Très utilisée dans le langage courant chinois aujourd’hui, « riche péquenaud » (土豪 tuhao) est une expression populaire visant à satiriser les personnes qui ont tendance à étaler leur richesse. Ce qui peut correspondre à l’expression française « bling bling ».

A l’origine, « riche péquenaud » désignait un propriétaire terrien ou un tyran local. Les deux caractère tu (la terre) et hao (le héros) forment ainsi l’expression péjorative que nous connaissons aujourd’hui pour décrire ces nouveaux riches qui n’ont ni culture ni morale et qui sont très ostentatoires. La formule revêt parfois un sens politique dans la mesure où elle peut être utilisée pour dénoncer l’écart se creusant entre les riches et les pauvres en Chine.

Mais dans certains cas, cette expression est arbitrairement utilisée par des personnes qui jalousent tout simplement la richesse de leur voisin.

033617cqo95y11195qn299

L’or « riche péquenaud » (tuhao jin)

En septembre 2013, Apple a lancé une nouvelle gamme de téléphones mobiles: l’iPhone 5C et l’iPhone 5S. C’est la toute première fois que la marque crée un mobile avec une finition de couleur or. Avant même sa mise sur le marché, les internautes l’ont déjà baptisé « l’or riche péquenaud », car cela correspond bien à l’idée que les chinois se font de cette « population ». L’expression s’est répandue pour qualifier tous les objets de couleur or dont les tuhao se parent pour étaler leur richesse.

Img5628060_n2

lingerie or Chine

Comment reconnaît-on un tuhao ?

Les internautes se sont amusés à caricaturer les tuhao à travers des comportements cocasses :

– Lorsqu’ils achètent un meuble, ils ne demandent pas le pays d’origine mais la dynastie

– Ils ne disent plus combien ils gagnent mais combien de politiciens ils connaissent

– Quand ils achètent un logement, ils ne s’interrogent plus sur la surface de l’appartement, mais celle de la cour

– Au restaurant, ils ne commandent plus les menus mais le chef

– Ils ne comptent plus le nombre de voitures qu’ils possèdent mais le nombre de chauffeurs

– Pour les vêtements, ils n’achètent plus en fonction de la marque mais du styliste

– En business, ils ne parlent plus en terme de nombre de projets mais de sociétés côtées en bourse

– Dans une soirée, ils ne demandent plus combien y’a-t-il d’invités mais combien y’a-t-il de vedettes

– Pour se marier, ils choisissent leur future épouse à la télé

95445563

En outre, on remarque l’apparition de tuhao spécifiques à la ville de Shanghai:

– Ils portent un chapelet bouddhique à la place d’une chaîne en or

– Ils brûlent de l’encens de calambac à la place d’encens tibétains

– Ils ont remplacé le Moutai (alcool de riz) par le thé

– En matière d’habillement, le chanvre bio et chaussures en toile ont remplacé le complet-veston

– Ils ne jouent plus au mah-jong mais participent à des dégustations de thé ou d’ateliers parfumerie

– Le vélo a remplacé la Mercedes

– La collection de peintures fait place à la collection de thankas tibétains

– Avant, ils investissaient dans des boîtes de nuit, maintenant, ils investissent dans des centres de sinologie

– Les réunions de faux amis ont été remplacées par les réunions des EMBA (Executive Master of Business Administration)

 

Article présenté par Chine-info.com