Les consommatrices chinoises veulent des produits naturels

Quand il s’agit de produits cosmétiques, les consommateurs chinois font certes attention aux tendances et aux innovations présentées par les marques, mais le côté naturel reste essentiel pour elles. Ce comportement tient en fait de la culture chinoise : l’approche globale de la beauté en Chine relie la beauté à la santé, et la médecine traditionnelle chinoise fait l’usage d’ingrédients naturels.

Les marques l’ont compris et offrent aujourd’hui de plus en plus de produits à bases de produits naturels (parfois elles intègrent même ces ingrédients utilisés par la médecine chinoise) … ce qui au final engendre une augmentation des ventes. Une des marques pionnière dans ce mouvement en Chine était Yue-Sai, une marque créée par la productrice et animatrice Yue-Sai Kan, aujourd’hui appartenant au portfolio de L’Oréal.

[4] Natural products

Les huiles de beauté deviennent de plus en plus populaires

Il y a quelques années, vous n’auriez pas trouvé une offre très diversifiée d’huiles de soin dans une grande partie des pays occidentaux. C’est maintenant une tendance globale, mais elle tient ses origines en Asie. Les rituels de beauté asiatiques intègrent depuis longtemps les soins aux huiles, les consommateurs occidentaux les ont ensuite adoptés… et cela revient en quelque sorte en Chine aujourd’hui.

De nombreuses marques étrangères offrent ce type de produits maintenant, et puisque les consommatrices chinoises ont davantage confiance en ces marques internationales plutôt qu’en les marques locales, l’intérêt pour ces produits a grandi et les ventes ont augmenté.

Ce regain d’intérêt pour les huiles de beauté en Chine n’est en fait pas si surprenant : les huiles sont naturelles, pures de tout additif, et puisqu’elles peuvent être utilisées à de nombreuses fins.

[4] Natural oils

Les consommatrices chinoises ont des rituels de soins de plus en plus sophistiqués

C’est en fait une tendance qui vient de Corée du Sud et du Japon. Les rituels de beauté dans ces pays sont en effet bien plus minutieux que dans les pays occidentaux, mais ils le sont aussi plus qu’en Chine. Ce processus en plusieurs étapes comprend de nombreux produits et peut ainsi paraître laborieux pour les novices.

Les consommatrices chinoises ont vu leur pouvoir d’achat augmenter ces dernières années, ils ont acheté plus de cosmétiques qu’ils ne le faisaient auparavant : maintenant qu’ils peuvent se les permettre, et vu qu’ils ont accès à des marques étrangères (par le biais de plateforme d’e-commerce en cross-border), elles intègrent de plus en plus de ces produits étrangers dans leurs habitudes. Et plus particulièrement des produits japonais et sud-coréens : ils sont considérés comme innovants et de haute qualité aux yeux de la clientèle chinoise. Celles-ci sont donc influencées par les rituels de beauté d’autres pays asiatiques.

Les consommatrices urbaines se mettent au parfum

Les chinois n’utilisent pas tellement de parfum, ce qui peut être surprenant puisque les senteurs sont utilisées depuis la Chine ancienne (avec les herbes odorantes ou l’encens par exemple). Les parfums sont cependant vus comme des produits de luxe en Chine et sont chers, surtout si les consommateurs préfèrent les marques étrangères aux marques locales.

Avec l’augmentation du pouvoir d’achat, les ventes de parfums augmentent elles aussi (avec un taux de croissance entre 15,5% et 22,1% en 2009-2013) mais uniquement pour un segment particulier de consommateurs. En effet, l’acheteur type de parfum en Chine est une femme urbaine entre 30 et 50 ans dont les revenus sont suffisamment élevés pour qu’elles puissent s’offrir ce produit. Il est intéressant de noter que les hommes eux, ne semblent pas intéressés par le parfum. Ca n’est pas encore une habitude pour eux mais ils apprécient l’Eau de Cologne par exemple : il y a peut-être là une opportunité pour une marque ambitieuse ?

[4] Perfume

L’expérience client en magasin est essentielle

Les chinois sont connus pour être d’avides acheteurs en ligne. Cependant quand il s’agit de cosmétiques, les canaux de distribution favoris restent les points de vente physiques : grands magasins, magasins spécialisés et supermarchés. Il y a plusieurs raisons à cela.

Tout d’abord, faire ses achats à un comptoir garantit en quelque sorte d’acquérir un produit authentique : avec la prolifération des contrefaçons en Chine, les consommateurs sont très méfiants de ce qu’ils achètent.

Ensuite, il est très important pour eux de pouvoir tester le produit. Si leur comportement d’achat a évolué en un processus plus informé et sophistiqué, ils aiment également pouvoir juger un produit d’eux même. De plus, l’expérience en magasin est également un facteur décisif pour eux : cela fait partie de ce qui fait la marque en elle-même et ces consommateurs sont de plus en plus intéressés par ce qu’une marque a à leur dire et à leur offrir.

Ces deux éléments sont d’autant plus vrais pour les produits de luxe. En conséquence, leur proposer une expérience en magasin agréable, instructive et originale est un excellent moyen de les faire apprécier votre marque.

Les produits d’entrée de gamme ont des canaux de distribution spécifiques

Si les consommateurs chinois préfèrent acheter les produits de luxe dans des points de vente physiques où ils pourront obtenir des informations et les tester, quand il s’agit de produits d’entrée de gamme, ils accepteront en revanche de les acheter en ligne. Même si l’on sait que de nombreuses contrefaçons sont vendues sur ces plateformes, ils seront tout de même d’accord de passer par ce biais : puisqu’il s’agit de produits basiques, les chances sont moindres qu’il s’agisse de copies. Les sites Jumei, Tmall ou JD sont des sites d’e-commerce populaires pour les cosmétiques.

[4] Internet user

La crise de confiance n’est pas terminée

Comme on l’a dit précédemment, il y a une réelle crise de confiance en la qualité des produits en Chine. Le pays est connu pour produire des copies et ces dernières se retrouvent sur tous les canaux de distribution possibles. Même les supermarchés de confiance ont été affecté par ces scandales, et oui, cela concerne tous types de produits ou secteurs : la mode, les cosmétiques et même la nourriture.

Internet et ses nombreuses plateformes d’e-commerce ne font rien pour arranger les choses. Les consommateurs chinois sont maintenant à la recherche de preuves d’authenticité lorsqu’ils font leurs achats (comme un document officiel qui serait fourni par la marque) mais les contrefacteurs sont maintenant à même de fournir des faux certificats également.

Le bouche-à-oreille est toujours d’actualité

Puisque les consommateurs chinois sont si précautionneux quant à leurs achats, ils se fient énormément à ce que les autres consommateurs ont à dire. Ce qui explique ainsi pourquoi les blogs et autres forums sont si populaires en Chine : c’est un moyen pour eux d’obtenir un retour d’expérience de la part de ceux qui ont testé les produits qui les intéressent. Cette clientèle aura davantage confiance en ce que disent leurs pairs plutôt qu’en les messages divulgués par la marque.

Si vous cherchez à rendre votre produit attractif aux yeux des consommateurs chinois, vous devriez d’abord tendre l’oreille à propos de ce qu’on dit de vous, et tourner la conversation vers un angle positif.

[4] Internet user 2

Les tutoriels beauté sont là pour rester

Tout comme le concept de bouche-à-oreille, les consommateurs et internautes chinois apprécient un autre type de contenu : les tutoriels beauté. Il s’agit en général de guide vidéo ou photo qui expliquent pas à pas comment faire ce type de maquillage ou de coiffure.

Ce genre de format de contenu est très populaire : sur WeChat ce sont les marques de beauté qui recueillent le meilleur engagement et surtout grâce à ces tutoriels.

Plus d’information ici :

  1. Les cosmétiques naturels et biologiques séduisent l’Asie
  2. Contrefaçon : la bataille des colosses de l’e-commerce chinois pour leur réputation
  3. Tout savoir sur le e-commerce des cosmétiques en Chine
  4. Tous nos articles sur la cosmétique en Chine