La révolte des Taobao Shop

Plusieurs milliers de petits vendeurs du très populaire site de vente en ligne Taobao ont réagi de façon agressive à l’annonce de nouvelles règles entravant potentiellement leur commerce. Mais l’entreprise les a ignorés, et la situation pourrait empirer.

Tout comme Weibo ou QQ, Taobo est l’un de ces sites Web inconnus en Europe, mais qui font partie intégrante de la vie des quelques 500 millions d’internautes chinois.

taobao2

Taobao=Chasse au trésor

« Chasse au trésor » a été lancé en 2003, à une époque où eBay contrôlait 90% du secteur en Chine. En deux ans, Taobao y écrasait son rival, qui a fini par fermer en 2006. Dès 2009, le site était devenu la source de près de 83% des achats sur internet, encore assez marginaux en Chine mais en pleine croissance, selon la société iResearch.

Taobao doit son succès à une interface facile à prendre en main qui a permis à des milliers de Chinois d’y développer leurs petits commerces, pour beaucoup assez rentables pour en vivre.

Mais ces petits vendeurs ne sont pas les seuls à utiliser « Chasse au trésor », et des marques telles que Dell, Uniqlo ou Procter and Gamble y font également commerce, ainsi que de nombreuses entreprises chinoises cherchant à se faire un nom après des années de sous-traitance pour des marques étrangères.

« Occupy Taobao »

Taobao

Jack Ma, directeur du groupe Alibaba qui détient Taobao, a annoncé une réforme importante du système de fonctionnement du site, qui a fait bondir ses utilisateurs.

Et pour cause: désormais le prix de l’inscription annuelle à Taobao (la partie du site dédiée aux échanges entre professionnels et particuliers) coûtera entre 30 000 et 60 000 yuans (3400 et 6800 euros) selon la taille du commerce, au lieu de 6000 précédemment.

Les nouvelles règles imposeront également aux vendeurs de donner 50.000 RMB à Taobao en dépôt, qui serviront à dédommager les clients en cas de futurs litiges. Pour les petits vendeurs, le coup est dur.

C’est pourquoi, suite l’annonce de Jack Ma, les réactions ont fusé.

Les petits vendeurs se sont immédiatement organisés pour protester, en lançant une campagne d’action intitulée « Occupy Taobao », en référence au slogan des « indignés » qui occupent Wall Street depuis fin septembre (et dont le combat est pourtant tout autre).

Selon le Global Times, plusieurs dizaines d’entre eux se sont réunis pour protester devant les locaux de Taobao à Hangzhou (Zhejiang).

Plus significatif, un groupe de 7000 vendeurs réunis sous le nom de « ligue anti-Taobao » a inauguré une série d’attaques largement suivies contre des vendeurs importants, privilégiés, selon le groupe par cette mesure.

De l’huile sur le feu

Les attaques consistaient à lancer un grand nombre de commandes express (livrées en 24 heures), avant de les renvoyer comme cela est permis dans les sept premiers jours par le règlement du site, créant ainsi une situation difficile pour les vendeurs concernés.

« Des dizaines de milliers de petits (petits) vendeurs ont fait ton succès, accuse la « ligue anti-Taobao » dans un communiqué adressé à Jack Ma. Ils ont fait de toi ce que tu es. Comment peux-tu les trahir ainsi? »

Mercredi, 40 000 personnes se sont réunies sur un forum en ligne pour discuter de futures actions.

Mais Jack Ma, l’homme qui a annoncé vouloir racheter Yahoo, semble déterminé.

Affirmant que son but est de rendre le site plus sécurisé en éliminant les mauvais vendeurs, il a cependant réaffirmé que la partie du site réservée aux particuliers resterait gratuite.

Mais cela ne semble pas avoir satisfait la « ligue anti-Taobao », l’affaire ne devrait pas s’arrêter là. D’autant que M.Ma a jeté de l’huile sur le feu hier de son compte Weibo, en comparant les personnes impliquées dans les actions de la « ligue »… à des Nazis!

plus d’information sur Taobao ici

sur le ecommerce en Chine c’est par ici