Quelles sont les meilleures méthodes pour dire  « non » en chinois

 

Lorsque l’on fait du business ou un simple séjour en Chine, il est inévitable, de temps en temps,  d’être forcé à dire « non », de refuser une demande ou de formuler des critiques. Cependant, dans la société chinoise, il est important de maintenir de bonnes relations. Dire « non » directement peut être mal vu et entrainer des problèmes inattendus.

En règle générale, les Chinois sont beaucoup plus évasifs et indirects que les Occidentaux. Les personnes occidentales travaillant en Chine présentent plusieurs avantages. Tout d’abord, quand on parle avec des employés chinois, des supérieurs, des amis ou des membres de la famille et que l’on remarque un refus de leur part, cela peut conduire à une incompréhension et réduire le danger potentiel causé. Deuxièmement, comprendre les méthodes indirectes chinoises de refus peut permettre aux travailleurs occidentaux de les appliquer à leurs propres conversations et négociations avec des chinois. Cela peut permettre une relation de travail plus efficace.

Découvrez ci dessous plusieurs méthodes courantes pour dire « non » en Chine utiles aux hommes d’affaires et aux voyageurs occidentaux. Cela les aidera à communiquer efficacement avec les chinois.

business en chine

 

Embarras express

Une des méthodes les plus courantes pour dire « non » en Chine est celle de commencer par un refus exprimant son propre embarras face à une situation.

Exemple : « Oh mon Dieu  je suis tellement gêné j’avais complètement oublié de déjeuner avec vous aujourd’hui, je vais certainement me rattraper demain, ok »

 

Restez vague

Rester vague dans votre réponse est une autre façon pour dire « non » en Chine sans offenser inutilement un chinois. Cela signifie de ne pas donner une réponse directe et de rester évasif. Les chinois utilisent souvent des termes tels que «  je ne suis pas sur » ou « peut être ». Cela a pour but de ne pas offenser une personne et de se protéger des conséquences négatives pour éviter de salir votre relation avec un chinois. Utiliser un langage vague peut permettre à la personne de mettre une question en suspend  jusqu’à trouver les bons mots pour répondre à la question.

 

Faire des excuses

Une méthode commune dans le monde du commerce chinois pour dire « non » est de prendre une décision sous la responsabilité de son patron ou de son supérieur. Il se retire donc de toute responsabilité en disant «non ».  Cette méthode sert à protéger la relation entre deux personnes (vendeur/client par exemple). En effet, il est courant pour des petites entreprises de s’afficher à un poste inférieur sur leurs cartes de business personnelles dans le but d’avoir une plus grande flexibilité dans les négociations.

 

Dites un mensonge à l’occidentale

Les chinois ont l’habitude de se protéger la face envers des amis ou des collèges en cachant la vérité et le remplacer par quelque chose de moins embarrassant. On se cherche des excuses pour éviter de dire la vérité, qui pourrait blesser votre interlocuteur à travers un mensonge.

Exemple: «Je suis désolé John, je viens de découvrir que les parents de ma femme viennent visiter Shanghai ce week-end. Ils attendent que je leur montre la ville et je crains de ne pas être en mesure d’assister à la conférence. Je voulais vraiment y aller avec vous, mais je crains que cela ne soit pas possible ».

 

Mettre les choses en attente

Autre méthode chinoise pour dire « non » qui pourrait provoquer des malentendus est celle de mettre les choses en attente ou revendiquer le fait d’être occupé avec quelque chose d’autre. Par exemple, quand une société chinoise ne veut pas rencontrer un vendeur, il est fréquent que le vendeur entende « je vous rappelle dans quelques mois ». Dans de nombreux cas, cela signifie simplement que l’entreprise n’est pas intéressée. Cependant, mettre des choses en attente peut également être utilisé pour tenter de préserver une bonne relation avec un ami ou un collègue. Si un bon ami vous demande un prêt d’une grande somme d’argent, une personne chinoise essaiera probablement de mettre les choses en attente pour quelques mois plutôt que d’offenser leur ami en disant non.

 

Offrez un point positif avant d’en arriver au point négatif

Quand on est amené à annoncer quelque chose de négatif à un subordonné, cette méthode peut être utilisée pour atténuer potentiellement une mauvaise réaction. Par exemple, si on a besoin de dire non à un employé qui demande une promotion, il pourrait être une bonne idée de commencer par lui faire un éloge de son travail et de sa contribution à l’équipe/entreprise. Quand il est nécessaire de critiquer une certaine zone de performance d’un employé qui a besoin d’être améliorée, on peut d’abord mettre en évidence les domaines dans lesquels il est bon. De cette manière, l’employé ne se sentira pas humilié devant ses collègues.

 

Résumé

Bien que les Chinois ne soient pas toujours polis en parlant avec une autre personne, c’est un comportement assez commun dans les entreprises chinoises et les milieux sociaux.  Un homme d’affaire occidental en Chine devrait se souvenir de plusieurs méthodes principales pour dire « non » :

1) Cacher discrètement la vérité

2) Raconter des mensonges invisibles

3) Rester vague dans ses propos

Connaître ses 3 méthodes permettra aux Occidentaux d’être en mesure de communiquer efficacement avec les chinois et de les comprendre plus rapidement.

 

Enfin, même si de nombreux Occidentaux ont appris certaines de ces méthodes pour dire  « non » lors de leur propre expérience dans la société occidentale, il y a une distinction importante qu’il faut comprendre. Alors que la plupart des Occidentaux peuvent parfois être vagues et indirectes, cela n’est la norme alors que pour les Chinois, cela fait parti de leur vie quotidienne.

 

Sources

Comment faire des affaires avec les Chinois? La réponse ici.

 

Marketing Chine