Aujourd’hui nous recevons le fondateur d’une start up qui arive avec un nouveau concept au services des touristes chinois… 

 

Bonjour Guillaume, pouvez vous vous présenter personnellement ?

Je suis issu d’une famille d’entrepreneurs composée de chefs d’entreprises, de commerçants, de restaurateurs. C’est donc très naturellement que je poursuis cette longue lignée. J’ai toujours regardé l’internet avec cet œil du commerce traditionnel : un besoin, un client, un produit, un service… une relation humaine. Beaucoup plus traditionnellement que l’univers des startup d’aujourd’hui. Lorsque je crée une société je n’investit pas 10 millions pour la lancer. Je commence petit et mes premiers succès sont garants de son avenir.

Il y a 15 ans je créais la première boutique de produits spécialisés pour hommes sur internet. 1 an plus tard on me proposait de la racheter. Banco !

En quête d’une nouvelle idée et face au développement des mobiles, je crée alors une société de diffusion de contenus pour téléphones mobiles (Téléchargement de sonneries & logos). 5 ans plus tard je revends cette société à un groupe canadien.

A Montréal je découvre l’univers de la cosmétique et de la pose d’ongles. Le prix d’une pose d’ongles y était alors de 30 $ alors qu’en France le marché émergeait et les poses étaient encore facturées jusqu’à 90 €. Je crée alors ma société, spécialisé dans la formation, la fabrication et la distribution de produits pour ongles. En 3 ans, nous nous imposons en tant que leader Européen sur notre secteur. Nos produits étaient reconnus et utilisés par plus de 300.000 techniciennes à travers le monde.

En 2012, je constate que le pouvoir d’achat de nos clients commence à diminuer. 2013 confirme cette tendance. Pour réussir il faut aimer son métier, s’y amuser et y trouver un intérêt certain. Après 7 ans d’activité je décide de tourner la page. Je m’installe alors à Nice en quête d’un nouveau projet.

Pour un entrepreneur la bonne idée est le plus difficile à trouver. Ensuite tout est presque logique.

Chef d’entreprise dans l’âme, on me propose alors de rejoindre le réseau Entreprendre 06, un réseau d’aide aux jeunes chefs d’entreprise. Je crée également une association d’aide aux TPE mais je préfère chercher mes projets loin des sentiers battus.

Je décide alors de proposer l’une de mes chambres sur Airbnb, afin de favoriser les rencontres culturelles, souvent source d’inspiration.

Nous recevons une première demande. Un couple de touristes chinois qui souhaite découvrir notre ville. Suite à un commentaire très élogieux, nous sommes submergés de demandes. Bien plus qu’en France, un client satisfait n’en attire pas 10 mais 200, c’est la force de la Chine, ils sont 20 fois plus nombreux.

J’ai cependant une autre idée en tête. Les internautes aiment pouvoir donner des notes, commenter, laisser un avis. Je pense alors à un système de stickers à apposer partout : sur la sonnette de votre médecin, d’un commerce, d’un garage. En scannant un code barre vous auriez alors la possibilité de consulter sa note et les avis. Cependant je n’aime pas trop l’idée d’encourager ce système et ses dérives.

En Avril 2014 je reçois en « guest » Airbnb un jeune entrepreneur chinois en quête d’idée : AIjie Liao.

C’est ainsi qu’est né l’idée de Maimaimaiii : Le premier label destiné à la clientèle touristique chinoise.

Leur site http://www.maimaimaiii.cn/

Pouvez vous présenter votre société, votre concept ? 

Le concept est simple : Offrir à la clientèle chinoise de véritables points de repères touristiques tout en offrant des services marketing et pédagogiques aux établissements labellisés.

La culture touristique chinoise est différente de celles que nous connaissons.

Notre nom en témoigne : Mai Mai Mai. Mai signifie Acheter, en chinois. Maï-maï-maï est une expression courante utilisée par les touristes chinois.

La clientèle chinoise est très dépensière. Un touriste chinois dépense en moyenne 2 fois plus qu’un touriste européen. Encore faut-il savoir quoi vendre et comment.

Voici pourquoi nous offrons à nos adhérents un guide pratique de la compréhension de la culture chinoise. Nous voulons également que les touristes chinois repartent avec une véritable expérience qualitative.

Le client chinois est méfiant. Certains commerces et restaurants n’hésitent pas à gonfler parfois les prix ou à proposer des produits d’origine « Made in China ». C’est de cela que nous voulons les protéger.

Très souvent les clients chinois recomptent la monnaie, cela fait malheureusement parti de notre réputation et nous voulons agir pour changer cette image.

Des points de repère touristiques, tels que notre label, sont donc très importants pour le rayonnement de notre savoir faire et de notre accueil. Notre sélection d’établissements est donc très stricte.

De plus, nous offrons aux établissements labellisés un service de traduction. Les touristes chinois peuvent ainsi consulter, par exemple, le menu du restaurant Maimaimaiii traduit en langue chinoise.

Enfin, et même si la préparation du voyage est toujours aussi importante, de plus en plus de clients se risquent à découvrir des établissements non répertoriés par les guides.

Le symbolique « Bus de touriste chinois » existe toujours mais d’autres besoins se dessinent rapidement, loin des standards actuels. Revenir de vacances en ayant découvert des lieux « hors guide » devient un véritable plaisir.

unnamed (1)

A quelle problématique vous apportez une solution ? 

 

Il y a en fait 2 problématiques. La première relative à l’offre destinée à la clientèle touristiques chinoise et la seconde relative au besoin de développement des établissements labellisés.

Si nous n’abordons que l’aspect « établissements » la problématique est simple :

Compenser la baisse de pouvoir d’achat de la clientèle traditionnelle par le développement de la clientèle touristique et optimiser le panier d’achat moyen de la clientèle touristique en proposant des offres et services adaptés.

 

Quelle est votre stratégie Marketing

 

Voici quelques points clés de nos prochains développements :

Nous déployons notre label depuis le mois de juin 2015 avec le succès que vous connaissez. Lorsqu’un client chinois repère un établissement et en est satisfait, il cherche naturellement d’autres établissements labellisés. Nous bâtissons une image confidentielle mais solide. L’aspect « bon plan » fonctionne très bien.

Dès le mois de février 2016, Maimaimaiii renforcera sa présence sur les réseaux sociaux chinois.

La saison touristique chinoise s’étale en France de mois de Mars à octobre.

A partir du mois de mai 2016, nous installerons des points d’informations itinérants dans les principaux aéroports français pour y distribuer des plans de villes où figureront les établissements labellisés et informer les touristes sur leurs intérêts :

« Nous avons sélectionné pour vous cet établissement et vous y garantissons un service et un accueil de qualité. Cet établissement vous propose un menu ou une sélection de produits symboles de notre savoir faire. L’accès y est facilité par la traduction du menu ou des services en langue chinoise. Cet établissement s’engage à respecter la charte qualité Maimaimaiii »

Dès le mois de juin 2016, Maimaimaiii ouvrira son premier point d’information à Paris

Ce point d’information nous permettra de proposer des services de conciergerie, de réservation de tables, d’orientation, d’y diffuser des conseils pratiques et de proposer à la vente de produits distribués par les commerces Maimaimaiii.

Dès le mois d’octobre 2016, et fort d’un bon référencement naturel, nous débuterons les premières campagnes de référencement payant sur les principaux moteurs de recherche chinois.

En 2017 Maimaimaiii éditera un premier guide touristique « papier » commercialisé en Chine. 300 établissements sélectionnés par pays y seront présentés…

Enfin, nous envisageons de diffuser gratuitement le Label Maimaimaiii à compter de 2020.

 

 Qu’apportez vous de nouveau, de révolutionnaire sur le marché ? 

 

Nous sommes les premiers sur ce secteur d’activité ! Il existe des solutions telles que Lianorg, mais bien plus similaires à tripadvisor, et qui n’offrent pas l’aspect marketing et pédagogique que nous proposons.

80% des labels utilisés par les restaurants et commerces n’a d’autre intérêt que d’augmenter la popularité de la société qui distribue ce label. Aujourd’hui nous sommes plus proche du guide Michelin en terme de qualité (sans avoir encore la prétention de leur arriver à la cheville 😉 mais avec une offre de services supplémentaires. Si les labels classiques continuent à se développer, les vitrines des restaurants en seront bientôt couvertes. A quoi bon ! Vous avez raison, il s’agit bien d’une première révolution en terme de Label…

 

Quelles sont les 3 raisons qui font que vos clients et partenaires vous fassent confiance ? 

 

C’est notre plus gros problème 😉

Maimaimaiii est une jeune société. Si nous proposions un produit gratuit cette question ne se poserait pas. Sur Nice, par exemple, nous avons distribué gratuitement 100 labels dès le début de notre activité. 80 commerces ont alors affiché le sticker.

Nous travaillons actuellement au développement de partenariat avec les CCI française sur le volet pédagogique que nous proposons. Nous avons tous les encouragements du maire de Nice, qui nous a accompagné en nous permettant de développer nos réseaux en France, mais également en Chine (via les structures de la métropole Nice Côte d’azur), et cherchons à obtenir « un peu plus » pour construire cette confiance indispensable au rayonnement de notre marque. Christian Estrosi, si vous lisez ce message, nous avons besoin de vous 😉

Très sincèrement, nous compensons cet handicap « provisoire » par un prix de vente très attractif et cela fonctionne. Le bouche à oreille et les résultats obtenus par les commerces labellisés commencent à porter leurs fruits. Des commerces non encore sélectionnés commencent à nous contacter directement pour profiter de nos services. Les restaurateurs et commerçants que nous sélectionnons sont formidables. Lorsque nous les contactons, ils comprennent tout de suite l’intérêt du label pour leur établissement. Ils aiment beaucoup l’idée, nous soutiennent et choisissent de nous faire confiance. Seul le résultat compte, c’est la seule raison qui encouragera des milliers d’autres établissements à nous rejoindre. La confiance ne s’achète pas, seul le temps pourra nous l’offrir.

 

Si vous deviez donner 3 conseils à d’autres entrepreneurs, quel serait il ? 

N’abandonnez jamais !

Il y a toujours un chemin pour aller d’un point A à un point Z. Il faut juste faire les bons choix au bon moment.

Faites les choses avec beaucoup d’amour !

Cette variable est indispensable à votre réussite. Oubliez l’argent et vous en obtiendrez 100 fois plus. Soyez altruistes, pensez aux autres avant de penser à vous, ca paye toujours…

Prenez du recul, beaucoup de recul !

Ne vous contentez pas de votre seule vision. Parlez, discutez et surtout écoutez. Si vous n’avez pas la solution à un problème, d’autres l’ont. Il n’y a pas de problème sans solution !

 

Le marché chinois est il si différent ? 

Oh oui 😉 Travailler sur le marché Chinois c’est avant tout adopter une nouvelle culture. Gagner la confiance, se rencontrer, discuter,… beaucoup discuter… Ensuite, tout est payant en Chine mais encore une fois il y a toujours une solution à un problème. Chez maimaimaiii nous aimons cette culture ou tout devient possible…

unnamed

Quel start up admirez vous le plus et pourquoi ?

 

Airbnb bien sur ! C’est un « nouveau » modèle économique doté d’un service client ultra efficace ! Ils ont su transposer sur l’internet un système traditionnel en prenant en compte à la fois l’importance de la satisfaction du client et de l’hébergeur. On parle d’uberisation de l’économie, c’est un très mauvais exemple à mon goût. L’airbnbisation est bien plus intelligente. Mais entre nous je n’aime pas le mot startup, trop aléatoire et un peu trop fourre tout. D’ailleurs Airbnb a bien la mentalité d’une startup mais son fonctionnement est bien plus traditionnel. Il ne faut pas oublier les principes de base : aimer ce que l’on fait, le faire avec tout son cœur et cela finit toujours pas payer 😉 C’est bien l’image que donne Airbnb aujourd’hui.

 

 

D’autres questions à Guillaume, les commentaires sont ouverts. (Respectueux commentaires svp 😉

 

OliviOlivier VEROT CHINAer

Marketing Chine