Vous devez le savoir, les concubines en Chine sont un phénomène de société pour les riches et certains officiels. Même si la tendance pourrait laisse penser que cela s’atténue, c’est une tradition Chinoise lorsque lorsque l’on est important d’avoir plusieurs maitresses, c’est même un luxe qu’uniquement les très riches peuvent se permettre.  Culture ancestrale  ou crise morale, le phénomène du concubinage est avant tout un loisir couteux.

Où ces riches business men dépensent la majorité de leur fortune ?

Pour des plaisirs avec leurs maitresses.

concubine chine

 

« Avoir une maîtresse c’est un peu comme jouer au golf. »=>Ce sont deux hobby coûteux » C’est le discours tenu par ce Business men au New York Times.

Cet homme d’affaire entretient une liaison extra-conjugale avec une étudiante de 20 ans, relation qui lui coûte aux alentours de 4 500€ par mois.
Il est loin d’être le seul en Chine, ce n’est pas un cas isolé. Depuis plusieurs années, la presse chinoise regorge d’histoires croustillantes impliquant des hommes d’affaires Chinois, des jeunes et belles demoiselles et beaucoup d’argent.  Depuis Liu Zhijun le ministre des chemins de fer , accusé de détournements de fond pour l’entretien de 18 maîtresses, à ce qu’on apprenait avec « l’affaire Guo Meimei », les histoires se suivent et se ressemblent.

 » Deng Baoju, a banker in the booming town of Shenzhen, spent 18.4 million yuan (US$2.7 million) of his bank’s money on his fifth mistress within 800 days, averaging 23,000 yuan each day. He was sentenced to 15 years in prison for the fraud. »

La lutte s’organise

Plusieurs instituts chinois se sont lancés dans l’éducation des épouses chinoises contre les concubines, on les forme et leur but : apprendre aux épouses trompées à se défendre contre les maîtresses de leur mari.

Cela vous parait Insolite ? Non, pas vraiment très courant en Chine.

Les divorces se multiplient , es épouses se rebellent et n’acceptent plus ce genre de situation

 

 

La maitresse est un symbole d’un statut social

Pour avoir la face, il faut avoir une maitresse. Souvenez vous de cet article. L’époque de l’empereur chinois, où on entretenait plusieurs maîtresses était un signe de puissance .  Les « ernai », ou secondes femmes, seraient donc avant tout un signe extérieur de richesse, au même titre que la possession d’une voiture ou d’un appartement de luxe. Et à ce titre, elles se doivent de porter sur elles la richesse de leur amant. Cette époque n’est pas si lointaine , avant 1940

Avec le développement économique des derniers temps, les maitresses seraient de nouveau sujet d’actualité.

Oubliée l’interdiction par Mao en 1949 de ce « reliquat du féodalisme ».

Depuis plus de 50 ans, les concubines ont officiellement disparu.

 

Mais en 2013, la pratique est fortement désapprouvée, mais toujours pratiquée.

Depuis, on a vu naitre des « villes de concubines », par exemple Dongguan, où encore des quartiers où on parque les maitresses, assez loin des centres villes.

donguan

A Shanghai, j’ai une amie qui vit dans un immeuble où se trouvent plusieurs jeunes beauté nous explique Mini

Une fois par semaine, elles reçoivent la visite d’un homme riche. Ces belles jeunes femmes occupent leur temps entre maquillage , où Shopping le sport national en Chine.

Une grande partie de l’industrie de luxe  fonctionne avec ce phénomène.

Elles dépensent dans compte et savent que si l’homme les quitte, elles n’ont plus rien.

Jin Weizhi a été une victime de ses 100maitresse, il était directeur général d’une compagnie d’Etat et a été arrêté en 2000 pour corruption et détournements de fonds publics.

Il expliquait qu’ avoir des xiaosan ne répond pas seulement à des besoins physiques, c’était un statut social, une certaine qualité de vie.

 

Luxe et corruption

Le phénomène fait jaser en Chine comme en France. Dans les réseaux sociaux, on trouve beaucoup de cas de corruption et de concubinage font souvent les gros titres.

A en croire les internautes : les deux vont souvent de pair : ils cherchent de l’argent pour leurs maitresses.

Le discours d’un officiel du comité central d’inspection disciplinaire en 2007 révèle que près de 95% des affaires de corruption d’officiels du Parti, ces dernières années, impliqueraient une ou plusieurs maîtresses.

 

Xi jinping mène une lutte contre ces pratiques, et régulièrement des têtes des officiels du parti tombent.

Le gouvernement de la province du Guangdong  ( une ville très prospère pour les maitresses, Dongguan VS Shenzhen)  a créé un tribunal spécial pour traiter ce genre d’affaires.

 

 

Une source de profits

L’argent facile est toujours une source de profit pour de nombreuses sociétés. Agences de rencontres, cadeaux des marques de Luxe, soirée VIP, voyages spéciaux, Chambres d’Hôtels de luxe.

En Chine beaucoup d’entreprises surfent sur cette tendance et propose des produits plus qu’adaptés à cette cible.

Une agence ) Shanghai avait fermée et proposait des rencontres entre belles étudiantes et riches industriels, pour la modique somme de 400 000 yuans

shanghai accademy

Voir aussi le marché des jeunes et jolies filles en Chine !

 

Marketing Chine