La guerre du web chinois en passe de devenir mondiale

Le plus grand marché mondial de la télécommunication, en nombre d’utilisateurs, a servi de base de pouvoir aux géants technologiques de la Chine, respectivement Alibaba, Tencent et Baidu, créant une rivalité intense au sein du pays. Cependant, à la suite d’une série d’acquisitions majeures, ces trois entreprises n’ont plus beaucoup de marge de croissance sur leur marché domestique. Ces entreprises regardent alors de plus en plus vers ce que le monde a à offrir, cherchant potentiellement à entrer en concurrence avec les géants Occidentaux. 2014 a notamment vu la médiatique entrée en bourse, à Wall Street, de Alibaba. Pour ces entreprises chinoises, savoir identifier les demandes et besoins des consommateurs non-chinois sera un défi.

Geant Internet chinois

Credit: Zaichina.net

Avoir accès à l’immense marché de consommateurs chinois et son insatiable appétit pour toutes choses présentes sur les marketplaces Internet a permis au triode géants du  numérique chinois de profiter du soudain développement de la plupart des branches du numérique. La Chine est leader mondial en nombre d’abonnements téléphonique (1.2 milliard) et d’utilisateurs d’internet (626 million) en 2014 ;

Alibaba possède de nombreuses plateformes d’e-commerce, incluant Taobao et Tmall, mais détient aussi une plateforme de paiement et des marques multimédias. Tencent dispose de l’un des plus gros réseaux sociaux au monde, Qzone, et est particulièrement puissant sur la messagerie instantanée mobile et les jeux. Baidu, le Google chinois, est le moteur de recherche dominant en Chine et possède une gamme de services complémentaires associés.

Implications pour le marché mondial

Internet ChineLes marques numériques se répartissant l’Internet local en Chine ont créé une solution presque monopolistique. La bataille d’acquisitions et d’investissements d’Alibaba, Tencent et Baidu  a eu un impact majeur sur le secteur –déjà mature- de l’e-commerce en Chine et des paiements en ligne, avec un total respectif de 98.5 milliards et 7.8 milliards de dollars.

La saturation à l’échelle nationale pousse maintenant les entreprises chinoises à regarder vers l’étranger. Leurs hauts niveaux de liquidité conduisent au lancement d’achats et de services sur la scène internationale. La plateforme d’e-commerce B2C low-cost, AliExpress, est l’une des offres inter-frontière rencontrant le plus franc succès mondialement, pendant que la messagerie mobile de Tencent, Wechat, se développe fortement dans la région d’Asie Pacifique et en Afrique.

« Cette influence grandissante des géants chinois va constituer une forte concurrence pour les entreprises technologiques Occidentales, marques dominantes sur le marché international jusque-là », nous dit T. Jean, de Daxue Conseil. « La vaste étendue de leur portfolio permet au trio chinois de proposer des offres intégrées inégalables, allant des services commerciaux sociaux aux plateformes de jeux en ligne ». D’autant plus que « les grandes entreprise de télécommunication chinoise ont particulièrement profité des répercussions des scandales d’espionnage qui ont terni l’image des marques américaines comme Facebook et Google aux yeux de nombreux consommateurs dans le monde ». D’après des sources commerciales de 2013, le scandale risque de coûter jusqu’à 35.0 milliards de dollars de ventes aux entreprises technologiques américaines jusqu’en 2016.

Pour  nuancer cette approche, les sociétés chinoises ont bénéficiées d’un très grand protectionnisme de l’Etat sur leur territoire domestique et il leur reste donc encore à être testés face à leurs homologues occidentaux.

De même, même si les géants du numérique chinois ne verraient pas le succès en dehors de leurs frontières, le marché interne continuera d’offrir de nouvelles perspectives,  grâce au développement des classes moyennes et l’augmentation des consommateurs dans les zones rurales se connectant à internet depuis leurs mobiles notamment. Cela pourrait inciter des stratégies moins agressives en cas d’échecs, même relatifs, sur le marché internationales.

Enfin, le défi majeur pour les sociétés chinoises sera tout simplement de gagner la confiance des consommateurs dans le monde. Les produits des marques « Made in China» ont pendant longtemps été associés à des produits et services bas de gamme et de mauvaise qualité.