L’Automatisation des entreprises chinoises

,

.

La Chine connait une ère d’automatisation. L’atelier du monde est en train de s’équiper en Robot, et machines automatique dans de nombreux secteurs. Si l’Automobile est déjà un secteur technologiquement avancée, les autres secteurs restaient faiblement équipé en Automotates, machines automatisées ou lignes de production totalement automatisées.

.

.

De nombreux groupes chinois souhaitent aujourd’hui s’équiper en machines automatiques. On a assisté cette année à l’explosion de la robotique dans les salons industriels et dans certains grands groupes. La Chine compte aujourd’hui 60 000 robots (le Japon 300 000). Les machines à commande numérique avancées connaissent un fort engouement, et ne représentent aujourd’hui que 28% du parc de machines, contre 86% au Japon.

.

Une chaine de montage d’une usine chinoise dans le secteur automobile

.

J’ai moi même au cours de mon précédent poste constater cet attrait pour les gros industriels chinois à vouloir s’équiper et à investir en masse.

La fédération internationale de la robotique prévoit une rapide augmentation de la demande des entreprises chinoises. Les experts estiment qu’en 2014, l’empire du milieu devient le premier utilisateur de robots du monde.

La Chine est déjà le plus grand consommateur de machines-outils dans le monde et la demande ne cesse d’augmenter avec l’explosion du marché intérieur chinois (+14,2% chaque année depuis 2007) . Ce marché atteindra 389 milliards de yuans en 2014 (soit près de 48,09milliards d’Euros ).

 

.

Quelles sont les raisons qui poussent ces grands groupes en Chine à s’équiper?

,

1/ l’Augmentation des coûts de main d’œuvre

En effet, dans de nombreuses provinces de Chine, les salaires ont considérablement augmenté. La région de Canton a connu une augmentation des salaires de 30%. Les ouvriers spécialisés sont rares et coutent de plus en plus cher.

Les ouvriers spécialisés sont payés entre 5000- 8000 RMB (soit entre 600 et 1000€  taux 0,8 octobre 2012). Ces ouvriers pour la plupart sont nourris et logés. On est très loin des bas couts des ouvriers 5 ans auparavant qui étaient de 1000 à 2000 RMB.

.

2/Les problèmes liés à la nouvelle génération

Les jeunes générations ne souhaitent plus réaliser des taches répétitives, travail à la chaine et travaux pénibles. Dans les usines, les responsables production connaissent de gros problèmes de recrutement. La génération de l’enfant unique n’accepte plus de travailler comme ses ainées et l’automatisation des taches s’impose dans beaucoup de sociétés comme un moyen nécessaire pour faire tourner la production.

Les jeunes ouvriers issus de la génération 90 sont vus par leurs ainés comme paresseux et difficile à manager. Ils exigent des salaires jugés « élevés » et n’acceptent pas les travaux dangereux ou insalubres.

On retrouve aujourd’hui en Chine des difficultés à recruter des soudeurs qualifiés, ou des Peintres industriels.

.

Une ligne de Peinture totalement automatisée en Chine

.

3/ Volonté de monter en qualité

Les groupes chinois ont la volonté d’améliorer leur qualité. La qualité industrielle passe par la régularité des performances. La fiabilité des prestations des machines automatiques permet aux entreprises de garantir un niveau de qualité. C’est comme cela que les entreprises japonaises arrivent à garantir un niveau de qualité supérieure à la moyenne du marché.

La Chine se retrouve face à un challenge, changer l’image bas de gamme du Made in China et passer à un Made Better in China.

Les dirigeants mettent une forte pression sur les responsable production pour sans cesses améliorer la qualité, et les responsables production se font passer le mot que des bonnes machines avec un niveau d’automatisation élevé peuvent résoudre la plus grande partie de leurs problèmes.

Ils poussent de plus en plus leur hiérarchie à s’équiper.

.

production automatisée en Chine

.

4/Améliorer la productivité

Les entreprises chinoises connaissent de gros problèmes de productivité. Si avant les dirigeants compensaient avec un surplus de main d’œuvre aujourd’hui, ces sites de production souhaitent aujourd’hui arriver aux meilleures performances avec un minimum de main d’œuvres. La compétitivité des autres pays émergeant fait du mal à l’industrie low cost chinoise. Elles doivent se structurer et optimiser leur production.

Le deuxième défi est de réduire le gaspillage de matière première. Les machines sont un bon procédé choisi par certaines sociétés pour limiter les gaspillages.

.

Une ligne de production semi automatisée dans la zone de Canton

.

5/ La Pression du gouvernement

Le gouvernement chinois pousse les grands groupes chinois à s’équiper et à investir. Pékin va accorder à certains groupes des subventions pour moderniser leurs lignes, et améliorer la qualité de leur production. Le message donné aux grands groupes chinois est clair: il faut améliorer l’image des entreprises chinoises et les grands doivent donner le bon exemple en Chine et dans le monde.

Le gouvernement chinois rêvent de pouvoir comparer ces groupes aux meilleures entreprises étrangères, et sait qu’une phase d’équipement est nécessaire à beaucoup de ces champions.

 

 

Opportunités pour les entreprises occidentales

.

Ces investissements massifs dans l’équipement représente une véritable opportunité pour certaines entreprises occidentales.

.


.

L’automatisation est associé en Chine à la « technologie » qui vient de l’étranger. Il existe des acteurs locaux qui tentent de sortir l’épingle du jeu mais la grande majorité du marché est détenu par les entreprises occidentales et japonaises. Les chinois se tourneront en priorité vers des sociétés étrangères pour des besoins en automatisation.

Certains grands groupes connaissent déjà une année florissante en Chine ( Siemens, Fanuc… )  De nombreuses PME aussi savent faire reconnaitre leur savoir faire en Chine. Les entreprises allemandes ou japonaise réussissent très bien en Chine et véhiculent une image de qualité auprès des industriels chinois.

.

Les problèmes de l’automatisation

 

Si les sociétés chinoises souhaitent passer à l’ère de l’automatisation, beaucoup d’experts occidentaux s’accordent à penser que la plupart ne sont pas prêtes. Acquérir une machine automatique implique d’avoir une certaine connaissance en automatisme. De plus, une ligne automatique demande des efforts de maintenance que pour l’instant les chinois ont beaucoup de mal à assimiler. Enfin, de gros efforts en sensibilisation et en formation sont demandés aux concepteurs de solutions automatisées vis à vis de leurs clients et des utilisateurs de l’outil. Vous vous en doutez, les équipes qui utilisent la machine, sont pour la grande majorité inexpérimentées, et des problèmes d’utilisation sont prévisibles.

.

Sources:

,

PS: Avec 3 ans d’expériences professionnelles dans le domaine industriel en Chine, j’ai une assez bonne connaissance du marché et des leviers de ventes des machines/lignes.

.

Olivier VEROT

Marketing Chine