Mercredi dernier, le profit net du groupe Espagnol Inditex, dont Zara fait partie, a diminué pour la première fois depuis 2009 de 7.3%, réalisant 406€ millions en ce premier trimestre. Le propriétaire et premier actionnaire de la marque, Ortega répond à cette baisse par une stratégie globale d’expansion à l’international : « Il est important que toutes les marques du groupe continuent de s’étendre sur les marchés étrangers ». Ces marques ne sont autres que Massimo Dutti, Bershka, Oysho, Pull & Bear et quelques autres moins connues. Cette chute ne représente presque aucune menace pour le groupe car de l’autre côté, les ventes ont augmenté de 4.3% ce qui revient à un  total de 3.75 milliards d’euros.

zara

Une compagnie déjà bien implantée sur le marché

Inditex est présent dans 88 marchés à travers 6393 points de vente. Pourtant le groupe espère encore en ouvrir une cinquantaine d’ici la fin de l’année. De plus, n’oublions pas que le groupe possède son propre site Internet dans 25 pays dont 21 Européens, le Canada et les Etats-Unis en Amérique ainsi que le Japon et la Chine en Asie. Le Mexique et la Corée du Sud ne devraient pas tarder à suivre.

Zara est parfaitement au courant de l’incroyable potentiel de la Chine qui représente son deuxième plus grand marché après l’Espagne. Pour renforcer sa position dans le Pays du Milieu, Zara considère et planifie son entrée sur le plus grand centre commercial en ligne : Tmall. Depuis 2012, la marque est dotée de son propre site Internet en Chine mais avec la croissance du e-commerce ainsi que la faculté de Tmall à atteindre et rassurer les habitants des villes secondaires et tertiaires de l’arrière pays, Zara n’a pas vraiment le choix.

tmall-store1

L’incroyable opportunité que procure Tmall

Rappelons brièvement le poids de Tmall en Chine. Le groupe Alibaba peut se vanter d’avoir crée le site et génère grâce à lui plus de 177 milliards d’euros en transactions avec une communauté de 231 millions d’utilisateurs actifs. C’est plus qu’Amazon et Ebay réunit ! Comme l’ont fait Burberry et Asos avant, Zara ne peut se permettre de rater une opportunité pareille. Selon McKinsey Global les ventes de produits en ligne oscilleraient entre 310€ et 480€ milliards en 2020. Pour se donner une idée de grandeur, cela représente le marché Américain, Japonais, Anglais, Allemand et Français combinés.

Le plus grand bénéfice de Tmall est qu’il permet à la marque de garder le contrôle de tout, excepté le paiement. L’image de la marque ne sera donc pas dégradé et le Chef Executif d’Inditex, Pablo Isla, rassure en disant : « Cela ne diffère pas des ventes que nous effectuons déjà grâce à notre site Internet […] C’est comme ouvrir un magasin dans un centre commercial, c’est donc en raccord avec notre image ». Zara utilisera donc les mêmes prix qu’en magasin ainsi que la même logistique que d’habitude. C’est ce qui rend Tmall prometteur. De plus, cela permettra à la marque de renforcer les 457 magasins déjà présents sur le territoire et qui représentent environ 5% des ventes totales de la marque.

Screen-shot-2013-07-16-at-09.07.45

Une hésitation qui n’a pas lieu d’être

Même si les marques du groupe Inditex sont déjà présentes sur d’autres sites tels que ASOS ou Pull & Bear en Angleterre, l’Internet chinois est une autre paire de manche. Néanmoins, le groupe sait que le e-commerce est très sous-estimé dans le monde Occidental mais pourrait représenté presque un quart du marché vestimentaire en Chine. C’est pour cette raison que Zara s’implantera sur Tmall pour la saison automne-hiver 2014.

La marque a de grande espérance concernant ce segment et espère que grâce à la marge effectuée lors de la fabrication des vêtements et à leur logistique centralisée, ils pourront réussir à augmenter considérablement leurs profit. Après avoir lancé leur site sur l’Internet Chinois, Tmall semble l’étape logique à suivre dans l’espoir de toucher plus de clients potentiels en particulier la population du centre du pays. Néanmoins, la compétition reste la même, la marque devra rester en alerte s’il elle souhaite se démarquer et garder son avance, car d’autres marques (dont H&M) ne devrait pas tarder à suivre le mouvement.

  • Source : Reuters.
  • Si vous souhaitez plus de renseignement sur Tmall, c’est par ici.