« Boire Cul Sec » une tradition en Chine

,

En Chine, dans chaque repas on entendra plusieurs fois résonner un mot « Ganbei ». Ce mot signifie boire cul sec ou santé selon les cas. Le Ganbei peut paraitre un peu folklorique pourtant il est un signe de respect pour son interlocuteur.

Cette tradition date pourtant de  longtemps, des millénaires d’histoires.

.

Mao Zedong à un banquet

 

.

 

Lorsque l’on est invité dans un diner d’affaires, on se doit de ne pas froisser son hôte et boire cul sec chaque verre présenté.

Normalement, chaque Ganbei se fait en groupe et on porte un taost avant chaque verre.

Il existe les ganbei pour un invité particulier. Les personnes de la table défileront vers lui et boiront cul sec un par un .

.

Règle de respect

Lorsque l’on tape les verres, pour montrer son respect à son interlocuteur il est généralement de coutume de le faire taper sur la partie inférieure du verre, montrant ainsi sa supériorité.

.


.

En finissant cul sec son verre, les chinois montrent leur sincérité. Ne pas finir son verre est perçu comme un manque de franchise et parfois comme un affront.

.

Ganbei et Business

Zhou Enlai qui porte un taost

.

Le challenge est de faire boire le plus possible ses partenaires, de manière à les rendre ivre. Tenir l’alcool est un signe de puissance, mais être saoul est un signe d’ouverture.

C’est un jeu entre les acheteurs et les commerciaux. Les commerciaux invitant les acheteurs à se divertir, forcent leurs invités à boire, pour obtenir des informations et certaines fois pour signer des contrats.

En chine, il est coutume de dire Il vaut mieux être complice de 1 mauvais coup avec une personne que faire 10 bonnes actions avec elle.

C’est dans cette logique que les commerciaux doivent avoir un budget « sortie » conséquent pour être performant dans le B to B.

Lire aussi Une compétition d’alcool pour les commerciaux chinois.

.

.

Doit on forcément boire?

.

Réponse : Oui. Il vaut mieux en effet trinquer, pour le relationnel et pour la confiance de la relation c’est important pour beaucoup de chinois.

Les exceptions :

– être une femme. Les femmes ne sont pas obligées de boire.

– Avoir une maladie du coeur, ou être allergique à l’alcool, les symptômes seraient  avoir son coeur qui bat vite, et tomber dans les pommes.

– Autre petit truc, préférez la bière au Baijiu (alcool de riz chinois). Croyez moi cela fait moins de dégâts.

– Certains officiels (alcooliques ou malades du foie) sont généralement accompagnés de leur buveur; une personne qui va boire à leur place lors des banquets.

.

.

Alcool, conduite et santé

.

En Chine, le gouvernement est en train de mener une chasse aux conducteurs qui ont bus.

Si en 2007, une étude avait fait fureur car elle annonçait qu’après 22h dans les villes de chine, 80% des conducteurs (hommes) étaient ivres au volant.

Les temps changent. Les conducteurs chinois deviennent de plus en plus respectueux des lois, (contraints et forcés).

Celui qui conduit est celui qui ne boit pas. Les PDG chinois ont donc généralement un chauffeur qui n’a plus le droit de trinquer avec les autres.

La population chinoise prend conscience que l’excès d’alcool est dangereux pour la santé, et consomme de moins en moins d’alcool.

.

Faut il obligatoirement sortir d’un banquet ivre ?

Non bien sûr !  Mais lorsque tout le monde a bu, l’atmosphère est, en général, très chaleureuse et les chances de succès d’une affaire sont donc meilleures.

Il faut également nuancer cette tendance par région. Certaines régions de Chine font exception dans le Sud, et Shanghai où les habitant ont moins cette culture alcool que les chinois du Nord.

.

Ganbei et secrets

Il est impératif de ne jamais parler de vos repas au autres. Cette confidentialité est importante dans les milieux d’affaires en Chine. On évite de reparler des moments passés et on ne se moque pas d’un partenaire qui était saoul.

.

Si vous souhaitez rajouter des informations utiles, les commentaires vous sont ouverts !

.

Olivier VEROT

Marketing Chine