Une idée à haut potentiel marketing

Coca-Cola a toujours été innovateur et fun concernant ses campagnes de communication. L’année dernière Leo Burnett a été chargé de réaliser la campagne avec les prénoms sur les bouteilles qui est maintenant connu de tous. Sa compagnie a de nouveau été recrutée pour effectuer la prochaine campagne : « Lyric bottle ». Cette fois, le géant Américain va se focaliser sur la musique.

wwwins-isobar_coca-cola_2012Olym_beat

Une nouvelle façon de s’exprimer

Le but étant de partager la musique et le clip vidéo en rapport, qui est référencée sur le bouteille. Comment ? Et bien, Coca-Cola permet aux buveurs de la marque de scanner les paroles qui sont présentes sur la bouteille et par la suite, partager le clip vidéo en question. Ces courtes vidéos, qui représentent les chansons les plus populaires de Chine, pourront être partagées sur la Toile et sur les réseaux sociaux ce qui une toute nouvelle façon de consommer la musique. Coca-Cola a nommé cet nouvel objet digital : « musicons » (pour musique et émoticone). De cette façon, tout le monde peut partager la chanson présente sur leur propre bouteille.

« Ça a été un véritable challenge de sortir cette idée. La façon dont Isobar a développé ce projet et l’a rendu encore meilleure que celui de l’année précédente nous a bluffé. C’est une combinaison qui complète parfaitement le monde digital et les réseaux sociaux » a relaté Stephen Drummond, le Directeur de l’agence of Content Excellence.

Rohan Lightfoot, directeur manager à Isobar Shanghai a expliqué que « nous avons déjà rencontré beaucoup de succès avec Coca-Cola en Chine, mais nous pensons que c’est de loin le meilleur travail que nous ayons rendu. La chance de pouvoir utiliser un objet emblématique comme une bouteille de Coca Cola pour expérimenter une nouvelle pratique digitale est assez surréaliste. Cela représente parfaitement nos valeurs pour créer des idées sans limites ».

« En apposant des paroles sur les bouteilles et canettes de Coca, nous avons permis au produit de s’exprimer. Grâce à cette campagne, les Chinois pourront signaler leur humeur et ressenti du jour en partageant un Coca. Le concept est simple : les Musicons sont pour la musique ce qu’un tweet est pour un blog. Parfois, un court moment d’une chanson est mieux pour représenter ce que l’on ressent » a ajouté Tim Doherty le responsable de l’équipe créative d’Isobar China.

Une campagne qui va faire du bruit.

En plus de cela, cet été s’annonce écologique ! Coca-Cola voulait également créer une campagne ciblant tout particulièrement la Chine d’un point de vue environnemental. Avec la participation de la compagnie Ogilvy & Mather, ils ont décidé de donner une nouvelle vie aux bouteilles de Coca utilisé. On peut trouver toutes sortes de créations, du pinceau au pistolet à eau en passant par le taille crayon ! Des objets utiles et créatifs.

thCoca-Cola souhaite impliquer les personnes dans le processus de recyclage en les encourageant à réutiliser ou à transformer les produits qu’ils veulent jeter en quelque chose d’autre. C’est une campagne qui souhaite sensibiliser aux problèmes environnementaux en introduisant 16 capsules qui peuvent refermer la bouteille après l’avoir bu. Ces capsules sont offertes aux clients lors de l’achat de leur bouteille de Coca.

Cette campagne avait déjà fait son entrée sur le marché Vietnamien en Mars et à la suite de son succès sera introduite en Thailande, en Indonésie et en Chine d’ici l’été. Ces pays ont été choisis en rapport avec leur niveau d’implication dans le recyclage qui est extrèmement bas. Ce projet a été nommé « 2ème vie ». Leonardo O’Grady qui est le directeur marketing et communication de Coca-Cola dans l’ASEAN explique que « nous sommes toujours à la recherches de solutions pour réduire l’utilisation du plastique et augmenter la pratique du recyclage dans le monde ».

th-1

La marque espère pouvoir faire une différence grâce à un impact positif et inculquer le concept du recyclage en Asie. Très bientôt, on verra les nombreuses capsules « 2ème vies » envahir le marché et démontrer au combien il est simple et facile de réutiliser le plastique. Juggi Ramakrishnan, la directrice du secteur créatif d’Ogilvy & Mather à Beijing explique que « cette idée est universelle et pourrait très bien marcher dans d’autres marchés, au-delà de l’Asie.

Cette campagne aspire au changement. Changer le comportement du consommateur et sa réaction face à la protection de l’environnement dans le monde. L’idée n’est pas particulièrement exceptionnel mais assez créative pour essayer de faire changer les habitudes du consommateurs.

Stratégie toutefois intéressante, quel potentiel marketing cet objet digital possède selon vous?

Si vous voulez en savoir plus sur les stratégies digitales dans l’e-commerce en Chine c’est par ici