Interview (Exclusive) de Rions Cantonais

.

Il y a une semaine, le camarade Hugo Caffarel, du blog Rions cantonais m’a interviewé sur son blog, et j’ai souhaité lui rendre l’appareil, et lui ai posé une petite série de questions, sur lui, son blog et ses motivations.

 

Bonjour Hugo, pourrais tu te présenter, d’une manière rapide et efficace?

 

Hugo CaffarelBien sur ! Je m’appelle Hugo Caffarel, j’ai 24 ans, je viens de terminer 6 années d’études (Master in Management) en parallèle desquelles j’ai développé tout un tas de projets qui sont aujourd’hui la réelle valeur ajoutée de mon parcours scolaire.

Signe particulier, je suis gourmand au point d’avoir écrit ma thèse professionnelle sur la qualité alimentaire comme motivation à l’achat pour les consommateurs chinois.

.

Et je recherche un job ! Fonction commerciale / mobilité Internationale / prétention salariale niveau « start-up ».

.

Tu tiens le blog Rions Cantonais, pourrais tu nous présenter ton blog?

.

D’un côté, l’observation de la société chinoise avec un regard français, volontairement cynique et caricatural.

 

Quelques exemples :

« Travailler avec les chinois : oh my God ! »

« La Chine tu l’aimes ou tu la quittes »

« Hommage à l’entrepreneuriat urbain chinois »

« 11 sources d’agacement pour un étranger en Chine »

.

De l’autre, des Interviews d’entrepreneurs qui partagent leur expérience de la création d’entreprise en Chine.

.

Rions Cantonais, c’est un blog sans prétention, mais avec l’ambition d’apporter une information de qualité sur un créneau de blogging peu exploité : l’entrepreneuriat en Chine.

,

Logo Transp

.

Tu as vécu à Canton, pourrais-tu nous décrire ton expérience professionnelle ?

 

J’ai intégré une toute petite structure franco-chinoise en tant que Business Development Manager, puis j’ai évolué comme Sales Manager au bout de quelques mois.

 

Ce qui m’a le plus surpris c’est de voir l’envers du décor d’une marque alimentaire positionnée haut de gamme capable de fournir les plus grands hôtels 5 étoiles du Guangdong.

 

> En interne, l’absence totale de méthodes de travail et le cruel manque de professionnalisme et de qualification des collaborateurs sur la partie gestion et administration donnait l’impression d’avoir à faire à un colosse aux pieds d’argile. Et pourtant ça tient.

 

C’était passionnant et extrêmement intense. L’occasion aussi de prendre du recul sur nos méthodes de travail à la française, souvent très procédurières. La flexibilité et le système D sont les clefs de la réussite professionnelle en Chine !

 

 

Quels sont les facteurs clef de succès pour les marques françaises dans l’agroalimentaire?

,

Pour l’instant, le paraître reste encore le principal facteur clef de succès.

Mais d’après le travail que j’ai mené sur le sujet, dans les prochaines années une marque agroalimentaire réussira en Chine avant tout grâce à :

,

–      Une sécurité alimentaire irréprochable et une totale transparence sur ses méthodes de production.

–      L’utilisation de matières premières de qualité, sourcées aux 4 coins du monde

–      Un effort pédagogique menée auprès des professionnels et des consommateurs sur l’expérience-produit

–      Une réelle expertise dans son domaine et sur son marché

–      Une communication originale, novatrice, à l’image des sirops Monin

–      Un ambassadeur crédible pour représenter et incarner la marque

 .

 

Tu écris souvent à tes heures perdues des phrases cultes comme « Travailler dans une Start Up, c’est un peu comme courir le marathon pieds nus ». Est ce que tu pourrais nous sélectionner le Top des proverbes cantonais ?

,

Je n’en connais aucun, tu sais comme moi que le cantonais est bien différent du mandarin. J’ai par contre retenu – phonétiquement- ce soi-disant proverbe urbain :

,

« Bu zuo bu guo ! » Qui se traduirait par : Tu rentres pas chez toi tant que tu n’es pas rond comme une queue de pelle !

 

Je pense surtout que c’était une astuce pour faire durer la soirée ! Effectivement, travailler en Chine, c’est aussi savoir sortir régulièrement avec ses collègues et ses clients J

,

Quelles sont les 3 choses que tu as préféré en Chine?

 

#1 : La cuisine chinoise ! Sa richesse gastronomique, mais aussi la facilité avec laquelle tu descends dans la rue et remonte aussitôt chez toi avec des plats cuisinés-minute pour 1 ou 2€ ! Et les pates artisanales des Ouïgours, mon dieu !

 

#2 : Les barbecue aménagés dans les parcs ! Formidable, tout autant que leur façon de cuisiner une aubergine à l’ail au feu de bois !

 

#3 : Les taxi-mob ! Grimper à tout moment à l’arrière d’une mobylette pour aller au boulot ou faire ses courses, c’est l’incarnation de ce sentiment de liberté que tu n’auras plus jamais en France, à force de législation et de répression à outrance.

,

 

Les 3 choses qui t’ont le plus choqués ?

,

#1 Assister à un enlèvement en pleine rue et en pleine journée. Personne ne bouge. La notion d’ « assistance à personne danger » n’existant pas, chacun craint d’être accusé à tort s’il s’en mêle, comme cela est parfois arrivé.

 

#2 La maltraitance des animaux.

Du chimpanzé tenu en laisse pour amuser la galerie à la sortie des boites de nuit, jusqu’aux mini-tortues d’eau secouées comme des tomates-cerises, en passant par le furet gémissant de douleur étouffé par un fil de pêche pour le bonheur des touristes chinois…

Et ce n’est que la face visible de l’iceberg…

 

#3 La découpe des poulets dans les marchés de rue. No comment. Tous ceux qui connaissent me comprendront.

 

#4 (Bonus) : Les choux au formol !

 .

Merci . Hugo Bonne continuation. 😉

Voilà, si vous avez besoin d’un jeune homme dynamique, pour développer votre marché en Chine, vous avez un très bon candidat.

.

Olivier VEROT

Marketing Chine