Il y a 7 ans, le géant Alibaba ouvrait ses portes à l’international au format « express »

 

Propulsé « très rapidement » à la place de leader du marché du e-commerce en Chine depuis ses débuts en 1999, Jack Ma offre depuis maintenant 7 ans la possibilité aux internautes situés aux 4 coins du monde d’avoir accès à divers produits et marchandises, non disponibles localement, à travers sa plateforme AliExpress.

 

La plateforme AliExpress, met en relation directe des vendeurs professionnels (à 99 % chinois) et des particuliers situés dans le monde entier.
Son aîné Alibaba, est orienté business to business où des professionnels interagissent dans la vente et l’achat de gros (les produits peuvent être soumis à des quantités d’achats minimums : 500 articles par exemple).

Est-il bien prudent d’acheter sur ce site ?

Ce jeune site (en comparaison à Alibaba) propose des millions de produits. Vous serez amenés à vous demander si tel produit vaut le coup d’être acheté sur ce site ? Si le produit ne va pas se casser dès qu’il sa première utilisation, étant donné qu’il s’agit « d’un produit chinois » proposé à des prix bien plus bas que ses rivaux européens ? Ou encore n’existe-t-il pas un risque d’arnaque ?

Ces questions sont bien évidemment celles que les internautes se posent fréquemment. L’expérience d’achat en ligne est bien différente de l’acte d’achat en magasin, et les vendeurs profitent bien souvent du manque d’information des internautes.
La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes)vient de sanctionner pécuniairement  une vingtaine de géants du e-commerce (Amazon, Grosbill, Zalando, H&M..) Pour « avoir indiqué des prix de références illusoires » leur permettant de faire croire à de fausses promotions. Un coup du sort qui pourrait tourner en la faveur d’AliExpress ?
Le leader chinois a beaucoup investi dans son site pour proposer un accès clair et détaillé à ses nouveaux clients. Un site très bien conçu digne de ses concurrents directs comme Amazon, pour ne citer que son principal rival.

De l’interface du site au suivi des produits, tout est fait pour que le client soit guidé. En effet, on retrouve sur le site des grandes catégories de produits qui se sous-divisent ensuite en plus petites sections plus détaillées, permettant ainsi d’affiner votre recherche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant à la sécurité de paiement, AliExpress repose sur des systèmes de sécurité très fiables
, les mêmes que ceux utilisés pour le service Alipay (service de paiement du groupe Alibaba). Il est également possible de passer par divers services comme Escrow (à ne pas méprendre avec le terme français, ici le terme signifie dépôt fiduciaire), site tiers qui gère les transactions entre deux partis. De ce fait vos informations bancaires ne sont pas transmises aux vendeurs et le paiement est transféré vers le vendeur une fois la réception du produit commandé confirmée par vos soins.

Les acheteurs sont les acteurs principaux de la réussite de la plateforme
« Les vendeurs » sont des boutiques de toutes tailles présentes sur le marché chinois et souhaitant atteindre une clientèle internationale.

 

Si AliExpress déploie un système sécurisant vos données personnelles et bancaires, il n’en reste pas moins le risque de tomber sur des vendeurs frauduleux ayant réussi à passer à travers des mailles du filet et tentant d’escroquer les internautes les moins avisés. Ainsi, une section antifraude et de nombreux conseils pour éviter de tomber dans le piège de la contrefaçon sont mis à disposition des clients sur le site.

Bien que gratuite pour l’internaute particulier, l’inscription des boutiques sur le site est une démarche payante. Il s’agit là d’un premier tri opéré par le site, cependant cela ne freine pas toujours, malgré les sanctions possibles, certains vendeurs d’avoir recours à certaines pratiques de ventes peu scrupuleuses.

 

Afin de pallier à cela, un système de notation participative est mis en place par le site. De cette manière, les produits les plus vendus et ayant reçus les meilleurs commentaires de la part des précédents acheteurs seront mis en avant sur le site. Une manière pour les nouveaux clients de ne pas se perdre dans les millions de produits et offres disponibles sur AliExpress.
Des photos des produits reçus sont généralement partagées entre les internautes dans les commentaires permettant aux clients de se faire une meilleure idée du produit qu’ils s’apprêtent à acheter. La possibilité de voir le produit est un facteur d’achat essentiel dans le commerce en ligne. L’offre étant banalisée, la différence se fait donc généralement sur le prix, en effet, d’après l’étude réalisée par le cabinet américain Nielsen, 72 % des internautes comparent les produits avant de procéder à l’achat.

Les moins bons produits et boutiques seront eux relégués sur les dernières pages du site, voire supprimées lorsque la qualité des produits n’est vraiment pas suffisante ou que les vendeurs ont obtenu de trop mauvaises notes. Une volonté mise en avant de la part d’AliExpress afin de guider au mieux ses clients.

Des contrôles de plus en plus stricts, mais également nécessaires afin de rester crédible sur ce marché « à l’aveugle ».

 

Les produits vendus sur AliExpress proviennent de boutiques chinoises et ne subissent de ce fait pas les mêmes contrôles de qualité que les produits européens. Il est donc nécessaire d’ouvrir l’oeil et le bon sur les produits que l’on souhaite acheter.

 

Le retour à la charge de la production chinoise
Soumise à une concurrence internationale de plus en plus rude, la Chine a dû adapter la qualité de sa production à cette nouvelle demande tout en gardant ses prix les plus compétitifs possible. Cela lui permet de proposer des offres toujours très attractives pour une qualité de marchandise relativement correcte voire parfois offrant de bonnes surprises augmentant de surcroit la menace de ces produits de substitution, notamment dans le domaine du high-tech où les marques chinoises n’hésitent plus à aller se confronter aux leaders de marché. En témoignent les fabricants de smartphones chinois qui ont tout raflé au MWC (Mobile World Congress) cette année.  » En tête, Huawei, le troisième vendeur mondial derrière Samsung et Apple avec 9,3% du marché des smartphones, a profité des difficultés du premier et de l’absence du second pour occuper le terrain », résume Thomas Husson, analyste chez Forrester.

Une vision internationale reste donc une belle opportunité pour le groupe de Jack Ma qui profite d’une baisse de pouvoir d’achat notamment en Europe, avec des consommateurs qui se tournent vers des produits moins chers.

AliExpress qui cible le commerce en ligne international, et dont les géants mastodontes sont basés sur un modèle économique dit de volume, est devenu l’option pas chère qui séduit donc depuis 7 années l’occident. Certains plus petits e-commerçants (spécialisés sur des niches : rideaux, peignoir, broderie…) ont eux, décidé de s’orienter vers une production à la demande, et ont bien du mal à se faire une place.