comme de travail en interne sur l’amélioration de nos produits. La gamme luxe nous a demandé beaucoup plus de réflexions et de recherches, c’est un réel aboutissement.

  1. COMMENT LANCER SA MARQUE LUXE EN CHINE, FACE A HERMES ET LOUIS VUITTON ?

 

Il y a deux points très importants avant de lancer sa marque luxe en Chine, le premier point est de connaître son marché. Maitriser son produit et savoir appréhender les comportements des clients chinois dans son secteur est impératif. Il faut savoir se mettre à la place d’un client chinois et non pas penser à l’occidentale.

Le deuxième point est de construire des relations solides, le guanxi comme on dit, qui n’est pas une légende! C’est grâce à vos relations avec les clients, partenaires et autres acteurs de votre marché que votre marque luxe pourra connaitre succès et renommée. Vous pouvez avoir la plus belle identité de marque, si vous n’avez pas développé vos relations et construit une image de référence envers les chinois, il sera en effet très difficile de vous lancer dans ce secteur face à LVMH ! 

  1. QUELLE EST LA DIFFERENCE ENTRE UN COSTUME ATELIER FUSARI CLASSIQUE ET UN COSTUME FUSARI COUTURE ?

Pour la gamme Fusari Couture, nous travaillons d’une façon complètement différente. Le premier enjeu était de créer un design d’exception avec un entoilage haut de gamme. Tous les détails et finitions du costume sont faits à la main par des tailleurs de la plus haute expertise. Viens ensuite la sélection des étoffes, pour cela nous nous sommes adressés aux meilleurs drapiers, Dormeuil et Holland & Sherry, deux maisons anglaises qui nous ont proposées des tissus uniques au monde. On parle ici de laines 180s aux éclats de jades chez Dormeuil, de la célèbre Vigogne et autres laines d’exceptions tissées avec des fils d’or.

  1. COMBIEN FAUT-IL COMPTER POUR UN COSTUME LUXE FUSARI COUTURE ?

Notre sélection d’étoffes aux matières uniques et rares vont aussi faire varier le prix d’un costume luxe du simple au double. Cela peut aller de 30000 à 100 000 RMB !

  1. QUI SONT DONC CES CONSOMMATEURS DU LUXE EN CHINE?

Nos clients luxes sont pour la plupart des Shanghaiens, dans le monde des affaires, entre 40 et 60 ans. Ils parlent un anglais courant et ont beaucoup voyagé. Nous cherchons également à étendre notre cible vers une clientèle plus jeune, les petits empereurs, « xiaohuangdi » comme on les appelle en chinois, qui sont des enfants uniques venant de famille très aisées. Cette clientèle recherche notamment le luxe pour l’organisation de leur mariage qui est un autre secteur en plein essor dans le luxe en Chine.

  1. UN DERNIER CONSEIL POUR LE DEVELOPPEMENT DE SA MARQUE DE LUXE EN CHINE?

Rester vous-même et développer constamment vos relations sans négliger les réseaux sociaux chinois (wechat ; xiaohongshu) car la décision d’achat des chinois se fait toujours par recommandations et / ou commentaires en lignes.

Ne jamais sous-estimez les concurrents chinois, en particulier ceux qui engagent des services de marketing et de communication.
Nous sommes une agence de marketing digital basée à Shanghai, Beijing et Shenzhen. Nous travaillons avec de nombreuses marques internationales et chinoises sur leur stratégie de marketing dans l’Empire du Milieu.

Si vous avez un proje et que vous recherchez une agence sérieuse pour développer vos intérêts, n’hésitez pas à nous contacter.

Lire aussi: