Lait cancérigène, huile de caniveau recyclée, melons d’eau qui explosent, viande au clenbutérol, riz au cadmium, raviolis aux pesticides, porc aux anabolisants, chou au formol … La liste est si longue qu’on en oublie ! En 2011, les autorités chinoises ont dénombré 62 000 cas de production ou de vente d’aliments insalubres.

Peut-on encore manger sans risque en Chine ? Pas sûr …

Il existe une blague très populaire sur l’Internet chinois : grâce aux scandales de sécurité alimentaire, les Chinois ont fait d’énormes progrès en chimie ! Avec le riz toxique, ils ont appris sur la paraffine. Avec la viande de porc améliorée sur le clenbutérol et ainsi de suite …

Pourtant, le sujet est loin de faire rire la population : c’est aujourd’hui la principale cause de colère publique !

Selon un sondage rapporté par le quotidien China Daily, la sécurité des produits et des aliments est aujourd’hui le premier souci des consommateurs chinois, devant même le paiement des frais médicaux et l’éducation des enfants !

Il faut dire que 15% des consommateurs en Chine seraient victimes chaque année d’intoxications alimentaires.

Une menace pour la stabilité sociale

Le Premier ministre lui-même avait reconnu que ces scandales alimentaires étaient le symptôme d’un « déclin moral » et d’une « perte d’intégrité ».

En effet, c’est la course au profit rapide qui prime aujourd’hui en Chine. Et la répression de plus en plus sévère de ces fraudes ne semble pas dissuasive.

Pourtant, depuis 2010, la Chine promet une stricte application de la peine de mort pour les coupables des plus graves infractions à la sécurité alimentaire. Ainsi, le principal suspect du scandale du porc contaminé au clenbutérol a écopé de la peine capitale, avec sursis.

Une loi sur la sécurité alimentaire a également été promulguée en 2009, prévoyant des amendes allant jusqu’à dix fois la valeur des produits incriminés et la perte de licence pour les cas sérieux.

Le conseil d’Etat a également mis sur pied un « comité de sécurité alimentaire » mais rien n’y fait : selon l’agence de presse officielle Chine Nouvelle, la Chine a condamné 255 personnes pour 173 crimes d’insalubrité alimentaire au cours des 10 premiers mois de 2011.

En 2008, la contamination à la mélamine du lait en poudre a tué au moins 6 enfants et fait 300 000 malades en Chine.
lait chine
Ou manger sans s’empoisonner alors?

Difficile à dire … Une chose est sûre : mieux vaut-il se nourrir si possible dans les grandes villes que dans les campagnes. Et préférer les grandes enseignes aux gargotes des rues. Ces boui-boui achètent très souvent des produits de mauvaise qualité pour augmenter leurs marges.

Pas la peine de céder à la panique non plus : on peut manger des années en Chine sans forcément écoper d’un cancer !

Mais si cela vous rassure cependant lors de votre voyage dans l’Empire du milieu, faites comme les Chinois qui séjournent en Europe : remplissez votre valise de nouilles instantanées ou de légumes bien de chez nous.

Cela marche évidemment si vous venez pour une courte période, sinon, cela risque de faire un peu lourd dans les valises !

Cette menace alimentaire est évidement une opportunité pour les marques agroalimentaires en Chine, car elles bénéficient d’un facteur de confiance auprès de la population.

Le Ereputation dans le domaine alimentaire devient un enjeux pour les marques

La reputation des marques est grandement influencé par Internet en Chine. Les scandales sont dénoncés sur Internet et les mauvais commentaires et pratiques sont largement commentés sur la toile chinoise.
Les sites de notation de restaurants, marques alimentaires ou de boissons font sensation.

Pour Information, notre agence est spécialisée dans le controle de cette ereputation sur l’internet chinois, pour plus d’informations… envoyer moi un email. 😉

 

sources :

 

Marketing Chine