De plus en plus de chinois se tournent vers les marques de sports étrangères à l’instar des marques de luxe.

L’Etat se concentre t il sur le sport ?

Une des dernières tendances sur le marché chinois est de privilégier l’achat des vêtements de sport de marques étrangères telles que Adidas ou Nike. Selon des études menées par les médias et Euromonitor International, le gouvernement chinois favorise considérablement l’émergence des activités sportives en Chine et l’attention d’une large audience. u=355751536,1543782768&fm=21&gp=0
Le gouvernement chinois a lancé une campagne afin d’encourager les activités sportives, et ce en organisant de nombreux événements sportifs tels que des marathons. En outre, les médias ont également prêté main forte à l’industrie du sport en chine en créant et diffusant des séries de télé-réalité centrées autour du sport, telles que Survivor Games (octobre 2015), Running Man Saison 1 (en octobre 2014) et saison 2 (en avril 2015). Ces séries télévisées ont généré une vive attention de la part de l’audience chinoise, et des analyses ont prouvé qu’elles avaient eu un réel impact sur la société chinoise, qui avait développé son intérêt pour les activités physiques et la remise en forme.

Les leaders étrangers des vêtements de sport

u=3316798106,1517620866&fm=21&gp=0

Nike a largement bénéficié de cette récente tendance en Chine, la marque de sport occidentale a vu ses ventes augmenté de 27% en septembre 2014 à 35% en avril 2015.u=3394659678,2820657777&fm=21&gp=0 Son concurrent Adidas quant à lui a également enregistré une forte augmentation se chiffrant à plus de 2,79 milliards de dollars, autrement dit une augmentation de 38% par rapport à l’an dernier (ce qui représente 15% du revenu mondial d’Adidas). La marque de sport est allé plus loin en ouvrant 500 nouvelles boutiques sur l’ensemble du territoire chinois, et a déjà l’intention d’en ouvrir 500 de plus l’année prochaine. Selon le PDG d’Adidas Herbert Hainer, les ventes cette année ont déjà grimpé de 22%.

Le fitness à la mode

Le demande croissante des consommateurs chinois afin de se remettent en forme et être en bonne santé est à mettre en exergue avec la situation financière des marques de sport étrangères très favorable. L’industrie du fitness chinoise a enregistré des ventes se chiffrant à plus de 19,3 milliards de dollars, soit une augmentation de 89% depuis 2009. Le gouvernement chinois supporte activement la croissance de la demande en matière d’activités sportives et fitness, il espère démocratisé l’intérêt public pour les sports d’ici les jeux olympiques d’hiver à Pékin en 2022. Cependant, l’industrie du sport chinoise demeure sous-développée. L’année dernière, le domaine sportif n’a représenté que 0,7% du PIB en Chine, un montant de 72 milliards de dollars.

Les objectifs du gouvernement

Le gouvernement chinois s’attend à ce que la part du PIB provenant de l’industrie des sports chinoises grimpe considérablement et atteigne la cible de 3000 milliards de yuan (soit 450 milliards de dollars) d’ici 2020 et 5000 milliards de yuan (745 milliards de dollars) en 2025. Dans cette optique, l’état chinois s’est donné comme objectif d’accélérer grandement le développement de cette industrie du sport, et ce, en encourageant les investissements étrangers dans les professionnels du sport chinois et les marques de sports. Le gouvernement va également mettre en place un allègement des taxes pour les entreprises liées aux sports en Chine. Enfin, le pays va décupler les infrastructure sportives, en bâtissant plus de 1.1 milliards de m² de stades et de salles de sport.

Bien que le gouvernement chinois mette en œuvre beaucoup de volonté et de moyens pour relancer l’industrie du sport en Chine, les marques de sports chinoises, elles, sont dans l’agonie, écrasée par le poids d’Adidas et Nike. Les ventes de produits sportifs domestiques ont considérablement baissé l’année dernière. Enfin, les nouvelles tendances en matière de vêtements de sport chez les consommateurs chinois ne risquent pas d’arranger la situation, puisque ces derniers préfèrent acheter chez Nike et Adidas, au détriment des marques de luxe et des marques de sport chinoises.