L’immobilier en Chine stagne et les investisseurs chinois cherchent à investir à l’étranger. 

Des prix bas, et des ventes qui stagnent

 

Les prix des maisons sont en baisse depuis ces dernières années.

Ce qui a conduit les chinois à vouloir acheter des biens immobiliers, appartements, maisons ou terrains. En effet, les ventes de logements en Chine devraient atteindre un niveau record en 2016.

 

Capture d’écran 2016-07-27 à 22.54.22

 

La crise à court terme en Chine 

 

En 2015, la Chine a connu un Krach boursier qui a entrainé une perte d’un tiers de la valeur des titres de la bourse de Shanghai en l’espace d’un mois.

Les entreprises inscrites voient donc leur capacité d’emprunt fortement réduite, ce qui ralentira leur croissance. Les villes de second rang ont connu une net stagnation due à un manque d’investissement de la part des consommateurs chinois dans ces villes de second rang.

 

Un léger ralentissement du marché avant la croissance? 

 

En février, les marchés immobiliers dans les grandes villes chinoises comme Beijing, Shanghai et Shenzhen, ont confirmé le recul des transactions en œuvre depuis plusieurs semaines. Dans la capitale chinoise, le volume des logements vendus au mois de février a totalisé 11 640. Outre les logements sociaux, ce sont en moyenne 444 transactions qui sont conclues chaque jour, soit 11% de moins que le mois précédent. Et à Shanghai, la superficie totale des logements commerciaux vendus en février n’était que 320 000 mètres carrés, soit une baisse de 54%. Dans la ville de Shenzhen, le chiffre des transactions a baissé pour atteindre à peine plus d’un millier, soit une diminution de 72% par rapport au mois de janvier.

Bien que la croissance de l’investissement immobilier a légèrement ralenti, il est sur le point de reprendre son élan en 2017 avec des ventes de plus en plus nombreuses. Il faut un temps d’adaptation à la transition.

 

Capture d’écran 2016-07-27 à 22.54.09

 

Que va-t-il se passer les années à venir ?

 

Zhang Ming, chercheur à l’Institut d’économie et de politique mondiale, a déclaré que l’année à venir serait une année de transition entre une hausse des prix à une baisse des prix des logements en Chine.

Il annonce en effet que « le cycle pour le marché immobilier de la Chine est d’environ deux à trois ans, au sein de laquelle la période montante ne dure environ un an ». Entre temps il y a ce qu’on appelle des périodes de transitions et d’adaptation, c’est ce que vit la pays en ce moment.

Les décideurs politiques doivent essayer de maintenir sur le long terme, la stabilité du marché immobilier.

Pour cela, ils doivent premièrement favoriser la réduction des stocks de logements disponibles afin de supprimer le déséquilibre existant entre l’offre et la demande. Cela est plus difficile dans les villes de troisième et quatrième rang car même si ces villes plus en recul ont mis en place des politiques de déstockage leur rythme reste beaucoup plus lent que les villes de premier et de second rang. Cela est en parti du au fait qu’elles ont augmenté l’offre de terrains au lieu de limiter leur approvisionnement en terre et logement dans les villes comme il leur était conseillées. Cependant, la tendance reste plutôt bonne puisque le stock de logements disponibles au premier semestre 2016 a diminué de 50 millions de mètres carrés par rapport au premier semestre 2015.

Les décideurs doivent ensuite garantir des prix stables pour ne pas perturber de nouveau les consommateurs. Puis il faut prévenir des risques de financement sur le marché de l’immobilier.

 

Capture d’écran 2016-07-27 à 22.53.54

 

Les investissements des Riches chinois à l’étranger

 

Les riches chinois sont de moins en moins confiant sur le marché chinois et essayent de diversifier leur investissement. L’immobilier reste une valeur sure pour les chinois, on investit dans la pierre une valeur durable. Les investisseurs chinois souhaitent de plus en plus acheter des biens à l’étranger, plus sur, et cela permet de sortir leur argent du pays. Il est assez difficile pour un chinois de savoir où il doit investir, mais globalement le prix des appartements à l’étranger est bien moins élevé que celui des grandes villes chinoises, Shanghai Pékin et Shenzhen.

Ces riches chinois se font conseiller par leur entourage ou par des experts. (lire ici) Ils font eux mêmes des recherches pour mieux comprendre les options qu’ils ont. Les Etats unis et le Canada ont vu des vagues d’investissements de chinois dans l’immmobilier ces dernières années.

D’autres pays en Europe ne sont pas à plaindre, la France, l’Angleterre…

Certaines agences immobilières très spécialisées sur la cible Chinoise , comme Jumai, qui propose aux chinois d’acheter des biens à l’étranger.

Lire aussi comment promouvoir sa société immobilière en Chine

 

Lectures supplémentaires :