• L’ère entrepreneuriale en Chine Commence  ! 

Beaucoup d’étrangers viennent en Chine pour entreprendre, lancer leurs start-up, car c’est le nouvel eldorado.

Plus particulièrement la ville de Shenzhen où la ville est devenu une sorte de sillicon entrepreneuriale.

 

shenzhen

Histoire d entrepreneurs français qui ont choisi Shenzhen pour créer leurs entreprises.

Valérie Nomain a créé Chocolate, entreprise de marketing design sur Shenzhen. Ce qu’elle aime par dessus tout dans son métier, en plus de la passion pour son produit et son service, c’est de trouver les talents et les mettre en avant. Ce n’est pas seulement le fait de créer qui l’a passionné, mais c’est aussi et surtout le fait d’inspirer la création aux autres. Pour elle, il n’y a rien de mieux.

Après son expérience, elle fait le constat que plus on fait de grandes études, plus c’est une barrière à la création. Or, ce n’est pas grave de perdre, il faut y aller ! Il y a toujours plus de preuves qui montrent que ça ne marchera pas. L’entrepreneur doit garder la foi tout au long de son projet.

 

Exemple d’une entrepreneur à Shenzhen

Valérie nous parle aussi du « virus de Shenzhen ». Même pour une personne qui n’a jamais pensé à créer, apparemment il est impossible de venir ici et de ne pas se lancer dans un projet. Shenzhen est une ville entrepreneuriale, idéale pour des entrepreneurs.

Si certains le recommandent, Valérie a réussi à créer son entreprise sans parler chinois. Selon elle, quand on est déterminé, on arrive toujours à trouver des solutions. Le plus difficile c’est finalement de comprendre la culture chinoise.

Enfin, elle nous confie que pour elle le contexte en tant que femme était plus opportun en Chine qu’en France.

valerieValérie (en rouge) entouré de ses chefs de projets

Après une formation de boulanger pâtissier en France, Clément a d’abord travaillé en France puis finalement, il a décidé de rejoindre son frère en Chine pour monter sa propre Boulangerie.

L’envie d’entreprendre est de famille, avec un père et un grand-père artisans. Clément souhaitait lui aussi faire son métier avec passion, en ayant sa boulangerie à lui, et être son propre patron. Et pour cela, il a choisi la Chine.

A Shenzhen, c’est tous les jours que Clément rencontre des expatriés du monde entier, et ce sont ces rencontres qui lui apportent énormément et lui offrent un dépaysement total, qui devient « limite une drogue », et lui donne envie d’en découvrir encore plus.

lire aussi :

La Chine dans le monde de l’entreprenariat.

La Chine n’a pas encore produit de technologie à fort impact des innovations ayant une importance mondiale. Mais nous avons vu des exemples de la technologie mineur, mais de classe mondiale mis en œuvre pour créer des innovations. Nous avons visité SVG Optronics, une start-up qui utilise la nanotechnologie pour créer des films très minces qui fournissent des motifs hologrammes qui peuvent être imprimés sur des choses telles que les cartes d’identité, et sont très difficiles à copier. À la suite de ce film, la carte d’identité chinoise est maintenant effectivement plus sûre que les permis de conduire en Europe ou aux États-Unis. Une autre société, Suzhou Nano-Micro BioTech, produit très, très petites particules qui sont de taille uniforme et la forme et adaptées aux besoins spécifiques du client.

 

En Chine, la plupart des innovations de modèle d’affaires a commencé en prenant un modèle occidental, l’adaptant à la Chine, alors innover davantage l’adaptation. Bien que Alibaba.com, par exemple, la plate-forme eBay copié avec son service concurrent Taobao, il est rapidement dépassé eBay, sur la base de son expérience et d’innovations pour répondre à la clientèle chinoise plateforme B2B tôt.

 

L’innovation non-client se produit quand une entreprise est en mesure de servir un segment de clientèle pas déjà servi dans cette catégorie ailleurs dans le monde ou dans un pays particulier. Un exemple est la voiture Tata Nano, conçue à un tel point bas prix à servir les premiers acheteurs d’automobiles de temps, qui avaient motos utilisées précédemment ou d’autres modes. Par exemple, dans le secteur bancaire de nombreuses petites entreprises ne disposent toujours pas de comptes bancaires. Minsheng Bank a réussi à capturer l’activité de sociétés de petite taille comme un premier moteur pour créer un nouveau segment. (lire aussi les start up chinoises à  l’international )

Les entreprises chinoises sont habiles à exploiter toutes ces formes d’innovation, en raison de leur attention sans relâche sur les clients, leur recherche de besoins non satisfaits, et une vitesse remarquable. Les concurrents doivent bien regarder au-delà de l’innovation technologique, si elles veulent réussir en Chine.

Article proposé par Doung  Young

 http://www.youngchinabiz.com/en/