Des efforts incroyables seront fournis en Chine pour réduire la pollution

pollution in china

La Chine est le pays le plus pollué du monde. En effet, le taux de pollution dans le pays a atteint des niveaux astronomiques ces dernières années à tel point que le gouvernement prévoit des réformes afin de réduire au maximum les smogs ainsi que la pollution de l’eau dans le pays. Plusieurs paramètres ont poussé le gouvernement chinois à faire des tels changements.

Pour plus d’informations: Chine : l’alerte rouge de pollution de l’air, dilemme des officiels

La santé de la population

 

De 2007 à 2014, le nombre de décès causés par le phénomène est passé de 750000 à 2.2 millions. La santé publique constitue l’un des facteurs qui pousse le gouvernement à établir de telles réformes. La pollution de l’air est en l’occurrence le sujet vers lequel se tournent tous les débats de la population et qui soulève un mécontentement général. Ce smog présent continuellement dans l’air ambiant est principalement dû à la combustion de charbon produite pour l’électricité et le chauffage ce qui représente 70% pour les deux critères réunis. La Chine souhaite remplacer le charbon par des système éoliens, du solaire et des bio énergies. Les usines ou les fraudeurs qui dépasseront le plafond en vigueur seront punis. Des transformations techniques au niveau des centrales énergétiques sont prévues afin de les rendre les plus conformes possibles. En outre, dans le plan quinquennale sont prévues des obligations qui vont permettre aux entreprises ou aux pays d’acheter en fonction de leurs besoins en carbone ou de revendre s’ils estiment en avoir trop, des quotas.

 

Protection de l’environnement

environnement + pollution en Chine

Le gouvernement prévoit également la réduction des gaz à effet de serre. Il promet la réduction de la taille des particules polluantes qui dépassent 2.5 microns de diamètre ce qui constitue un danger considérable pour les habitants du pays. De plus, des bâtiments énergivores remplaceront les constructions, des économies d’eau et un tri sélectif sont prévus. La Chine souhaite également protéger les forêts de la déforestation massive et reconvertir les terres défrichées en nouvelles forêts ou en steppes.

Une construction qui tient compte du respect de l’environnement

 

Un pont écologique de neuf kilomètres a été construit afin de protéger la vallée de Huebei. Quatre kilomètres passent au dessus d’une rivière. La construction de cette autoroute a empêché une déforestation de la région et préserve donc cette immense vallée.

 

Mais il  y a aussi des contre exemples…

tibet

Une deuxième ligne de train est prévu pour faire le trajet entre la capitale du Tibet , Lhassa, et le Sud Est de la Chine qui n’est autre que la région de Chengdu pour un voyage de 15h seulement. La première ligne située à 5000 mètres d’altitude depuis 2006 a provoqué un mouvement de la population et l’identité de la région s’avère très menacée.

Ce projet fait également partie du 13e plan quinquennale. N’était-ce pas un paradoxe de concilier respect de l’environnement, désire de réduire la pollution en Chine, avec la construction d’un deuxième train qui menace grandement la préservation de la civilisation tibétaine ?

Enfin, les progrès concernant la réduction de la pollution en Chine ne sont définitivement pas à la hauteur des attentes de la population et des promesses du gouvernement.

 

A lire également: