Les chinois aiment les châteaux français

,

Le petit truc bien à la mode chez les milliardaires chinois c’est de se payer un château français. Un chateau de préférence avec des vignes autour.

.

un chateau français chine

.

Dernière « victime » un acteur majeur de la joaillerie en Chine qui a acquis un château du Médoc, Château Laulan Ducos.

.

Chateau Laulan Ducos

.

Il y a déjà eu 6 châteaux achetés par des riches chinois, la majorité dans le vignoble bordelais. Et oui, les chinois aiment le Bordeau c’est le plus connu des vins.

.

Le marché du vin en Chine se développe très bien en Chine surtout dans les 2 grandes capitales du pays. Avec l’augmentation du pouvoir d’achat, les vins français ont une vrai carte à jouer.

.

On apprend que ce milliardaire a visité 40 propriétés avant de choisir le Château Laulan Ducos, un cru du Médoc avec le cépage dominant de cabernet-sauvignon. Ses projets: il souhaite faire de ce vin un produit de luxe avec un packaging adapté au marché chinois dont il envisage d’écoulera la totalité de la production dans son pays.

.

chateau richelieu

Les autres chateaux achetés par des chinois

  • Le château Latour-Laguens en 2008
  • Le château Richelieu,
  • Le château Chenu Lafitte
  • Le château de la Salle
  • Le château de Viaud.

.

Cette tendance s’appuie sur un véritable engouement des Chinois pour les vins de Bordeaux. en effet, les exportations de bordeaux vers la Chine ont connu un bond de 98% en 2010, avec un total des ventes de 333 millions d’euros. (en incluant Hong Kong).

.

Car pour les consommateurs chinois, un vin français c’est une belle éthiquette ancienne traditionnelle avec le nom d’un château. Le château représente la tradition et le rêve français. C’est une valeur de noblesse, l’image de la France.

Les chinois ont une très bonne image des châteaux de la Loire depuis que « Un téléfilm a dévoilé la beauté de notre patrimoine au grand public ». (voir le téléfilm)

.

Il existe d’ailleurs tout un tas de faux vins français avec des faux chateaux, mais cela sera l’objet d’un prochain article.

,

,

Olivier VEROT

Marketing Chine