Un article sociologique pour mieux comprendre les femmes qui ont réussit en Chine, les comprendre pour mieux les cibler.

 

Pendant la fête de la femme de l’an dernier une des stars de la télévision française a été  invitée : Sophie Marceau comme « Guest star » de cette journée internationale. Mais elle n’a pas tellement fait fureur auprès des chinois ! Mais elle l’aurait été si elle était styliste ou modéliste pour porter une parure ou une paire de chaussure à 750 euros, assez pour voir toutes les femmes chinoises habillées de la sorte, et pouvoir en partie réaliser le rêve de ressembler à une icône…

Grâce au communisme chinois les femmes en Chine ont les mêmes droits que ceux des hommes.

On entend par cela le droit d’être indépendante de travailler mais surtout pas le droit d’être féminine et de se mettre en exergue.

Le rêve de se vêtir comme un mannequin ou encore de plaire et d’apprécier qu’on est une femme, mais aussi le rêve de Cendrillon qui est celui d’épouser un homme riche. Il est toujours aussi difficile d’évoquer le sujet des femmes chinoise tellement elles sont différentes les unes des autres que ça soit en terme de style ou de mode de vie. Qu’est ce qui différencie la paysanne qui tire l’eau du puits qui est restée à la campagne très dépendante de sa famille et de ses enfants, de celle rurale, ouvrière  motivée par le fait de devenir indépendante financièrement ou encore de la jeune étudiante à la grande université de la ville…J’en ai oublié une ?

Ah oui comment pourrai-je oublier la Businesswoman chinoise qui dirige un centre d’affaires et qui n’a pas assez de temps pour s’occuper des enfants ! Tellement de différences sociales mais aussi géographiques.

Une femme tiraillée par la pression sociale d’un côté  et par les traditions d’un autre …

Etre une femme dans l’Empire du milieu peut ce faire sous multiples facettes, des facettes qui nous laisse devant les contradictions du pays :

La femme campagnarde qui travaille jour et nuit pour faire grandir sa fille et ensuite la marier à un homme contre de l’argent ! La pauvreté vous me direz…oui effectivement le fléau a atteint des sommets. Ou bien même être chanceuse et travailler autant que femme de ménage chez une famille en ville, on l’appellera donc « Ayi ».

Une autre facette : celle de l’étudiante de Nanjing, la capitale du Jiangsu, 9 millions d’habitants, night-life et cafés ouverts jusqu’à des heures tardives. Une fille motivée par ses parents pour être la première de sa classe en université à Shanghai, qui rencontrera un homme tombera enceinte une seule fois un enfant qu’elle devra élever, puis s’occuper de ses parents mais aussi de ses beaux parents. Avec la politique de l’enfant unique on se retrouve avec une population vielle dépassant celle jeune, les couples ne sont donc pas si excités à l’idée d’avoir un deuxième enfant…Même si de nos jours le gouvernement chinois  le permet !

L’autre bout de l’échelle nous offre un autre décor : Zhang Xin, la présidente du groupe immobilier de Soho, figurant ainsi dans « Women’s Forums » une figure qui vous montre l’envers du décor et vous laisse penser qu’il y a égalité entre les hommes et les femmes en Chine. Vivant dans un pays aussi paternaliste et traditionnaliste que la Chine, un pays où des hommes chinois continuent à avoir des maitresses sous leurs ailes.

Pour une femme chinoise, avoir un enfant est déjà assez…En avoir deux vous me dites ?!

La génération qui un âge compris entre 15 et 59 ans, et qui est reconnu comme étant capable de travailler en chine est estimée à  700 millions d’individus, et ce chiffre a tendance à grimper pour atteindre les 950 millions en 2050. Suffisant ? Oui je le pense aussi…Le pic de la population en Chine sera atteint aux environs de 2030 et baissera logiquement par la suite.

Les Millénials et les Xennials : l’espoir d’un avenir meilleure

Si une femme accepte de travailler et de bien faire son travaille et d’en faire autant qu’en lui demande elle peut avoir sa part d’égalité avec les hommes. D’ailleurs les chinois sont connus pour être des dingues du labeur ! On peut avoir une  preuve si on jette un coup d’œil sur l’unes des universités de Nanjing : même après la fin des cours, les salles de travail et les bibliothèques sont toujours bouclées d’étudiants.

La génération 20 à 25 ans se soucie de l’avenir de son pays, elle est même capable d’apporter des changements en s’ouvrant d’avantage sur le monde, et en ayant une volonté de plus en plus puissante, qui donnera certainement ses fruits dans les années à venir. 

Lire article sur 8 Conseils pour cibler les femmes Chinoises 

Lire aussi La femme Chinoise, une cible Marketing