Alexandre Chombeau, fondateur de sa propre agence de référencement CSV a accepté de répondre aux questions de Marketing Chine :

 

1. Peux-tu te présenter ?

Oui, bien sûr. Mon nom est Alexandre Chombeau. J’ai 24 ans et je suis originaire de la région
Nord. Je suis un grand passionné d’informatique et de nouvelles technologies. Je suis le
fondateur de l’Agence de référencement CSV. C’est une agence spécialisée dans le
référencement naturel sur internet.
Mon travail, c’est de faire figurer en bonne position sur les moteurs de recherche, les blogs et
sites internet qui me contactent pour gagner en visibilité, et donc augmenter leur chiffre
d’affaires. Tout un programme !

2. Peux-tu présenter ton parcours entrepreneurial ?

J’imagine que si je réponds que mon parcours est « atypique » je manquerais d’originalité…
et pourtant, je n’étais pas destiné à fonder mon entreprise. J’ai très tôt développé un goût
prononcé pour l’informatique. Je passais des heures à essayer d’analyser les fonctions, les
secrets de mon ordinateur, avant même d’avoir une connexion internet.

Cela, et la curiosité de ma grandmère (elle me posait des centaines de questions à ce sujet), m’a poussé à lancer un premier site internet.

Je partageais alors des tutoriels très simples pour tous ceux qui ne voulaient pas passer autant de temps que moi à essayer de « dresser » leur machine.
Le site est devenu communautaire. J’ai fait mes premiers euros grâce à la publicité. En
parallèle, je bossais pour une chaîne de Macburgers… J’imagine que j’en ai eu marre de
l’odeur de friture. Alors un jour, je me suis décidé à quitter ce job et à sacrifier tout mon temps
libre à l’étude d’une problématique vitale pour générer de l’argent sur le Web : comment
augmenter son trafic de manière exponentielle. J’en parle d’ailleurs dans mon Draw My Life.
C’est comme cela que je suis devenu, après des litres de sueur et un nombre incalculable de
nuits blanches, référenceur. Et puis tout s’est enchaîné très vite. J’ai fait des rencontres qui
ont tout changé. Notamment une, qui m’a permis de fonder mon entreprise, qui continue de
se développer depuis lors.
Aujourd’hui, je suis installé dans un centre d’affaires à Lille, j’ai une équipe pour m’épauler, de
nouveaux partenaires très stables et des projets excitants sur le feu.

3. Qu’est-ce qui t’a poussé à créer ta 1ère entreprise ?

Oups, je crois que j’ai en partie répondu à cette question à travers ma précédente réponse.
Mais dans les faits, c’est d’abord et avant tout une volonté de suivre un rêve et de devenir
indépendant qui ont été les piliers de ma motivation. Quand j’ai commencé à me pencher sur
l’informatique, j’ai su que c’était dans ce domaine que je voulais travailler. Ensuite est venu le
référencement. Que je perçois comme un monde magique, où j’évolue avec plaisir.
Je pense que le fait d’avoir une activité directement en lien avec sa passion permet d’adopter
le bon état d’esprit. Celui qui force le destin. Celui qui permet de belles rencontres et la
réalisation de projets porteurs.

4. Quels sont les 3 conseils que tu donnerais à un jeune entrepreneur ?

Des conseils, j’en aurais des dizaines!

Mais si je devais en donner 3, les plus importants, je pense que je les mettrais dans cet ordre : passion, information, organisation.
La passion, c’est vraiment ce qui fait la différence entre une entreprise qui va marcher du tonnerre et une autre.

 

Si vous lancez une société très jeune, vos échanges sont largement facilités si vos interlocuteurs voient le feu qui brûle en vous.
Et puis concrètement, quand on aime ce qu’on fait, on ne compte pas les heures, on est prêt
au combat, au sacrifice. Apprendre devient amusant et non rébarbatif. Un entrepreneur qui
réussit est un passionné. Selon moi, en tout cas. Alors vous devriez écouter la petite voix en
vous qui vous dit que vous êtes fait pour ceci ou cela… et ne surtout pas vous arrêter au
regard de l’autre.
Ce que j’entends par l’information, c’est une prise de conscience. On ne peut pas tout faire
tout seul. Il faut savoir s’entourer, ne pas hésiter à demander conseil. À d’autres
professionnels, à des gens dans la même situation. Il ne faut pas fermer les yeux aux
ressources qui nous entourent, et elles sont nombreuses. Il faut vraiment aller chercher la
réussite et pas l’attendre assis sur son siège.
Et enfin l’organisation… le terme parle pour lui-même. Professionnalisme et sérieux découlent
d’une volonté de contrôle. L’organisation doit être une priorité. Dans les contacts, dans la
réalisation quotidienne. On évite ainsi de s’éparpiller et on reste focalisé sur ses objectifs. Qui
sont eux-mêmes alors plus clairs.

5. Quelle a été l’erreur que tu as faite qui t’a permis de vraiment t’améliorer ?

Dans mes débuts, je ne respectais pas forcément les 3 conseils que je viens de donner. Par
exemple, je négligeais mon réseau. Je pensais pouvoir tout faire tout seul. Et puis je me suis
rapidement aperçu qu’on retombe souvent sur les mêmes personnes. Et que l’ouverture et le
dialogue payent bien plus que l’entêtement.
Je pensais aussi qu’il était inutile de soigner mon image de marque. J’avais toujours des
vêtements de jeune homme… mais pas de professionnel. Le sweat à capuche c’est
confortable, mais ça donne une image très moyenne si vous entrez en contact avec le
responsable d’une grande entreprise. L’image de marque d’une entreprise est très
importante. Je l’ai appris à mes dépens.

alexandre-chombeau agence

6. Penses-tu un jour redevenir salarié ?

Jamais de la vie ! Je veux garder ma liberté et j’aime ce que je fais. Donc non, ce n’est pas
une option que j’envisage.

7. Quelles sont les 3 choses que tu envies chez les salariés ?

C’est un terrain glissant. Car je suis totalement satisfait de ma position. Et aussi parce que je
ne veux pas tomber dans les clichés. Alors je préfère aborder de mon cas personnel. Quand
j’étais salarié, je n’avais plus besoin de penser au boulot après 18h ou pendant mes congés.
Je ne recevais pas de sollicitations, je n’avais pas d’obligations.
Ma vie était plus cloisonnée. J’avais aussi moins de responsabilités. Si je cuisais trop un
steak, ce n’était pas la fin du monde. Là, si je me plante, je perds des clients, de l’argent. Et
j’ai une équipe sous mes ordres. Et enfin, et bien tout simplement le fait que je pouvais rentrer
chez moi plus tôt. Il m’est arrivé de rester au bureau jusqu’à tard dans la soirée, voire dans la
nuit… Mais encore une fois, j’aime ce que je fais, alors je ne me plains pas.

8. Quels sont les 3 trucs qui te motivent dans l’entrepreneuriat ?

Je vais être très pragmatique. Clairement, je suis motivé par les revenus, la liberté et le
sentiment de fierté dégagé par le fait d’être entièrement responsable de mon activité.

9. Tes 3 conseils SEO pour 2015

La qualité du contenu devient de plus en plus importante. Fini les articles bâclés pour obtenir
des liens ou simplement pour attirer du trafic. Maintenant, il faut présenter des écrits
pertinents et partager des informations utiles à la communauté. Soignez vos contenus !
Il faut aussi diversifier les plateformes qui vous permettront d’obtenir des liens.
Visez différents domaines (pas trop éloignés du vôtre), voyez large. Et surtout voyez qualité.
Et enfin, veillez à ce que ces sites internet aient une forte notoriété. Cela vous permettra de
grimper en flèche sur les pages de résultats des moteurs de recherche !

10. Qu’est-ce qui t’amène le plus de business ?

Mes clients ! La satisfaction des clients et la meilleure publicité, j’ai d’ailleurs deux clients

avec qui j’ai créée deux nouvelles sociétés 🙂 Dont une pour les créateurs d’entreprises qui

cherche un lieu pour domicilier leur siège social.

 

Pour en savoir plus :
Alexandre Chombeau

 

D’autres questions ? n’hésitez pas à les poser en commentaire, Alexandre se fera un plaisir de vous répondre, j’en suis sur.

 

Marketing Chine