Les Chinois de France

 

Aujourd’hui, je vais tenter d’aborder un sujet difficile, sachant que je ne connais le sujet que via mes amis français d’origine chinoise, vivant en Chine : les chinois de France.

Combien sont les FBC French Born Chinese ?

Saviez vous que la France est le pays en Europe qui compte le plus de français originaires de Chine. On estimerait cette population à 600 000 . Il existe un décalage entre le nombre officiel de chinois en France et la réalité, du au nombre de sans papier.  Ce décalage s’explique aussi bien par le nombre de sans-papiers que par toutes les personnes «d’origine chinoise» qui sont naturalisées ou nées en France.

Chinois france

Parmi la communauté asiatique de France, les chinois sont aujourd’hui majoritaire, mais saviez vous qu’il existe au sein de la communauté de l’empire du milieu, différentes sous communautés, formée de chinois migrant à différentes époques et pour des diverses raisons.

A Paris, on distingue 3 principales communautés chinoises:

  1. les Wen
  2. les Chaozhou
  3. et le reste des chinois .

Les Wens

Les Wen, ou les Wenzhou à ma connaissance sont majoritaires, 350.000 environ. Appelés souvent les juifs de l’Asie, ces personnes viennent du Zhejiang de Wenzhou. Ils ont une vrai culture de l’argent, du négoce. Ils ont la réputation de travailler très dur, et sont prêt à tout pour s’enrichir. ils sont très sectaires, se font des prêts entre personnes de même communauté.

wenzhou

Malgré leur nature hypothétique, ces chiffres rendent compte de l’ampleur de la communauté Wenzhou, la plus grande communauté chinoise de tous les pays d’Europe.
Wenzhou: une immigration économique très soudée

Les Wenzhou, principale communauté chinoise de France, sont nés en Chine. Ils tiennent leur nom de la ville de Wenzhou.

Wenzhou

Ils viennent d’une région très pauvre, et avaient un niveau d’études assez bas. Ils travaillent dur pour gagner de l’argent et offrir un avenir à leurs familles.

Ce sont les Wen qui sont arrivés en Europe les 1er, il y a plus d’un siècle. Le 1er émigré chinois serait arrivé en 1888 de Qingtian(près de Wenzhou). L’immigration s’est intensifiée lors de la 1ere Guerre mondiale, pendant laquelle l’armée française recruta plus de 100.000 travailleurs chinois afin de participer à l’effort de guerre.

A la fin de la guerre environ 3.000 d’entre eux (pour la plupart originaires de Wenzhou) choisirent de rester à Paris, et s’installèrent dans un quartier  « l’îlot Chalon », qui fut pendant 50 ans le 1er quartier chinois de Paris, avant d’être rasé dans les années 1970.

Ces populations Wen se sont ensuite déplacées dans le quartier des Arts et Métiers où ils se sont spécialisées dans la maroquinerie et la confection, puis à Belleville, où ils représentent 85%, voire 90% de la communauté chinoise.

La communauté Wen est très soudée et est organisée, les «nouveaux immigrés» rejoignant des familles anciennes ou des proches souvent mariés avec des enfants et déjà établis économiquement en France.Le gros point noir est que cette communauté vit en cercle fermé principalement. Leurs secteurs d’activité de prédilection sont le commerce, l’artisanat, la confection(maroquinerie), ou encore la restauration. Aujourd’hui, leurs enfants sont instruits et travaillent aujourd’hui dans tous les secteurs d’activités français.

Une grande partie de ces migrants viennent du Laos, du Cambodge ou du Vietnam,  obtenaient le statut de réfugié politique grâce aux passeports de ces pays en guerre dans les années 70. Ces personnes n’ont donc jamais été officiellement considérés en France comme «Chinois», mais pourtant le sont.

sources :

Donatien Schramm, Président de l’Association Chinois de France-Français de Chine

– Pierre Picquart, docteur en géopolitique auteur d’une thèse sur les Chinois de Paris.

Les Chaozhou

On estime cette communauté à 150 000 en France aujourd’hui. Les Chaozhou sont réfugiés politiques des années 1970
Les Chaozhou portent leur nom d’une ville du Sud-Est de la Chine, appelé également Teochiu ou Teochew. C’est une ville de voyageur.

Plus d’informations sur Chaozhou

Chaozhou

Ils ont quitté leur pays d’origine il y a plus de 4 siècles pour s’établir dans toute l’Asie du Sud-Est, et dans l’ex-Indochine (Vietnam, Laos, Cambodge). Dans les années 1970, beaucoup d’entre eux se réfugient en France et obtiennent le statut de réfugiés politiques et obtiennent la nationalité française.

 

Avant d’immigrer en France, les chinois de Chaozhou sont plutôt urbains,  éduqués , issu d’un certain niveau social et culturel, souvent francophones et plutôt francisés. Leur intégration en France est beaucoup plus rapide. Ils se tournent rapidement vers le commerce. C’est au moment de l’installation des Chaozhou dans le XIIIe arrondissement de Paris que les français prennent vraiment conscience de leur présence. Très intégrés à la société française, cette communauté travaille dans tous les secteurs de la société, et leur habitude culturelle, alimentaire est le plus proche des français.

Les Chaozhous dans le monde sont très impliqués dans la triade, une organisation mafieuse chinoise présente dans l’Asie du Sud Est, Hong Kong, Macao et aux Etats Unis.

Les Chaozhou vivent coupés des autres communautés Chinoises , qu’ils méprisent un peu, les considérant parfois comme des « paysans ». Cet isolement des Chaozhou peut s’expliquer par leur intégration rapide à la société française, en décalage avec celle plus lente des Wenzhou et des chinois qui pour la plupart ne parlant pas français à leur arrivée, beaucoup ne parle pas mieux français aujourd’hui.

source Slate

 

Les Autres chinois

Depuis plus d’une dizaine d’année, nous pouvons voir arriver une nouvelle population chinois d’immigrés en provenance de plusieurs provinces de la Chine. Ils viennent d’une grande partie de la Chine. Une récente communauté arrive ceux du Dongbei, de la Mandchourie.  Cette région anciennement riche, est devenu pauvre et abandonnée du gouvernement. Les nombreuses fermetures d’usines ont provoqué une migration de leur population vers d’autres régions de Chine et autres pays. Une grande majorité des prostitués chinoises en France viennent de la Mandchourie. (source)

Il existe des centaines de communautés chinoises en France différentes et divisées, chacune ayant son propre dialecte, sa propre histoire. Il n’existe pas entre elles de réelle solidarité. Les mariages «mixtes» entre chinois de différentes sont une exception.

Cependant l’appartenance communautaire des nouvelles générations est forte, et leurs modes de vie  ont bien évolué. Les enfants portent des prénoms français, ils vont à l’école et même réussissent très souvent.

Je vous invite à lire notre ancien dossier sur la réussite des chinois

 

Olivier

Marketing Chine