Michel Diament en Chine : 10 ans de passion, sans aveuglement

Aujourd’hui je vous propose de découvrir une interview d’une personne hors du commun, Michel Diament.

1/ Pourrais-tu, dans un premier temps, te présenter ?

 

Ho !  Ho ! Wo shi laowai, wo shi  wo shi laowai, wo shi Shanghai de faguo ren…

 MichelLes « Lions of Puxi » me pardonneront cet emprunt en forme d’hommage.

C’est cette chanson, inspirée par « I ‘m an Alien » de Sting, qui m’a donné cette phrase magique qui me permet de me présenter aisément, malgré ma piètre connaissance de la langue.

Depuis 10 ans, je suis cet « Intermittent de Shanghai », qui navigue entre deux mondes :

« Myrelingues la Brumeuse », Lyon, ma ville d’adoption en France, une cité que j’aime et dont je porte fièrement les couleurs.

Shanghai l’Orgueilleuse, fière de son pouvoir, infatigable entrepreneuse, impitoyable maîtresse.

L’hiver à Lyon, le printemps à Shanghai, l’été à Lyon, l’automne à Shanghai, c’est à peu près le rythme de nos voyages.

 

Pourquoi la Chine ? Pourquoi Shanghai ?

Beaucoup viennent ici, envoyés par leur entreprise, avec le statut, enviable parfois pour ses avantages financiers, « d’Expat ».

Nous, Françoise et moi, nous sommes venus sur un coup de cœur, sur un appel d’aventure.

 

onlylyon ChineIl y a 11 ans, nous avons reçu, dans le cadre du Programme Jeunes Ambassadeurs*, une étudiante chinoise Yi Rong Yin, qui, en fin de séjour, nous a remis un dossier de réflexion marketing très joliment nommé :

«  Après la Route de la Soie, de la Chine vers Lyon, la Route du Vin, de Lyon vers la Chine ».

Elle avait découvert chez nous le vin et le fromage et elle vit que c’était bon…

 

Nous avons fait nos valises et débarqué à Pudong, en septembre 2003, fuyant la canicule en France, pour la retrouver à Shanghai.

Le choc fut grand, mais ce fut un choc amoureux…

 

Comme une balle de jokari, nous partons, nous revenons.

Nous ne savons plus très bien, quand nous disons : « nous rentrons », si c’est en Chine ou en France.

 

Avant cela, mais c’était un autre monde, une autre vie, Françoise travaillait pour la « world company » Unilever, au sein de la branche alimentaire, département marketing et commercial.
Ses fonctions l’obligeaient à habiter en région parisienne, près du « siège », faisant de  nous des navetteurs, par TGV et autoroute.

 

De mon côté, à Lyon, j’exerçais une activité de formateur et de consultant, dans les domaines de la communication, du marketing et du coaching.

 

La plus beau de mes « bébés » est « Eurexpo », parc des expositions de Lyon, à la création duquel j’ai participé et que j’ai animé, en tant que responsable du développement.

 

Avant cela, j’avais travaillé, en indépendant, aux côtés d’entreprises américaines, naviguant entre l ’Europe et les États-Unis pour adapter leur politique commerciale et mettre en place des filiales dans plusieurs pays européens.

 

Le monde est mon village, la France est ma maison.

 

* « Jeunes Ambassadeurs » est un programme d’accueil d’étudiants étrangers qui leur permet de découvrir la vie économique et culturelle de la région Rhône-Alpes.

L’objectif est de favoriser les relations de qualité entre les étudiants étrangers, les entreprises et les institutions rhônalpines, et de contribuer ainsi au rayonnement international de Lyon, Saint-Étienne, Grenoble et Rhône-Alpes.
J’ai participé à la création de ce programme, qui existe depuis 14 ans et qui a accueilli, depuis,  plus de 2 000 personnes, qui sont maintenant des relais professionnels en activité partout dans le monde, dont 300 en Chine.

http://www.jeunes-ambassadeurs.com

 onlylyon en Chine

2/ Pourrais-tu expliquer en quelques mots « OnlyLyon », et quelles ont été les actions de Lyon en Chine jusque là?

Etre Ambassadeur ONLYLYON, c’est emmener Lyon partout dans le monde !

Faire connaître Lyon : Promouvoir Lyon dans tout ce que la ville a d’unique et d’exceptionnel : Pôle économique, scientifique et culturel, qualité de vie, richesse du patrimoine, innovation, attractivité touristique.

Faire venir à Lyon : Faire remonter à l’équipe ONLYLYON les informations d’opportunité de développement qui permettront d’attirer à Lyon de nouveaux événements, projets d’investissement, entreprises, talents, acteurs culturels, touristes …

Faire grandir le réseau : Contribuer au développement du réseau des Ambassadeurs en en parlant autour de vous, de votre rôle et de votre implication et en parrainant vos contacts personnels et professionnels.

Déjà plus de 12 000 Ambassadeurs ONLYLYON, dont 1 200 à l’international !

Qui sont les Ambassadeurs ONLYLYON ?

Des lyonnaises et des lyonnais résidant à Lyon ou à l’étranger, entrepreneurs, cadres, chefs d’entreprises, universitaires, chercheurs, personnalités du monde culturel … qui ont décidé de rejoindre le réseau des Ambassadeurs pour contribuer à la promotion internationale de LYON lors de leurs déplacements professionnels.

http://www.onlylyon

Voilà pour la « Profession de Foi », mais moi, que suis-je venu faire dans tout cela.

 

Depuis mars 2012, afin de développer la part internationale du réseau, il a été décidé, en partie sur mon initiative, de créer un groupe de « Correspondants », chacun dédié à une zone géographique.

 

J’ai été le premier, pour « mon territoire », la Chine, en appliquant pour ONLYLYON CHINE les mêmes méthodes que pour  le programme « Jeunes Ambassadeurs ».

Un réseau planétaire commence par deux personnes qui se rencontrent, qui s’apprécient et qui veulent rester en contact.

 

Au cours de mes séjours de printemps et d’automne 2012, j’ai organisé, principalement à Shanghai, des réunions et des rencontres de trois styles :

  • Fêtes familiales et amicales

  • Réunions d’information sur Lyon et Rhône-Alpes

  • Conférences thématiques et de formation

 

Au printemps 2013, j’ai étendu mon action à Beijing, Xi’An et Yantai.

En automne, je consoliderai ces « têtes de pont » et y ajouterai : Canton, Macao, Hong-Kong.

À ce jour, le réseau ONLYLYONCHINE, compte plus de              400 adhérents, objectif 500 à fin 2013.

La nouveauté que j’ai apportée est l’ouverture du réseau aux chinois qui connaissent et aiment Lyon et Rhône-Alpes.

Petit clin d’œil arithmétique :
Un humain sur quatre est chinois, donc, s’il y a 500 adhérents ONLYLYONCHINE, il devrait  y avoir 2 000 adhérents ONLYLYON international à la même époque, sinon on va encore reprocher son hégémonie à la Chine ….

Parallèlement, je conduis l’action «ja4ever », qui vise à pérenniser les liens créés par le programme « Jeunes Ambassadeurs » en intégrant ceux qui ont étudié et vécu à Lyon, voire même à Saint Étienne et Grenoble, au sein du réseau ONLYLYONCHINE.

À l’échelle de la Chine, en terme de communication et d’action de marketing territorial,         Lyon est indissociable de Rhône-Alpes.

 

3/ Sur quels avantages peuvent s’appuyer la ville de Lyon et sa région, en Chine?

 

Lyon, Liang, est assez peu connue en Chine, elle est citée en troisième ou quatrième place,

après Paris, Bordeaux, « La Provence », à égalité avec Marseille.

 

Pourtant, nous pouvons capitaliser sur la « Route de la Soie », sur la notion de « Première région de France », sur des relations universitaires très anciennes avec le Centre Franco-Chinois où est passée une partie des élites de la Chine moderne.
Pour Shanghai, en particulier, des liens très forts ont été noués entre la Région Rhône-Alpes et la région économique de Shanghai.

La concrétisation la plus spectaculaire est le Pavillon de la Région, construit pour l’Exposition Universelle, en 2010, sous la direction de l’ERAI et qui demeure un symbole fort au sein d’un quartier en pleine croissance.

 

Dans les années qui ont précédé l’ouverture de l’Expo et pendant celle-ci, les JA chinois sont beaucoup intervenus en appui de l’ERAI.

J’ai, directement et à travers leurs actions, eu également à participer à l’animation du pavillon durant certaines périodes thématiques :
Sport et Montagne, Journées de l’Enseignement Supérieur, en particulier.

C’est d’ailleurs ce qui m’a donné l’idée de la création de ja4ever (JA un jour, JA toujours).

Peut-être est-il utile de revenir sur les jumelages « croisés » :

 

Lyon est jumelée avec Canton.

Marseille est jumelée avec Shanghai.
La région économique de Canton est jumelée avec la région Provence Côte d’Azur.

La région économique de Shanghai est jumelée avec la région Rhône-Alpes.

 

Cela rend, souvent, plus complexe le discours et les déplacements officiels, certains y voient même un signe de l’incohérence « à la française ».

4/ « Only Lyon » souhaite-t-il attirer les touristes chinois?

 

Le premier but d’ONLYLYON, créé à l’initiative du Grand Lyon, était, dans la suite logique du classement de notre ville au patrimoine de l’humanité, par l’UNESCO, de la promouvoir auprès des touristes et agences de voyage, de Chine comme d’ailleurs.

C’est toujours l’un des axes forts, ce « drapeau », qui est commun à tous les organismes qui concourent à la notoriété de la ville, permettant un même langage et simplifiant les actions et la lisibilité à l’international.

 

L’autre axe, avec l’entrée en jeu d’« Invest In Lyon » (ex ADERLY), qui a maintenant ONLYLYON dans son giron, est d’accroître le volume des investissements étrangers dans la zone du Grand Lyon, très élargie, avec des passerelles reliant d’autres organismes, l’ERAI en particulier.

 onlylyon en Chine michel diament

5/ Qu’est-ce qui, à Lyon,  plairait le plus aux chinois d’après ton expérience?

 

Je vais reprendre, ici, des phrases « cueillies » dans les commentaires de mes amis chinois :

 

« Lyon est réputée pour la soie, c’est l’une des grandes villes en France, les gens sont censés être bourgeois, mais ils sont très accueillants ».
« La ville est beaucoup plus calme que les autres grandes villes telles que Paris, où j’ai vécu en tant qu’enseignante de chinois pour les étudiants d’HEC ».
« Lyon a des sites touristiques qui méritent le déplacement, bien au-delà de ceux qui lui ont valu sa nomination par l’UNESCO ».

« Lyon est la capitale de la Région Rhône-Alpes, lieu de vie et de travail très agréable ».

« Lyon est un choix de qualité pour de nombreux étudiants chinois ».

« Lyon est un chemin naturel pour découvrir la gastronomie française ».

« Lyon est au centre de la France et de l’Europe, elle est reliée à tout ».

« Lyon, Capitale des Gaules, c’est un grand morceau de l’histoire de France ».

« Lyon ville pleine de passé, mais tournée vers l’avenir ».

6/ Pourquoi, à ton avis, les chinois se passionnent-ils pour Paris, Bordeaux, la Provence et pas la région lyonnaise?

 

Paris, les achats de luxe incontestablement.

Bordeaux, les actions autour du vin commencées bien avant tout le monde.

Déjà dans les années trente, les anglais avaient établi la réputation des « Châteaux ».

La Provence, «  Ha !!! faguo, faguo, romantique ».

Le film « Un Amour en Provence » a donné, à tout chinois voyageant en France, l’obligation d’en revenir avec une photo de lui sur un fond de lavandes.

 

7/ Peux-tu nous dévoiler la stratégie secrète de « Only Lyon », pour  faire connaitre la région lyonnaise au public chinois?

 

Si elle est secrète, je ne la dirais pas !!!!

 

Mais ce n’est pas le cas, elle n’a rien de mystérieux, c’est un travail de « Bistanclaque » :

Mêler le fil des rencontres et la trame des relations, pour tisser des liens solides comme le fil de soie et pérennes comme l’étoffe éponyme.

 

Un travail continu : « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage ».

 

Le travail et l’effort sont depuis toujours les valeurs de notre cité, la preuve :

À Lyon, les rues en pente s’appellent des « montées », plus au sud, ce sont des « descentes ».

 

Pour moi, continuer à provoquer des rencontres, élargir les cercles et les ronds dans l’eau que font mes galets en ricochant.

8/ Quelle est ta vision de la Chine? De la société chinoise?

 

Ho lala…

La Chine n’existe pas, il y a des Chines.

Globalement, s’il faut définir quelque chose, je dirais que ce pays est celui de tous les possibles, un peu la Californie du « Rêve Américain ».

Mais le corollaire des grandes réussites est la dureté des échecs.

Le rythme à suivre est aussi un vrai défi, 10 minutes à Shanghai, c’est un mois à Lyon.

La société « Bling Bling » est encore la reine, dans les villes en développement à « 2 chiffres ».

Mais il y a des immensités où le dieu-argent est moins omniprésent et où le lien du sourire est le plus immédiat.

 

Si je compare la situation de deux endroits du monde où les écarts de fortune sont immenses au sein de la société :

En Amérique Latine, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.
En Chine, les riches sont de plus en plus riches, mais l’argent se répand vers les plus pauvres.

C’est ce qui permet au sysotème de ne pas exploser, n’en déplaise aux économistes donneurs de leçons et « Cassandre au petit pied », qui prédisent pour la Chine la catastrophe imminente, qu’ils n’avaient pas vu venir pour leur propre univers.

 

9/ A la critique : « Les chinois ne savent que copier », qu’est-ce que tu répondrais?

 

En Chine, la copie est un art millénaire et très bien considéré, certaines copies valent plus cher que les originaux.

 

Le prince du Bade Wurtenberg, au début du 19ème siècle, a créé un musée destiné à rassembler toutes les créations industrielles du monde occidental, pour les donner à copier à l’industrie de son pays.

Qui dit que les allemands sont de vilains copieurs ???

 

C’est une phase d’apprentissage obligatoire, pour les peuples, comme pour les humains ou les animaux :

J’imite, je reproduis, je perfectionne.

 

Il suffit de prendre le « Bullet Train » pour se rendre compte que le TGV a, maintenant, des longueurs de retard.

 

Disons que c’est une façon de se rassurer, de croire à une « supériorité créative » un peu comme ce vieux slogan, un peu ridicule : « En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ».

 

10/ Quel est ton regard sur la jeunesse chinoise en France et la jeunesse française en Chine?

 

Les jeunes chinois que je rencontre en France, sont essentiellement une trentaine de « Jeunes Ambassadeurs » chaque année, avec une majorité d’étudiantes … (75%).

 onlylyon michel diament

Elles sont brillantes et énergiques, car elles ont dû, pour arriver où elles sont, parcourir un chemin semé d’obstacles, du début de leur scolarité à leur accession à une université ou grande école française et enfin au programme JA.

 

Je sais donc que mon regard est déformé, mais cette « élite » atteint les objectifs qu’elle se fixe, grâce à un secret jalousement gardé, mais que je peux révéler ici : Elle travaille !!!!

 

Quant aux jeunes français en Chine, 20% ont percé le secret des chinois et l’utilisent à fond dans la guerre qu’ils mènent pour s’implanter dans ce pays.

 

Les autres pensent encore, comme leurs parents, que leur teint pâle et leur long nez leur donnent un immense avantage et qu’il leur suffit de se présenter pour que l’entreprise leur fasse un bon contrat « d’expat », avec chauffeur et « ayi » intégrés.

J’en ai même rencontré qui, à peine sortis de l’École, avec un diplôme à l’encre encore humide, voulaient se lancer sur le marché en tant que consultant, voire formateur, dans les domaines chéris du marketing ou de l’action commerciale.

Je leur ai suggéré de lire « L’art de la Guerre » de Sun Tzu…
Écrit il y a 2 000 ans, toutes les stratégies y sont.

 

onlylyon et michel diament

La réalité du marché rattrape vite cette dernière catégorie de jeunes gens.

Ils n’ont alors comme choix, que de rejoindre les usagers du « grand secret » :

Se mettre à « bosser » comme des fous, ce qui leur apporte parfois de belles réussites, ou regagner la mère patrie, ou en tous cas, l’occident, moins riche en opportunités, mais plus « confortable ».

 

   11/ si tu avais un message à faire passer, quel serait ce message?

C’est comme pour le Chemin de Compostelle :

Arrêtez d’en parler.

Arrêtez d’en rêver.

Allez y …

Merci Michel.  🙂

Son linkedin

Olivier

Marketing Chine