Le combat extraordinaire de Sébastien un artisan floral français à Shanghai

.

J’ai récemment eu la chance d’interviewer Sébastien, THE French artisan floral qui s’est installé à Shanghai après avoir parcouru l’Europe. Sébastien a monté sa société quelques années auparavant et j’ai été surpris par le savoir faire de cet entrepreneur de de sa philosophie entrepreneuriale que vous allez pouvoir avoir la chance de découvrir aujourd’hui.

.

Pourriez-vous vous présenter, votre parcours, votre arrivée en Chine… votre projet ?

Artisan floral français formé par apprentissage. Je créais mes premiers bouquets pour ma grand-mère, agricultrice dans les montagnes de Savoie.

Je suis arrivé en Chine après 6 ans à Londres où j’ai travaillé comme fleuriste free-lance pour des grands noms de décoration florale. Par exemple, je participais à des mariages dans les palaces de Mayfair, ou encore en Irlande pour celui de Pierce Brosnan. Mais aussi des évènements pour la famille royale, des jobs à Athènes, en Espagne, ou encore à Chypre pour les Milliardaires avec assez de cash et qui « importent » les équipes qui organisent leur soirées. Là ou là-bas !

J’ai aussi eu des expériences en retail à Chelsea et South Kensington. Avec le type de clientèle qui est déposée en Rolls Royce avec chauffeur et qui vous achètent des brassées de roses parfumées, juste pour la maison.

J’ai beaucoup apprécié cette proximité avec cette clientèle qui a du goût pour le beau, l’artisanat et les moyens de l’apprécier et de le faire vivre. Je me souviens d’un soir, la femme de l’Ambassadeur des Pays-Bas est venue m’acheter des fleurs à la dernière minute. Et sachant qu’elle ne ferait pas aussi bien la composition, elle m’a kidnappé pour aller à la résidence. C’était pour un membre de la Famille Royale arrivée ce soir là au dernier moment. Il y avait un magnifique portrait de la Reine Beatrix fait par Warhol dans le salon. Un vrai of course !

sebastien-floral

Je suis arrivé à Shanghai grâce a une Vietnamienne qui possédait une boutique de fleurs et qui est une promotrice de la laque de Chine. Ma mère travaille chez ST Dupont, les fameux briquets en laque de Chine. Coïncidence.

Elle voyait que je m’ennuyais à Londres et que Londres était trop petite pour mes rêves. Pendant un an, elle n’a cessé de me dire qu’il fallait que je parte en Asie faire ma vie. Le genre de chose que vous n’écoutez pas mais qui marque le subconscient. Un matin tout a tilté dans ma tête. Voyage de découverte de 10 jours a Shanghai. Retour à Londres le matin, appel à l’agent immobilier pour vendre mon appartement. 3 mois plus tard, arrivée à Shanghai, un mois plus tard, une exposition d’art floral au Shangri-la de Pudong, une rencontre avec Madame Chirac, des articles dans les journaux, des reportages à la télé.  Tout est allé vite.

Un an après mon arrivée, l’entreprise était crée et a décroché le contrat du plus gros hôtel de Chine le Shangri-La. Une équipe de 2 qui passe à 15 en un jour. La course pendant des années. Nous voilà plus de 40 divisés en 9 équipes sur 4 villes.

Nous avons 12 activités : les hôtels, les entreprises, du retail, les cours, les décorations de Noël et pleins d’autres.

 

Expliquez-nous (en image) vos meilleurs projets ?

sebastien-project1

sebastien-project2

sebastien-project3

sebastien-project4

sebastien-project5

 

Comment vous positionnez-vous par rapport à la concurrence locale ?

 

Je me bats pour une reconnaissance de la valeur du travail et du geste artistique.  Il faut faire comprendre à des oreilles souvent sourdes la différence et la valeur de plus que nous amenons. Ce n’est pas impossible mais difficile et c’est un combat auquel je crois. La qualité paye. Toujours. Elle fait plaisir même si elle est reconnue longtemps après avoir été contacté. Il faut parfois des années pour que la qualité s’impose à un client.

Un exemple ce matin même. Un hôtel nous passe plusieurs commandes les unes après les autres.  Il nous avait contacté il y a 3 ans déjà. Puis rien comme 95% du temps. Et enfin le réveil.

 

Comment est-ce que vous communiquiez jusqu’à présent ? Qu’est ce qui va changer ?

(Bouche à oreilles, des opérations pour la Reine d’Angleterre, ou encore Bernadette Chirac… ce qui va changer)

J’estime à 95% le part du bouche à oreilles dans notre business et cela depuis le début.

Un site d’entreprise, un Facebook et un Weibo. Près de 900 fans en quelques mois.

sebastien-promo

 

Sur quoi avez-vous construit votre Business Model ?

«We know what we can do and we deliever what we promise» notre leitmotiv et business model.

Il est simple mais efficace. Dans un pays où les promesses sont nombreuses mais la livraison plus hasardeuse, cela à une valeur.

 

Vos Valeurs : parlez nous aussi de votre combat pour les mal entendants et leurs affinités pour les fleurs.

J’ai décidé d’employer des sourds et des muets parmi mes salariés au même salaire et avec les mêmes opportunités de carrière.

A un moment l’an dernier, ils représentaient 17% de notre workforce. Le chiffre a baissé mais mon objectif reste 30%. Sans aide du gouvernement et aucun avantage financier. Les mots ne sont pas le seul medium de la communication. Le langage de la beauté par les fleurs comme langage universel, moi j’y crois.

Je suis convaincu de leurs habiletés artistiques, de leur rapidité de compréhension et de leur communication. Ils cherchent à comprendre, ce qui est une attitude que j’apprécie.

.

sebastien-fleur

 

Vous avez écrit un livre. Est-ce que vous pourriez nous le présenter en quelques mots ?

Un « Coffee table » book de mes créations photographiées par Bertrand Stark, photographe de beauté et de mode.

Un très long process de création pour aboutir à une maquette finale, 5 ans après avoir pris les premiers clichés.

Nous cherchons maintenant un mécène – partenaire pour nous aider à le financer car nous avions une maison d’édition qui ne respectait pas les standards de qualité que Bertrand et moi avions décidé. Nous préférons le distribuer nous-même. Les livres sur l’Art Floral, sont relativement confidentiels et n’intéressent que les passionnés. Une distribution ciblée, via Internet et les réseaux sociaux nous parait plus judicieuse.

 

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur à Shanghai ?

Ne pas s’attaquer à la Chine si on n’a pas testé ses capacités à l’adversité et l’adaptation ailleurs. J’ai passé 6 ans en Angleterre et elles m’ont été utiles.

La confiance dans les personnes qui nous entourent est primordiale mais elle prend des années à construire.

La Chine n’est pas un eldorado. L’a t-elle été ?

sebastien-fleurs1

.

Le site web de Sébastien www.sebastien.cn

Merci Sébastien et bonne continuation dans votre combat.

Si vous voyez plus de fleuristes sourds et muets en Chine, vous saurez que c’est le combat de cet homme, Sébastien l’artisan floral de Shanghai.

En Chine, j’adore le principe que chaque personne doit jouer une place dans la société. Les aveugles deviennent masseurs ! Les sourds muets ont appris à développer le sens de la vue.

Le feeling de Marketing Chine

Sébastien Lathuile c’est l’histoire d’entrepreneur social, qui a des VRAIES valeurs, qui est en Chine pour ne pas exploiter la population mais pour aider les plus défavorisés, les aider en leur transmettant une partie de son savoir, et les aider en les rendant utiles à la société… je trouve cela simplement génial !

J’espère moi aussi pouvoir, un jour, mettre moi aussi ma pierre à l’édifice pour rendre ce monde meilleur… 😉

Je vous invite à réagir à cet article et exprimer vos opinions.

 

.

Olivier VEROT

Marketing Chine