En Chine, les voitures à essence comptent pour pas moins de 30% de la pollution totale qui asphyxie les Chinois chaque jour. Mais le pays le plus pollueur du monde est également le premier marché automobile de la planète. Ces deux facteurs ont favorisés l’émergence d’un nouveau marché dans l’empire du Milieu : celui des voitures électriques.

Pas loin de la moitié des véhicules électriques vendus sur les dernières années ont été vendus en Chine. En effet, le marché ne pourrait être plus prometteur qu’il l’est en Chine. Car toutes les conditions sont réunies pour son succès. Le Ministère Chinois de l’Industrie a d’ailleurs déclaré suivre la Norvège, l’Inde, la France et la Grande-Bretagne dans leur engagement pour supprimer intégralement les véhicules à combustibles fossiles.

Marketing c'est aussi une Agence

Nous sommes l'agence Web & Marketing pour la Chine la plus visible que vous trouverez. Nos Services: E-Commerce, Référencement / SEO, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & RP..

Contactez Nous

Pourquoi la Chine est elle un pays prometteur pour les voitures électriques ?

Il existe plusieurs raisons :

  • La cause environnementale : Les Chinois subissent les effets de la pollution depuis des années quotidiennement. Alors qu’il était auparavant jugé « antipatriotique » de se plaindre de la pollution, les habitants n’ont aujourd’hui plus peur de montrer leur colère. Parallèlement, leur intérêt pour l’écologie s’est vu augmenter rapidement.
  • Les aides du gouvernement : Un système de prime à l’achat a été instauré par l’Etat afin d’encourager et d’aider les habitants à acheter des modèles électriques. Cette prime peut monter jusqu’à 66.000 yuans (c’est-à-dire environ 8.500€). Un montant qui n’est donc non négligeable pour aider une population où la classe moyenne émergente peut chercher à investir dans ce genre de modèle, maintenant qu’ils en ont plus les moyens.
  • Echapper aux restrictions : A Pékin, les voitures électriques exemptent les habitants d’avoir à attendre d’être « tirés au sort » pour pouvoir être autorisés à conduire. A Shanghai, cela leur empêche de payer des taxes d’enregistrement prohibitives. Mais cela leur permet également d’échapper au contrôle des immatriculations qui est exercé de manière plutôt stricte dans toute la Chine.
  • Un goût pour l’innovation : Les Chinois adorent la nouveauté, les nouvelles technologies et toute sorte de gadgets modernes. Ainsi, la voiture électrique est perçue comme « la voiture du futur ». C’est donc un argument de vente auprès des Chinois qui souhaitent réellement rattraper le retard technologique qu’ils ont pu accumuler.
  • Un entretien limité : Le mécanisme d’une voiture électrique est largement moins complexe que celui d’une voiture à essence. Il y aurait d’ailleurs 7 fois moins de composants dans une voiture électrique ! Sans les systèmes d’échappement, de transmission et de motorisation, la voiture est bien moins complexe et plus rare à devoir entretenir.

les voitures électriques Représenteront  le 1/5 ème des ventes d’automobiles en Chine d’ici 2025

 

La Chine espère que les voitures électriques pourront représenter un cinquième de toutes les ventes d’automobiles en Chine d’ici 2025. C’est pourquoi certaines restrictions ont été mises en place. Puisque les offres des constructeurs et les aides du gouvernement concernant l’achat de véhicules électriques ont connus un succès mitigés, une nouvelle vague est en marche. Un système de quota minimum va être imposé à partir de 2019 à chaque constructeur présent sur le marché chinois. Ce quota sera fixé à 10% de vente de véhicules électriques ou hybrides pour 2019 et 12% pour 2020. S’ils ne sont pas respectés, les constructeurs devront donc acheter des crédits aux concurrents excédentaires. Voilà de quoi motiver les ventes de ces modèles dans les années à venir.

De plus, les constructeurs automobiles étrangers sont obligés de se trouver un partenaire local et fonder une co-entreprise. Ce qui n’est pas chose facile, particulièrement au moment de transférer les connaissances technologique et le savoir-faire aux partenaires Chinois. Ford, Volkswagen, General Motors, Renault et PSA ont déjà tous signés des accords coentreprises pour aller conquérir ce marché grandissant.

Points importants à connaitre

 

  • Des transports en communs bien développés : 37% des Chinois affirment pouvoir se passer d’un véhicule. En effet, les transports en communs sont plutôt bien développés, particulièrement dans les grandes métropoles. Dans des villes comme Pékin ou Shanghai, il est d’ailleurs souvent plus rapide de prendre le métro que la voiture pendant les heures de pointe, tant les bouchons sont importants.
  • Des services de taxi très abordables : Les Chinois ne possédant pas de voiture peuvent toujours appeler un « Didi ». Cette application chinoise, comparable à un « Uber » bon marché, est utilisée par des millions de personnes chaque jour.
  • Les subventions du gouvernement trop peu efficaces : Alors que l’Etat offre un système de prime à l’achat, les ventes de véhicules électriques représentent toujours moins de 5% des ventes totales d’automobile dans le pays. Alors que dans les pays scandinaves (où les habitants bénéficient de subventions similaires), ce taux dépasse les 15% et les 25% concernant les modèles hybrides.
  • La création d’infrastructures d’ordre national : En interdisant à la vente les voitures à essence, l’Etat devrait offrir aux Chinois des points de recharge à travers le pays tout entier, afin qu’ils ne tombent jamais en panne. Cependant un problème se pose : puisqu’il existe différents modèles de voiture, il existe différents chargeurs. L’Etat devra donc trouver un moyen d’uniformiser ces normes et politiques en matière de points de recharge.
  • Les dépenses énergétiques : En proposant ces points de recharge, la Chine devra répondre à une demande en électricité beaucoup plus importantes. Shanghai a déjà prévu d’installer une station de recharge alimentée par des panneaux photovoltaïques. Il faudrait moins d’une heure pour charger la batterie entièrement. A voir comment la Chine va alimenter le réseau national de stations de recharge à l’avenir. Il devrait pouvoir accueillir 5 millions de voitures connectées d’ici 2020.

Malgré tout, la Chine reste le plus gros marché au monde pour les constructeurs automobiles. Notamment pour les véhicules dits « verts ». Ce marché connaît déjà une belle croissance, comme a pu le constater Volskwagen en réalisant 40% de ses ventes mondiales dans ce pays. La voiture électrique la plus vendue au monde est d’ailleurs Chinoise : La BAIC EC180.

Si vous aussi vous souhaitez investir dans ce marché grandissant, mais vous ne connaissez pas assez le marché Chinois. Veuillez consulter notre site web. Nous sommes l’agence de marketing digital numéro 1 en Chine !