Les hôpitaux et les prestataires de soins de santé sont confrontés à une pénurie d’équipements de protection individuelle alors même que la fabrication reprend en Chine, où sont fabriqués la plupart des produits de sécurité des soins de santé.

Dans cet article nous allons décrypter pourquoi une telle pénurie d’équipement de protection pendant la crise du covid-19

  • Le principal fournisseur, la Chine était en quarantaine
  • La rapidité de la contagion
  • Pourquoi une telle hausse des prix pour les masques ?
  • La difficulté d’exportation des masques

 

 

I. Le principal fournisseur, la Chine était en quarantaine

Pendant près de deux mois, les équipements de protection – blouses, écrans faciaux, gants, masques N95 – soit n’ont pas été fabriqués en Chine parce que les travailleurs étaient en quarantaine, soit n’ont pas été exportés parce que la Chine réclamait ces équipements pour ses propres besoins.

Mais au cours de la semaine dernière, la Chine a lentement repris l’exportation d’équipements de protection.

 

« Des produits sortent de Chine maintenant, mais ce n’est qu’un filet par rapport à ce dont nous avons besoin », a déclaré Sheshank Kamalapuram, président de Vanguard Sourcing, qui importe des masques et d’autres équipements pour les prestataires de soins de santé aux États-Unis.

« La fabrication est revenue à 80 à 85 % en Chine, mais elle n’arrive pas aux États-Unis aussi vite que nous l’espérons tous et prions pour qu’elle avance ».

 

II. La rapidité de la contagion

La situation est désastreuse, car les hôpitaux, les maisons de retraite et les centres de soins de santé épuisent leurs stocks bien avant que les admissions à l’hôpital pour coronavirus n’atteignent un niveau record.

Auparavant, le ministère de la santé et des services sociaux estimait que les États-Unis auraient besoin de quelque 3,5 milliards de masques si le virus atteignait le niveau de la pandémie, ce qui est le cas.

Kamalapuram approvisionne l’un des plus grands centres de dialyse du pays, qui, selon lui, manque de masques.

« Ce sont surtout les personnes âgées qui se rendent dans ces installations et si elles y vont une ou deux fois par semaine, leur vie est en danger », a-t-il déclaré.

 

Selon M. Kamalapuram, plusieurs raisons expliquent pourquoi le besoin n’a pas été satisfait, bien que la Chine produise maintenant quelque 200 millions de masques par jour.

La première est la demande mondiale – les États-Unis ne sont pas le seul pays à se battre pour les masques, et les producteurs de N95 dans des pays comme la France et l’Allemagne ont arrêté les exportations pour répondre à leurs propres besoins.

Le second est le coût.

III. Pourquoi une telle hausse des prix pour les masques ?

Normalement, chaque masque coûte environ un ou deux cents ; aujourd’hui, la fabrication de chaque masque coûte 25 à 30 cents.

La hausse des prix n’est pas nécessairement due aux fraudeurs.

La ruée folle a fait augmenter les coûts de production, car les entreprises chinoises ajoutent des employés et des machines coûteuses, et les restrictions de vol mises en place par l’administration Trump pour endiguer la transmission du virus rendent difficile l’expédition de fournitures de protection de la Chine vers les États-Unis.

 

Cette semaine, Michael Einhorn, le président de Dealmed, un fabricant et distributeur de fournitures médicales basé à Brooklyn, affrète un avion-cargo pour la Chine afin de charger des millions de dollars de fournitures – y compris des N95, des écrans faciaux et des blouses d’isolation, la fine cape protectrice que portent les travailleurs de la santé de première ligne – pour environ sept systèmes hospitaliers.

IV. La difficulté d’exportation des masques 

Certains exportateurs ont falsifié les papiers, en qualifiant les N95 de simples masques à poussière pour passer les douanes chinoises, mais ces derniers temps, la Chine a desserré son étau sur les exportations de N95.

Einhorn craint néanmoins que son avion-cargo ait des difficultés à rentrer aux États-Unis.

De nombreuses fournitures ne sont pas homologuées aux États-Unis bien qu’elles répondent à toutes les spécifications, mais les hôpitaux ont tellement besoin de matériel qu’ils prennent tout ce qu’ils peuvent obtenir.

« Si vous n’avez pas de lits d’hôpital, vous pouvez trouver un autre lit pour les patients », a déclaré M. Einhorn. « Mais si vous n’avez pas de blouses d’isolement, les patients ne sont pas traités. »

 

 

Le problème, selon M. Einhorn, est que les responsables américains n’ont pas traité la question avec suffisamment d’urgence et n’ont pas réussi à communiquer avec les distributeurs.

« Nous n’obtenons pas de réponses claires quant aux raisons pour lesquelles nous ne recevons pas de produits », a-t-il déclaré.

« J’aimerais que l’administration Trump se fasse plus entendre au sujet de la Chine.

J’aimerais qu’elle donne la priorité à l’acheminement des avions commerciaux et des avions-cargos militaires vers Shanghai et à leur chargement ».

Les normes sont compliquées et différentes suivant les pays, explique Charlotte Wang, un agent importateur exportateur de masques.

 

Pour combler la pénurie de N95, le président Trump a exhorté les entreprises de construction à donner des masques et a demandé aux entreprises d’augmenter leur niveau de production.

3M a déclaré qu’elle produirait 35 millions de masques supplémentaires par mois et Prestige Ameritech, l’un des plus grands fabricants nationaux de respirateurs du pays, a promis de produire 1 million de masques par jour.

Mais même cela n’est pas suffisant pour répondre à l’énorme demande.

 

« Un des laboratoires avec lesquels je travaille utilise plus d’un million de masques par semaine », a déclaré Kamalapuram.

« Quand vous ajoutez les hôpitaux, les maisons de retraite, les cabinets dentaires, les aéroports et la consommation domestique, c’est beaucoup.

La seule façon de nous sortir de cette situation est de nous adresser à la Chine ».

La Chine est le plus gros producteur de masques, et les 200 usines ont été supervisées par le gouvernement pour contrôler la qualité.

 

 

En conclusion

Les responsables américains et chinois parviendront à un accord pour accélérer les importations de N95, mais il soupçonne que cela prendra des mois.

En attendant, il doit combler d’autres lacunes dans la chaîne de production.

« Le gouvernement malaisien s’est enfermé la nuit dernière et la plupart des gants utilisés dans les hôpitaux proviennent de Malaisie », a-t-il déclaré.

« C’est une chose après l’autre. C’est juste un gâchis. »

 

Lire aussi

La santé en Plein boom en Chine après l’épidémie 

2020 est une bonne année pour exportation des solutions médicales en Chine