Condamnation d’un mannequin chinois qui jouait au policier


.

Le buzz insolite hier a été l’histoire incroyable d’une mannequin qui a tout fait pour se faire remarquer et qui a joué avec le feu et s’est brulé. Et les internautes sous Weibo se sont fait bluffées par la demoiselle !

A 23 ans, Wang Xiaomeng, un mannequin qui se proclamait policière sur le plus grand réseau social chinois, se fait condamner pour délit de mensonges et bluff.

Résultat ? 9 mois de prison pour montrer l’exemple ! En Chine, on ne rigole pas avec internet et encore moins avec le gouvernement.

Cela faisait un bout de temps que la demoiselle jouait de son image sur weibo en se faisant passer pour une policière.

L’objectif ? « Je souhaitais attirer l’attention sur moi » a-t-elle répondu au (vrai) poste de police.

Ce petit jeu mené par Wang Xiaomeng avait fini par agacer les utilisateurs de Weibo ainsi que le gouvernement chinois qui ont décidé d’y mettre un terme.

Photo de Wang Xiaomeng

.

.

Le gouvernement chinois contrôle internet 

.

Cet événement marque une fois de plus le contrôle que détient le gouvernement sur les réseaux sociaux en Chine. Il faut être attentif à ce qui est posté afin de ne pas éveiller les soupçons et de ne pas se retrouver dans des situations embarrassantes.

Certes, notre jeune mannequin a réussi à attirer l’attention puisqu’on ne parle que d’elle aujourd’hui, mais le prix à payer pour quelques clics en plus sur son profil est de neuf mois de prison, en plus d’avoir tâché sa réputation de mannequin. A bon entendeur…

Dans cette histoire, ce n’est pas seulement la loi qui intervient mais également l’ensemble des utilisateurs Weibo qui prennent apparemment plaisir à dénoncer les comportements qui « sortent du cadre » imposé par le gouvernement chinois.

 .

 

Sondage sur la peine de Wang Xiaomeng

 ..

Le sondage montre que 2/3 des électeurs confirment la peine du tribunal.

La peine est estimée méritée pour sanctionner les dommages réalisés sur « la réputation de la police chinoise ».

Oui, Wang Xiaomeng est devenu populaire mais plus personne ne se souciera d’elle une fois que le buzz aura suivi son cours.

Le mannequin est la première à être condamnée pour ce type d’affaires sur Weibo. Le contrôle des rumeurs et des informations divulguées sur les réseaux sociaux et l’internet chinois est de plus en plus fort. De plus, cette histoire va également influencer la stratégie de Weibo qui devra trouver une solution à ce type de comportements afin qu’ils soient signalés et/ou éradiqués.

Source:

Plus d’informations insolite sur la police Chinoise
.

.

Olivier VEROT
Marketing Chine