Le gouvernement chinois prend les choses en main

Une nouvelle étude a révélé que les étendues du gouvernement chinois a pour but de détourner l’attention de ses citoyens « web-savvy » de mauvaises publicités.

Le rapport novateur révèle que la machine de propagande d’Internet de l’état (plus connu sous le nom du 50 Cent Party) pond 488 millions de faux messages de médias sociaux sur un durée d’un an.

Au lieu de repérer les détracteurs en ligne du gouvernement, le 50 Cent Party est plus intéressé à ressasser des informations d’état. Les réseaux sociaux actifs du pays sont donc bouchés avec de faux messages qui célèbrent le Parti communiste…

Autre approche

Co-écrit par des universitaires de Harvard, Stanford et l’Université de Californie, le rapport lui-même décrit comme la première analyse empirique à grande échelle de l’activité du 50 Cent Party.
« Nos données indiquent … que le 50 Cent Party engage dans presque aucun argument de tout genre et est plutôt consacré principalement à la distraction par cheerleading pour l’État », affirme l’étude. » Il apparaît également que le 50 Cent Party est surtout composé d’employés du gouvernement … Et pas comme on l’a prétendu, les citoyens ordinaires payés au coup par coup pour leur travail ».

Afin de mener leur recherche, les auteurs ont utilisé des archives de courriels divulguées à partir de 2013 et 2014, attribuées à l’office de propagande Internet d’un quartier chinois connu sous le nom de Zhanggong.
Pour briser plusieurs formats de l’archive, les universitaires ont construit leur propre code d’ordinateur avec lequel ils ont extrait 2,341 emails, rapporte Bloomberg. À l’intérieur de ces derniers, se trouvaient des dizaines de milliers de postes du50 Cent Party, qui ont ensuite été utilisées pour identifier le style des autres postes de propagande.

Le cross-référençant les noms des e-mails qui fuite avec des profils de médias sociaux en ligne, a déterminé l’identité de plusieurs des auteurs des messages, mais ont choisi de ne pas divulguer toute information personnelle

Les médias sociaux : de plus en plus utilisés et tendent à remplacer le terme de Web 2.0.

Comme indiqué dans l’étude, les médias sociaux sont aussi populaire en Chine que dans n’importe quelle autre région du monde. Sina Weibo est une plateforme de microblogging chinois populaire qui compte actuellement 222 millions d’utilisateurs, dont des personnalités occidentales notables, comme Stephen Hawking, le Premier ministre britannique David Cameron, et le PDG d’Apple Tim Cook…
Néanmoins, il n’est pas rare de trouver de faux messages sur les plates-formes de médias sociaux occidentaux. Bien que les « likes » de Twitter et Instagram sont interdits en Chine, ils sont pour autant toujours à la maison qui sont ainsi également dédiés à poster de faux commentaires.
En prenant pour exemple : Twitter, on remarque qu’en 2014, selon ses propres estimations, il avait environ 13 millions de faux profils, ce qui équivalait à 5 % de sa base d’utilisateurs.

Certains candidats principaux ont construit des réseaux organiques alliés en ligne qui permettent de mobiliser leur soutien à travers le web.

 

Pour plus d’informations :

  1. http://www.marketing-chine.com/analyse-marketing/10-raisons-pour-etre-present-sur-les-medias-sociaux-chinois
  2. http://www.marketing-chine.com/chine/18-outils-pour-reussir-une-campagne-de-social-media
  3. http://www.marketing-chine.com/category/reseaux-sociaux-chinois/
  4. http://journalducm.com/2016/06/03/gouvernement-chinois-reseaux-sociaux-9375/