Vous avez du lire cela, le gouvernement Chinois va sanctionner les ventres à l’air… et pour  les anciens « expats » comme moi, cela montre la fin d’une Chine (que les moins de 20 ans de peuvent pas connaitre) la fin d’un époque, cette Chine des année 2010… qui s’efface.

 

 

En été en Chine, il n’est pas rare de voir des hommes se promener en ville avec leurs t-shirts relevés au-dessus du ventre, quel que soit leur âge. Désormais, cette pratique sera interdite aux hommes sous peine d’une sanction dans certaines villes et régions de Chine.

I) Origine et croyances

En Chine, de nombreux hommes ont comme habitude de relever leur tee-shirt pour mettre leur ventre à l’air. Cette pratique est connue sous le nom de « bikini de Beijing » .

Comme l’explique la journaliste Anna Fifield dans le Washington  post selon la médecine traditionnelle chinoise celle-ci permettrait de calmer et de refroidir le chi ; l’énergie interne circulant autour des organes. Une partie de la société chinoise pense également à tort que l’on perd 50% de notre chaleur corporelle à travers le ventre.

II) Un look emblématique devenu à la mode

C’est un look d’été si emblématique qu’il a même fait des podiums internationaux :

 

 

 

III) Une tendance menacée

Cette tradition est aujourd’hui menacée dans une partie du pays alors que les villes croulent sous la chaleur caniculaire. Selon les autorités, ce comportement serait peu « civilisé ». Certaines mesures ont été prises dans plusieurs villes de Chine.

  • A Jinan, une ville d’environ 8,7 millions d’habitants située dans le nord-est de la province de Shandong cette pratique est la principale cible d’une « campagne de civilisation ».
  • La ville a émis un décret interdisant aux hommes et en particulier aux plus âgés de se balader torse-nu ou avec le tee-shirt relevé au-dessus du ventre.  Ces nouvelles règles sont censées faire partie de « l’amélioration de l’image globale de la ville ». Aucune amende n’est pour l’instant prévue pour les hommes en violation du règlement, mais ils recevront un avertissement oral.
  • Parmi les autres cibles de cette politique, sont également répréhensibles les pieds nus, les crachats en public ou encore les querelles publiques.

Certaines municipalités plus strictes comme Tianjin et Shenyang ont également mis en place un système d’amende, soit 25 euros en cas de ventre découvert.

  • A Tianjin, les autorités ont même diffusé une vidéo pour éduquer la population à ce sujet. On y voit une femme qui présente son père, avec le ventre dénudé, à son petit ami, et ce dernier est choqué : « C’est ton père ? Il n’est vraiment pas civilisé. ».

 

IV) Des avis divergents

Les commentateurs sur le réseau social  Weibo ont donné leurs avis sur le sujet. « Je suggère qu’ils élargissent cela à l’ensemble du pays », propose un commentateur tandis qu’un autre pense « qu’ils devraient inclure le tabagisme dans ce cadre ».

Certains ne semblent pas pour autant être impressionnés pas cette réforme, « les choses qu’ils ont besoin de contrôler, ils ne s’embêtent pas avec ; les choses qui ne devraient pas être dérangées ; ils doivent forcément avoir un contrôle dessus », écrit un commentateur sur les réseaux sociaux.

Cette décision a été mal vue par une partie de la population. Dans une rue de Jinan, la journaliste du Washington Post, Anna Fifield a interviewé un groupe d’hommes en « bikini de Beijing » et tous se plaignaient que l’interdiction soit réservée aux hommes, alors que les femmes peuvent montrer leur nombril si elles le souhaitent.

Malgré tout, les autorités expliquent que « le but n’est pas de sanctionner, nous voulons simplement que les gens fassent davantage attention à ce genre de comportement antisocial ».

Conclusion

Pour l’instant, ces nouvelles lois ne concernent que certaines villes et régions du pays mais beaucoup se demandent si elles ne pourraient pas être mises en vigueur dans d’autres municipalités chinoises d’ici l’année prochaine.