800 millions d’utilisateurs de l’internet mobile, 550 millions de joueurs sur téléphone portable, 18 milliards de dollars de revenus annuels, le marché chinois des jeux sur téléphone portable ne ressemble à aucun autre.

Mais le marché est aussi un champ de mines de défis.

Qu’il s’agisse de trouver le bon partenaire d’édition ou de s’adapter aux caprices du gouvernement chinois.

Cela dit, il est plus important que jamais de savoir à quoi ressemble le paysage du plus grand marché de jeux pour mobiles du monde.

  • Genre : tout est question de MMORPG ?
  • Éditeurs : Tencent et NetEase
  • Marques : l’héritage du PC est bien vivant
  • Tendances en matière de fonctionnalité

 

 

I. Genre : tout est question de MMORPG ?

Il est tout à fait vrai que le marché chinois des jeux pour téléphones portables est fortement axé sur le mid-core et que les listes de grossistes les plus importantes sont remplies de MMO, ce qui nous amène à nous demander comment il peut y avoir de la place pour tous ces jeux.

Comme ils jouent un rôle si important sur le marché, il vaut la peine d’examiner les MMO d’un peu plus près.

Alors que certains MMO à succès que nous avons vus en Occident étaient pour la plupart des Action RPG avec des graphismes en 3D, une caractéristique intéressante du marché chinois des jeux pour mobiles est la prédominance des MMO en 2D avec une couche centrale au tour par tour.

Fantasy Westward Journey utilise un format au tour par tour dans sa couche centrale.

Cependant, récemment, nous avons vu un certain nombre d’entrants surprenants et innovants dans les listes des meilleures recettes chinoises, comme par exemple le jeu de survie post-apocalyptique LifeAfter et la bataille de saucisses royale Sausage Man de NetEase, ainsi que l’excellent coureur sans fin Ninja Must Die 3, qui a été dans le top 30 des recettes brutes ces deux derniers mois.

Un autre argument que l’on peut faire valoir est que malgré les éloges de tout le monde sur Honor of Kings et son incroyable course au top des recettes, la scène MOBA, en général, semble être difficile à pénétrer.

Par exemple, NetEase a tenté à plusieurs reprises de percer dans le genre avec la populaire marque Onmyoji ainsi qu’avec l’école Inhuman Academy, mais les résultats ont été plutôt modestes.

 

II. Éditeurs : Tencent et NetEase

Vous savez peut-être déjà que les géants technologiques Tencent et NetEase sont les principaux éditeurs de jeux en Chine.

Mais saviez-vous qu’ils dominent absolument le jeu des éditeurs ?

Réfléchissez un instant à ce qui se passerait si c’était aussi le cas en Occident.

Un seul éditeur avec plus de 50 jeux dans le top 200 des recettes brutes.

 

III. Marques : l’héritage du PC est bien vivant

En raison des restrictions et des interdictions chinoises sur les jeux sur consoles ainsi que des problèmes de piratage, les consoles (jusqu’à présent) n’ont jamais eu une réelle chance de décoller en Chine.

En revanche, les PC ont prospéré.

Les années 2000, en particulier, ont été l’âge d’or des jeux dans les cafés Internet.

L’héritage des jeux sur PC est clairement visible lorsque l’on regarde la scène mobile et les marques qui y sont utilisées.

Des jeux tels que Fantasy Westward Journey (MMO), Ghost (MMO), CrossFire (FPS), FreeStyle (Basketball), et bien d’autres encore ont leurs racines dans le PC et ont pu connaître le succès sur mobile également.

Un autre fait à noter est le grand attrait de la culture pop japonaise, qui se reflète dans le nombre relativement élevé de jeux d’animation sur le marché.

Parmi les exemples de succès, citons One Piece, Naruto et Dragon Ball Z.

IV. Tendances en matière de fonctionnalité

  1. Avec la Bataille Royale qui prend pied en Chine, Battle Pass trouve également sa voie

Les Chinois sont passés maîtres dans l’art de trouver de nouvelles façons innovantes de monétiser leurs jeux.

Mais parfois, les choses vont dans l’autre sens, comme c’est le cas avec Battle Pass.

Actuellement, l’outil de monétisation se trouve déjà dans tous les jeux de tir et de MOBA du top 100 des recettes brutes en Chine.

 

  1. Un potentiel inexploité dans les caractéristiques du Made in China sur les marchés occidentaux ?

Il suffit de voir comment les gachas ont pris leur essor en Occident par exemple.

Sur ce point, comparons la façon dont une sélection de caractéristiques chinoises populaires ont été utilisées aux États-Unis et au Japon par rapport à la Chine.

S’il est vrai que nombre des fonctionnalités ci-dessus sont conçues pour permettre une monétisation plus agressive que celle à laquelle on peut s’attendre en Occident ou au Japon, il est néanmoins intéressant de noter les différences radicales entre ces marchés.

 

  1. De nombreux jeux à fort taux de grossissement ont une forte touche japonaise

La Chine et le Japon ont une histoire mouvementée, mais au moins en ce qui concerne les jeux sur mobile, il ne semble pas y avoir de rancune entre les deux.

Par exemple, un bon nombre des meilleurs joueurs au Japon sont issus de l’ère des « trois royaumes » chinois, tandis que les éléments visuels et les mécanismes de jeu japonais ont largement influencé de nombreux joueurs chinois de haut niveau.

10 % des jeux les plus rentables sont « japonais ».

Ce qui rend ces jeux « japonais » n’est pas leur origine, ni même le style artistique manga, mais le fait qu’ils utilisent fortement certaines caractéristiques que l’on trouve généralement dans les jeux japonais, notamment les gachas et l’établissement de relations avec les personnages PNJ d’un jeu.

Il est intéressant de noter que la voix par défaut de ces jeux est presque toujours en japonais et que, dans plusieurs cas, les voix off chinoises ont été complètement omises.

 

En conclusion

 

Les MMO et les ARPG affichent toujours de solides performances en Chine.

L’histoire profonde de la Chine en matière de jeux sur PC a aidé de nombreuses marques de PC à se tourner vers le mobile.

Tencent et NetEase détiennent une part combinée de près de 40 % du marché des 200 plus grosses recettes brutes, parle de domination.

 

 

Lire aussi