Après avoir fait son chemin dans le monde du marketing de grosses sociétés internationales telles que l’Oréal et Richemond – une expérience qui lui aura permis de voyager aux quatre coins de l’océan Pacifique – c’est seul qu’Adrien Choux décide de continuer son ascension. Son regard d’expert sur le marché chinois lui permet d’affiner ses idées et de concrétiser son rêve de créer une première marque chinoise de niche. Adrien Choux y croit dur comme fer et malgré les embuches qu’il croisera sur son chemin et les avis méfiants de son entourage, il lancera en 2010 la société horlogère de luxe : The Chinese Timekeeper.

adrien Choux2La fin d’un monopole occidental

En cinq ans, la firme s’est implantée au niveau mondial avec une présence sur plusieurs salons en Chine et sur le fameux salon spécialisé de Bâle, et des boutiques à travers l’Europe et les États-Unis. Sa présence se fait aussi remarquer sur la toile dans des boutiques spécialisées telles que Chrono24. Et sa réussite, Adrien Choux la doit à sa connaissance précise du « branding » grâce à laquelle il construit une identité solide à la Chinese Timekeeper. Mais cette identité ne fait pas tout le succès de la marque : Adrien Choux a fait en sorte de travailler sa visibilité médiatique, notamment sur le net, favorisée par sa connaissance remarquable de l’anglais et du chinois, en plus de sa langue natale, le français. Enfin, dernière clé de ce succès : la firme s’impose comme étant la seule entreprise horlogère chinoise dans le monde !

Entre tradition horlogère et modernité

The Chinese Timekeeper doit son succès au travail soigné et élégant de chacun de ses produits, leur conférant ainsi une portée à la fois authentique du monde de l’horlogerie et résolument contemporaine. Et nous retrouvons cette modernité dans les nouveaux matériaux mis à l’honneur comme le Jade ainsi que dans la multitude de symboles traditionnels de la culture chinoise auparavant absents de ce marché rigoureux. De fait, la marque se distingue par son originalité et la mise à l’honneur de son pays d’accueil. En effet, comme l’annonce Adrien Choux lui-même dans un entretien donné pour le site Wproject.fr, tous ses produits sont certifiés « proudly crafted in China » (ou fièrement fabriqués en Chine).

Le « Made in China » à la côte chez les chinois qui veulent soutenir l’économie de leur pays. Pour aller plus loin, retrouvez notre article sur les marques certifiées chinoises de produits high-techs.

 


Adrien Choux von w-project