Le couple mythique de SOHO China, symbole de l’immobilier chinois

Ils ‘appellent Zhang Xin et Pan Sihi et sont un couple qui a réussit à faire fortune dans l’immobilier chinois. Aujourd’hui ils ont des icônes à Pékin et dans toute la Chine.

panzhang
La plus grande partie des entrepreneurs immobiliers chinois apprécient la discrétion et un anonymat, profitant des fortunes colossales acquises en restant cachés, mais il y a un couple de constructeurs qui échappe à  cette règle : Zhang Xin et son mari, Pan Shiyi. Personne ne peut échapper à leur marque quand on vite Shanghai et surtout Pékin.

Galaxy-Soho

Soho China

A eux deux, ils ont redessiné la ligne d’horizon de ces villes et quand on se trouve dans les quartiers d’affaires de ces villes, il est pratiquement impossible de ne pas voir apparaître le signe de leur marque SOHO China. Le succès ne se dément pas, la groupe a annoncé ses résultats du dernier exercice avec une augmentation du chiffre d’affaires de 170 % par rapport à l’exercice précédent, et Zhang Xin annonce que le groupe est encore en phase d’investissement et que « ce n’est que le début ».

le site www.sohochina.com/en

Leur visibilité ne se limite pas au paysage urbain de la capitale chinoise, ils ont construit une image bien à eux parmi les personnalités de la Chine contemporaine. L’un comme l’autre ont un blog personnel sur les sites de Sina Weibo qu’ils animent personnellement,  aussi bien Zhang Xin  que Pan Shiyi, avec ses plus de 5 millions de fans sur son micro-blog Weibo.

soho

Plus surprenant encore pour des personnalités du monde des affaires contemporain en Chine, Zhang Xin affiche haut et fort des opinions politiques, sa vision de la société chinoise, comme son mari elle affiche son appartenance au groupe religieux Baha’i et elle a même fait un peut de cinéma avec une apparition dans le film “Wall Street, l’argent ne dort jamais”.

 

Leur histoire

Le plus fascinant est le chemin qui les a conduit au sommet de la réussite chinoise. L’histoire de Zhang Xin, est comme elle l’affirme elle même en interview, une véritable incarnation de la Chine des 40 dernières années. Née pendant la révolution culturelle, elle a vécu dans à a campagne où ses parents avaient été envoyés à cause de leurs diplômes d’université, elle a ensuite suivi sa mère à Hong Kong et à l’âge de 15 ans où elle a du travailler dans des ateliers d’assemblage pour un salaire misérable. A l’âge de 19 an elle a économisé assez d’argent pour acheter un billet d’avion vers la Grande-Bretagne. Arrivée sur place, les choses sont encore difficiles car elle ne parle pas bien angmais mais elle finit par étudier à l’Université de Sussex puis à Cambridge. Elle commence une carrière dans la banque d’affaires et est recrutée par Goldman Sachs, puis Travelers Group.

Lors d’un voyage en Chine en 1994, elle redécouvre son pays et est frappée en revoyant le pays qu’elle avait quitté en pleine transformation avec un afflux massif d’ouvriers dans les usines de tout le pays, elle avoue s’être demandé devant tant de changements où toutes ces personne seraient 10 ans plus tard. Elle rencontre son mari, un jeune constructeur en immobilier lui aussi parti de rien qui lui annonce qu’il va construire le Manhattan chinois. Passé la surprise alors qu’elle pense qu’il ne sait pas de quoi il parle et n’a pas idée de la taille de Manhattan, elle comprend vite que ce qu’il a entrepris est en réalité bien plus grand que Manhattan et décide de se lancer avec lui sur la barque de l’immobilier.

soho immeuble beijing

Une approche complémentaire

Son apport sera important car  Zhang Xin et  Pan Sihi sont complémentaires. Il est à l’aise avec le monde chinois du commerce et sait vendre un projet, elle comprend de son côté l’importance de l’architecture et elle a la capacité de comprendre le fonctionnement du monde occidental aussi bien que le monde chinois. La réussite a été rapide, et l’empire immobilier le plus élégant de Chine s’est construit alors que le couple a eu deux fils.

 

Les projets du groupe SOHO

Wangjing-SogoBeijing

Les projets du groupe SOHO continuent à se multiplier, centrés sur Pékin et Shanghai où le groupe préfère se concentrer sur les immeubles de bureaux, constatant que l’immobilier résidentiel est moins intéressant et que l’immobilier d’emplacements comemrciaux n’a pas de logique économique, alors que le taux d’inoccupation des bureaux est seulement de 5% à Shanghai et de 3% à Pékin. IL s’agit donc de continuer à construire des immeubles avec style et élégance avant, peut-être, d’aller voir ce qui se passe dans les autres villes de Chine, quand leur marché sera arrivé à maturité.

En 2013, il y a eu une grande nouveauté: l’acquisition par un consortium d’investisseurs mené chinois mené par SOHO China dans l’achat de 40% de l’immeuble General Motors à Manhattan, la plus grande acquisition immobilière chinoise qui n’a jamais eu lieu aux Etats Unis.

Après avoir construit le super-Manhattan chinois, SOHO achète maintenant le Manhattan original. S’agit-il d’un signe d’inquiétude sur l’avenir de l’économie chinoise ?

Cela ne cadre pas avec la vision très optimiste de l’avenir de SOHO.

 

Article Proposé par Beijingrelocation.com

 

Marketing Chine