Un français Roi du Hip Hop à Hong Kong

,

Il est français fait du Hip Hop et a fait un gros buzz sur l’internet Hong-Kongais. La scène se passe à Mong Kok, une des rues les plus populaires de la ville, il fait un street Show et a attiré des centaines de passants et des milliers de visiteurs sur youtube.

Voici la vidéo qui a été la plus visionnée de la semaine sur Youtube (et oui à Hong Kong ils ont accès à Youtube)

,

.

Il s’appelle  Mattias a accepté une interview sur Marketing-chine et va nous expliquer sa passion.

,

Pourrais-tu nous expliquer ta passion?

J’ai depuis tout petit été intéressé par la culture hip hop, son énergie, son message original (Peace , Unity, Have Fun) et ses arts (danse Hip Hop, Graff, DJ’ing, rap). La danse Hip Hop est vaste et j’avais depuis 1999-2000 un attrait particulier pour le breakdance (un des 5 types de danse présent dans la danse Hip Hop).

En 2001 j’ai commencé le breakdance dans l’association Sixstep à Bordeaux, quelques mois après j’ai fait mes armes avec quelques battles (joutes entre danseurs), puis j’ai rejoint La Smala en 2002.

En parallèle en 2004 j’ai monté ma propre structure « Préface » en banlieue de Bordeaux, pour la transmission des valeurs Hip Hop. J’ai participé et créer différents projets, et j’ai chorégraphié et interprété d’abord quelques séquences puis des spectacles thématiques.
Par la suite, ayant suivi des études en commerce international, j’ai profité de mes déplacements pour les stages et double diplôme pour rencontrer des danseurs Hip Hop aux quatre coins du monde où je me suis rendu : Espagne, Ukraine, Inde, Chine, Etats-Unis, Australie, Corée du Sud, Hong Kong… Dans chaque lieu c’est une joie de cultiver et de s’enrichir des différences par cette culture tribale.
A travers cette passion, j’ai aiguisé cette compétence artistique pour en faire une source de revenu en me produisant dans des évènements dans des bars et hôtels et dans les rues et places à haut trafic comme Bourke street à Melbourne, Times square, Union Square à New York ainsi que dans le métro New Yorkais, ou encore Mong Kok a Hong Kong.

.

hip hop en Chine

.

,

Tu as fait un gros buzz à Hong Kong. Pourrais tu nous dire comment tu l’as vécu?

Je me produis à Hong Kong 3 soirs par semaine, dans le quartier « Mong Kok » dans une rue piétonne très fréquentée.

Entre l’atmosphère déshumanisée des magasins et la frénésie des Chinois qui viennent profiter de la valeur du Yuan, c’est un divertissement alternatif que je propose qui tranche avec l’hyper consommation qui règne en maître à hong-kong. La foule est curieuse et me rend une bonne énergie, les policiers sont un peu moins ennuyant qu’a New York même si ils checkent mon passeport tous les soirs et m’imposent certaines contraintes.

,
Au niveau du buzz, une vidéo la semaine dernière a bien tournée elle a été prise par une personne de la foule qui l’a postée sur Youtube, en 24h elle était dans le top 3 des plus cliqués sur Youtube à la 2eme position et elle est restée sur la page d’accueil de Youtube Hong Kong toute la semaine en faisant plus de 200 000 vues en quelques jours. Ca fait plaisir et même si « ce bouche à oreille 2.0 », est peu contrôlable j’aurais éventuellement préféré une vidéo plus efficace pour ma promotion, mais ce sont ces vidéos amateurs qui font tout le charme naturel du buzz.

Par conséquent dans la rue et autres magasins, certains me reconnaissent et me disent qu’ils ont vu la vidéo virale.
A côté sans lien de causalité avec la vidéo, j’ai quelques propositions pour d’autres performances, du modeling, et des interviews pour un magazine et une radio.

,

buzz a Hong Kong

,

La danse c’est ta passion dis nous en plus!

,
Danser pour moi c’est dessiner des émotions, prendre et donner du plaisir, aller à l’encontre des gens, surprendre, casser les stéréotypes, et évidemment socialiser sans frontières à travers un art qui s’accorde avec ma philosophie de vie.

,


,

Parfois le statut d’expatrié et les écoles de commerce propulsent les étudiants dans une certaine bulle qui ne colle pas exactement avec le quotidien des locaux, ainsi au cours de ma vie étudiante et maintenant d’entrepreneur, la danse m’a permis d’interagir réellement avec l’environnement.

J’apprécie particulièrement l’art de rue, la sensation lorsque je pose mon ampli dans une rue bondée, ce trac juste avant de créer l’évènement : de passer d’un être quelconque à quelqu’un qui fait arrêter cette foule de gens hermétique les uns les autres pour prendre le temps de se divertir ensemble autour d’un moment de partage.

,
Et ce sont des moments de bonheur, quand le public me soutient quand les policiers viennent me contrôler, ou quand des gens viennent participer au show, ou me remercier, prendre des photos, me donner une boite de pansement, donner des boissons fraiches pour continuer un show de plus. Ou quand au-delà du langage des personnes âgées me serrent la main pendant 2 minutes en me parlant tout en cantonnais. Par ailleurs mon chapeau parle de lui-même également lorsqu’à l’intérieur je trouve des pesos, des pounds, Yuan ou des dollars australiens…
Se transcender de cette façon satisfait mon imagination, ma grande curiosité et ma sensibilité, et me permet de garder ce côté terre à terre, en contact direct avec les locaux leur culture et leur codes, et en quelque sorte de rester vrai. De plus ce côté prise de risque m’a beaucoup apporté au niveau de la création d’entreprise.

,

Pourrais tu nous expliquer ton activité sur Hong Kong?

,
Après avoir validé mon MBA Entreprenariat en Australie et Hong Kong, j’ai créé par la suite ma boite à il y a quelques mois à Hong-Kong et me suis entouré de personnes compétentes pour développer une offre touristique sur mesure ciblant les touristes chinois (y compris Hong-Kong et Taïwan).

Notre groupe French Way ltd se décline en 3 marques commerciales avec des offres distinctes qui visent différents segments du marché. La phase de développement est semée d’embuches et représente de bons challenges, ce que j’aime tout particulièrement !

.

Merci Mattias pour avoir accepté de répondre à ces questions.

Bonne continuation !

.

Olivier VEROT

Marketing Chine