Saturation des villes de premier plan, développement des villes de second tiers.

Il y a de ça une décennie, les marques de luxe occidentales commençaient à s’installer petit à petit en Chine. Notamment à l’intérieur des grands hôtels ce qui leur permettait de s’implanter à travers tout le pays et de donner aux riches clients l’opportunité de faire des achats sans sortir de leur hôtel. Maintenant que le marché entre en phase de maturation sur les villes principales de Chine, les marques se diversifient et s’établissent dans les villes de provinces, Chengdu en tête. De ce fait, avec un marché particulièrement développé, ces villes plus excentrées sont en train de saturer.

La compagnie McKinsey & Company a publié un rapport décrivant l’engouement des Chinois à l’égard des biens de luxe. Ceci sans oublier bien sûr que cette population est récemment la plus dépensière dans ce secteur, dépassant ainsi les Japonais. Ceci est principalement causé par la croissance vertigineuse des villes de troisième tiers du pays. Max Magni, l’un des principaux associés à l’agence McKinsey d’Hong Kong, a ajouté que « Les villes de provinces Chinoises deviennent extrêmement importantes. C’est l’évolution naturelle du marché. A Pékin ou à Shanghai, les consommateurs dépensaient déjà de grosses sommes d’argent il y a de cela 5 ou 6 ans. Maintenant, c’est au tour des consommateurs de l’arrière pays de dépenser pour montrer leur richesse ».

china-gucci-store

Des changements dans les tendances de consommation

Auparavant, les clients chinois faisaient leurs achats à l’étranger pendant leur voyage en Europe. Ils pouvaient ainsi  profiter des prix détaxés des produits de luxe  et donc 10% à 40% moins chers qu’en Asie. Cependant, de nos jours, les Chinois ne se limitent plus à ça. Ils deviennent de plus en plus aisés et n’hésitent plus à se permettre des excès dans leur train de vie et un confort luxueux.

Ile préfèrent en général privilégier les produits de petite taille, comme des accessoires, et délaisser les produits plus gros, comme les voitures ou les propriétés. Comme l’a précisé Paul Husband, le directeur de la compagnie Husband Retail Consulting à Hong Kong, « vous ne pouvez pas utiliser votre yacht de la même façon que vous utilisez votre montre Cartier ». .

Sur Pékin, Shanghaï et Guangzhou les dépenses devraient continuer d’augmenter au moins 8% par an. Pour ce qui est des villes secondaires, ce taux devrait doubler d’ici à l’année prochaine.

001372acd0b51289769a01

Un marché en plein ébullition

Néanmoins, cette croissance ne devrait pas s’éterniser car le marché va finir par être bouché ou du moins stagnera car ces nouvelles villes phare finiront complètement inondées. Il existe déjà 47 magasins Louis Vuitton dont 36 sont situés dans des villes secondaires et tertiaires, 105 magasins Tommy Hilfiger dans 79 villes différentes et plus de 300 magasins Armani dans 60 villes au total. On en trouve même dans des régions telles le Tibet ou Xinjiang.

Il est difficile de prévoir les tendances du marché sur le long terme.Pourtant, une chose est sûre, cette bulle ne devrait pas tarder à éclater. Les experts recommandent d’ouvrir des points de vente avec précaution et de ne pas se précipiter lors de la décision des villes où s’implanter. L’expérience du client Chinois doit rester unique et authentique, du moins tout autant que s’il faisait ses achats en Occident.

Si vous souhaitez plus d’information sur les tendances de consommation des chinois, n’hésitez pas à venir visiter notre site Internet, rubrique Luxe.

Voici également

  1. un article qui pourrait vous intéresser
  2. Le best of de la communication digital dans le luxe en Chine ici