Alors que la pandémie de coronavirus qui a pris naissance dans une ville du centre de la Chine s’est mondialisée, des milliers d’usines en Chine se sont tournées avec agilité vers un nouveau marché très rentable : les masques de protection pour l’exportation.

Au plus fort de l’épidémie en Chine, début février, la société de M. Guan Xunze a créé une nouvelle usine de masques en 11 jours seulement.

 

L’usine, qui compte cinq lignes de production dans le nord-est de la Chine, fabrique les masques N95 dont on a tant besoin et qui sont très demandés en raison de la forte augmentation du nombre d’infections.

Pour comprendre comment ce nouveau marché à exploser en Chine, restez attentif à la suite de l’article

  • Une explosion des usines de production de masques en Chine
  • Un marché en plein essor
  • Augmentation des coûts et investissement aveugle
  • La flambée des prix des matières premières
  • L’usine du monde

 

I. Une explosion des usines de production de masques en Chine

Alors que le nombre de cas dans le pays diminue, la jeune femme de 34 ans, qui travaillait auparavant dans l’industrie pharmaceutique, profite désormais de nouveaux marchés et exporte des masques en Italie, où le nombre de décès a dépassé celui de la Chine.

Au cours des deux premiers mois de l’année, 8 950 nouveaux fabricants ont commencé à produire des masques en Chine, selon la plateforme de données commerciales Tianyancha, qui s’efforce de combler l’énorme écart de la demande.

Mais après que l’épicentre du virus dans la province de Hubei a été mis en quarantaine et que la frénésie initiale a commencé à s’estomper en Chine, des épidémies de virus sont apparues dans de nouveaux points chauds ailleurs dans le monde.

Plus de 400 000 personnes dans le monde ont été infectées par le coronavirus mortel, et la demande d’équipements de protection continue de grimper en flèche alors que les nations du monde entier luttent contre l’épidémie.

 

II. Un marché en plein essor, et une industrie « dirty » 

« Un distributeur de masques est une véritable imprimante de billets », a déclaré M. Shi Xinghui, directeur commercial d’une société de distributeurs de masques N95 dans la ville de Dongguan, dans le sud-est de la province de Guangdong.

« Le bénéfice d’un masque est aujourd’hui d’au moins quelques centimes, alors qu’il était inférieur à un dans le passé. Imprimer 60.000 ou 70.000 masques par jour équivaut à imprimer de l’argent ».

Qi Guangtu a investi plus de 50 millions de yuans (10 millions de dollars) dans son usine de fabrication de machines à fabriquer des masques dans le centre industriel de Dongguan, dans le sud du pays.

Elle est en production continue 24 heures sur 24 depuis le 25 janvier, deux jours après le dramatique verrouillage de Wuhan, où le virus est apparu pour la première fois.

 

« Le recouvrement des coûts n’est certainement pas un problème », a-t-il déclaré, ajoutant que 70 ensembles d’équipements ont été vendus pour plus de 500 000 yuans chacun.

Il a plus de 200 commandes supplémentaires en cours, d’une valeur de plus de 100 millions de yuans.

« Les machines s’amortissent en 15 jours », a déclaré M. Qi, en précisant que l’investissement en valait la peine pour ses clients.

 

III. Augmentation des coûts et investissement aveugle

Le fabricant You Lixin n’avait jamais mis les pieds dans une usine de masques auparavant.

Mais lorsque le marché s’est envolé et qu’il a vu l’opportunité, il ne lui a fallu que 10 jours entre sa première décision d’entrer dans l’industrie et la livraison de machines automatisées capables de produire des masques.

« Je dormais deux ou trois heures par jour, mes clients aussi », a-t-il déclaré.

Les clients de M. You dormaient également dans son usine, attendant désespérément de récupérer leurs nouvelles machines.

Certains d’entre eux sont des propriétaires d’usines de vêtements à Wenzhou, dans l’est de la province du Zhejiang, qui étaient passés à la production de masques faciaux.

« Ils faisaient face à des commandes qu’ils n’avaient pas la capacité de livrer, et ils ne pouvaient pas faire les livraisons », a déclaré M. You.

« La panique s’est intensifiée à mesure que la crise s’accélérait à ce moment-là. »

IV. La flambée des prix des matières premières

Selon M. Guan, le prix du tissu a augmenté de façon astronomique, de 10 000 yuans à 480 000 yuans par tonne.

Le producteur Liao Biao a eu du mal à ramener les composants de la machine à masques pièce par pièce de l’extérieur de la province du Hunan fin janvier, la frontière entre les deux provinces étant fermée.

Finalement, pour obtenir un expert pour tester les machines à masques, M. Liao a payé plus de 10 fois le prix normal.

« L’investissement est aveugle maintenant », a déclaré M. You.

La Chine a développé une grosse quantité de production de masques et équipements médicaux. 

 

V. L’usine du monde

Mais malgré l’augmentation des coûts de production, les bénéfices rendent toujours l’industrie attrayante.

Selon les chiffres officiels chinois, la production quotidienne de masques en Chine a dépassé les 116 millions, dont beaucoup répondent à la demande étrangère.

Guan a déjà livré un million de masques à l’Italie, tandis que M. Shi a actuellement plus de 200 commandes de la Corée du Sud et de pays de l’Union européenne.

« Dongguan reste l’usine du monde », a déclaré M. Wang Charlotte à Marketing Chine.

« Le premier pic de commandes a été enregistré à la mi-février. Maintenant, il y a une deuxième vague en raison de la pandémie ».

« la 3e vague concerne les entreprises qui s’équipent en masques FFP2 » témoigne buyfromcharlotte, un agent spécialisé dans les masques.

L’Europe est dépendante des usines chinoises 

 

 

La conclusion

Les fabricants en Chine cherchent également à exporter ses masques vers l’Europe et le Canada.

« La demande de masques a été réduite chez nous, maintenant nous pouvons avoir un certain excédent pour soutenir d’autres pays », a déclaré Pékin.

« Nous sommes prêts à aider les autres ».

Et M Wang est optimiste quant à l’avenir de l’industrie au-delà de l’épidémie.

« La plupart des gens auront l’habitude de porter un masque après cette épidémie », a-t-elle déclaré.

 

Lire aussi:

  • Un groupe facebook pour la vente achat masques.
  • Il existe sur WeChat des groupes business pour acheter et vendre des masques ajouter ID : EastToWestBusiness