Le territoire chinois compte plus de 5000 plates-formes de ecommerce crossbording ou Haitao. Les prévisions du ministère du Commerce montrent que le volume du ecommerce transfrontalier devrait atteindre 6500 milliards de yuans (881,89 milliards d’euros) en 2016, et incroyable représenter 20% des marchandises importées en Chine.

Les experts  croient quant à eux que la nouvelle politique contribuera à promouvoir une concurrence « loyale », et assainir le secteur.

taxes chine

 

Une nouvelle taxe instaurée sur les marchandises transfrontalières

Le Ministère des Finances, l’Administration des taxes et l’Administration Générale ont décidé en avril dernier d’implémenter une nouvelle taxe sur le e-commerce transfrontalier.

Cette nouvelle taxe a pris effet le 8 avril and elle concerne l’ensemble des entreprises et des revendeurs traditionnels afin d’améliorer le marché et de créer une mécanique concurrentiel plus équitable. C’est une taxe collective qui concerne les produits transitant par la poste mais également les produits importés et les biens de consommations.

Est-ce que cela à un véritable impact sur les biens importés ? En effet, tous les produits importés qui ont une valeur inférieure à 1 000 yuans, le taux de taxation s’élève à environ 10% et tous les biens estimés en-dessous de 50 yuans sont exemptés de taxe. Ces détails ont été traités par Wang Wri, le Directeur de l’Institut des Marchés Économiques et du Centre de Recherche en Développement pour le Conseil d’État.

 

Une nouvelle taxe contre un processus inéquitable

De plus en plus de personne en Chine demandent des produits étrangers. C’est pour cela que des entités ont choisis la poste du fait des avantages qui l’accompagnés. Ils utilisaient différentes techniques et méthodes afin d’éviter de payer les taxes en reconditionnant puis en envoyant les produits en deux process différents. Cette nouvelle est donc mise en place à cause de ce genre de comportements jugés abusifs par le gouvernement. C’est en comparant le marché que cela représente et les retombées dans les caisses de l’État qu’il est facile de comprendre c’est situation abusive.  Dans ls faits, le marché des produits transfrontaliers représente plusieurs centaines de milliards de yuans alors qu’en contrepartie l’État ne percevait que 1.3 milliards de yuans chaque année. C’est alors que face à une telle disproportion et le manque à gagner flagrant, le gouvernement a mis en place cette nouvelle taxe.

En conséquence, ce nouveau processus de taxation a pour but de contrecarrer un système jugé inégale. Il a alors été décidé de limiter la valeur des transactions à 20 000 yuans par année et par personne. Mais également, à un maximum de 2 000 yuans par transfert pour les revendeurs de marchandises transfrontalières.

source

Á lire aussi :